Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility
Haut de page
Bas de page


Forum JDR post-apocalyptique dans un monde contemporain alternatif en proie aux zombies, à des créatures pires encore ainsi que des événements surnaturels.
 

Hazel-Grace Turner
 :: Codex :: Nous Rejoindre :: Personnages Validés

Hazel Turner


Fiche de personnage
Points de RP:
 Hazel-Grace Turner Debuba1190/2000 Hazel-Grace Turner Videba10  (90/2000)
Etat Mental:
 Hazel-Grace Turner Debuba10100/100 Hazel-Grace Turner Videba10  (100/100)
Informations scénaristiques:
Hazel Turner

Mer 29 Déc - 20:27
Fiche d'identité
80wb.jpg
Prénom(s) : Hazel-Grace

Nom : Turner

Né(e) le : 03/07/2008

À : Winchelsea, Etat de Victoria, Australie

Métier : Etudiante en droit

Particularité(s) :
- Elle est acrophobe
- Elle a une cicatrice sur le genou gauche
- Elle possède une petite tâche de naissance en forme d'étoile sur la fesse droite

À-propos

Thème musical :


Feat : Shailene Woodley
Type : Jumeau

Description physique

Hazel est une jeune femme tout ce qu'il y a du plus banal, réussissant facilement à se fondre dans la masse parce qu'elle n'a rien d'extraordinaire physiquement parlant, comme le commun des mortels. Mesurant 1 mètre 73, elle pèse 62 kilos. Plutôt svelte, elle a un corps assez athlétique car elle pratique du sport régulièrement, tout en faisant attention à son hygiène de vie. Même si elle est loin d'être un top modèle, elle a un charme naturel qui la rend plutôt jolie aux yeux des autres. Hazel n'a jamais aimé attirer l'attention sur elle, elle évite de mettre beaucoup de maquillage ou de s'habiller de façon provocante. Avec l'Apocalypse, ce n'est donc pas un problème pour elle, ce qui ne l'empêche pas de rester une femme agréable à regarder et assez séduisante sans chercher à l'être. Hazel a les yeux verts, et des cheveux de couleur châtain clair, tirant sur le blond selon la luminosité. Avant l'Apocalypse, la jeune femme avait des cheveux longs, tombant jusqu'au milieu de son dos, qu'elle attachait souvent en queue de cheval, laissant quelques mèches encadrer son visage. Mais depuis le début de l'Apocalypse, elle s'est coupée les cheveux très courts, davantage pour un côté pratique que par esthétisme, car il était devenu difficile de s'occuper d'une coiffure par manque de produits ou même de temps. Hazel a d'autres priorités que de se coiffer et de se pomponner. La jeune femme a une cicatrice sur le genou gauche, résultat d'une chute en vélo lorsqu'elle était enfant. Elle a également une petite tâche de naissance ressemblant à une étoile sur sa fesse droite, une particularité génétique que sa soeur aînée possède également au même endroit.

Description psychologique

Hazel a su se montrer indépendante assez rapidement. N'ayant qu'un seul parent sur lequel s'appuyer, la jeune femme a du grandir vite afin de posséder une certaine autonomie, comme sa soeur aînée. Elle est sociale, elle s'entend généralement bien avec son entourage, sa gentillesse aidant. Cependant, elle sait se montrer rancunière à l'encontre d'une personne qui lui fait du mal. Hazel peut se montrer susceptible, surtout quand quelqu'un la provoque. Elle est même capable de piquer des crises de colère, faisant preuve d'une certaine impulsivité, surtout lorsqu'elle se sent menacée ou qu'elle est face à une injustice, n'hésitant pas à dire ce qu'elle pense. L'Apocalypse l'a endurcie pour qu'elle apprenne à survivre, seule ou en groupe, grâce aux horreurs dont elle a été témoin beaucoup trop de fois à son goût.

Hazel est psychologiquement blessée par ce qu'elle a vécu, et elle peut se montrer fragile quelque fois, préférant aller s'isoler pour déverser sa peine et la tristesse qu'elle ressent en permanence d'avoir perdu des êtres chers, comme beaucoup de monde. Elle n'aime pas montrer ce côté vulnérable, même si elle ne parvient pas à se contrôler comme elle le voudrait pour éviter de céder devant quelqu'un. Elle sait que, en cette période trouble et dangereuse, il vaut mieux éviter de montrer sa vulnérabilité, au risque de devenir une proie facile. Mais même si elle essaie généralement de montrer l'image d'une femme forte et sûre d'elle, Hazel craque de temps en temps en se laissant submerger par ses émotions.

Depuis que l'horreur est arrivée, Hazel a appris la prudence, cherchant à éviter de tomber dans des situations dangereuses pour elle. Elle se montre méfiante avec les étrangers, analysant la situation pour savoir si elle peut accorder sa confiance ou non. Elle ne sait pas se battre, et même si elle a appris à se servir d'une arme à feu depuis le début de l'Apocalypse pour se défendre, la jeune femme préfère fuir le danger plutôt que l'affronter. Il lui est arrivé d'utiliser une arme, mais rarement, elle préfère laisser les plus expérimentés agir. Sauf si elle n'a pas le choix. Si en temps que jeune adulte, Hazel s'est occupée d'elle même depuis son arrivée aux Etats Unis, ce qu'elle a vécu dernièrement lui ont permis d'avoir de nouvelles responsabilités. Notamment celle de s'occuper de quelqu'un d'autre, lorsqu'elle est devenue mère de substitution, et que la vie d'une autre personne repose uniquement sur ses épaules.

Hazel souffre d'acrophobie, elle a une peur irrationnelle du vide et des hauteurs, au point de paniquer rapidement. C'est une peur incontrôlable qui se déclenche dès que la jeune femme se trouve à une certaine hauteur du sol, comme en haut d'une échelle ou d'un bâtiment. L'idée même de se retrouver face au vide avant même de le voir peut suffire à déclencher une crise. Quelques mètres suffisent pour provoquer une sensation de chute, des vertiges, une faiblesse musculaire, voir même des nausées. La crise s'amplifie très vite, et rien ne semble l'arrêter. Lorsque cet état la prend, son coeur s'emballe dans sa poitrine, ses membres tremblent, elle semble suffoquer. Son regard reste généralement braqué sur le vide sans parvenir à détourner les yeux, ce qui amplifie encore plus sa phobie au point de la tétaniser. Hazel se fige complètement, et si elle est seule au moment de la crise, rien ne peut la ramener à la raison, excepté du temps et une grande volonté de sa part. C'est pour cela que la jeune femme fait son possible pour éviter cette situation, ne s'approchant pas des hauteurs, refusant de grimper sur une surface trop haute, voir même ne pas regarder par une fenêtre. Monter sur une table ou une chaise ne la rassurera pas, mais elle parviendra à gérer la situation, sa peur ne se réveille pas. Mais demandez-lui de descendre une échelle du haut d'un bâtiment, elle refusera de le faire. Cette phobie est très difficile à calmer lorsqu'elle se déclenche, et il faut beaucoup de patience et de psychologie pour capter l'attention d'Hazel et maîtriser ses craintes pour lui permettre de reprendre possession de ses moyens.
Histoire

Prologue

Les yeux rivés en direction du plafond de la tente igloo dans laquelle elle se trouvait, Hazel restait silencieuse, immobile, serrant un petit corps tout contre elle. La nuit s'était installée depuis quelques temps déjà, l'obscurité était presque totale, si ce n'était la lueur du feu de camp que la jeune femme percevait vaguement du coin de l'oeil à travers la toile. Elle réfléchissait longuement, perdue dans ses pensées, écoutant cette respiration lente et profonde à ses côtés. Allongée sur le dos, Hazel soupira discrètement et finit par tourner la tête, avant d'observer le petit garçon plongé dans le sommeil, lové contre son corps, le visage à moitié caché dans le creux de son épaule. Hayden avait l'air si paisible, un ange de cinq ans aux cheveux bruns qui semblait rêver d'autres choses que de l'Enfer dans lequel il était plongé depuis un an. Souvent, il se réveillait en sursaut pendant la nuit, le souffle court, terrorisé par ses cauchemars qui ne cessaient de le hanter. Un enfant de son âge n'aurait jamais du connaitre tout ça. Cette vie tellement difficile à supporter pour un adulte, mais bien plus traumatisante pour un petit garçon comme lui qui, depuis que sa vie avait basculé, souffrait d'aphonie psychogène. Hayden n'avait prononcé aucun mot depuis que tout avait commencé, il ne parlait plus, se réfugiant dans un mutisme total. Hazel ignorait s'il reparlerait un jour, mais le voir dans cet état la faisait souffrir. Protectrice à son égard, elle faisait son possible pour cet enfant, bien que l'idée de lui offrir une vie meilleure semblait être une chose impossible.

La jeune femme le contempla longuement, avant de le serrer légèrement contre elle. Elle déposa un baiser furtif sur la tête du garçon, puis retourna se perdre dans la vision du toit de la tente. Elle ignorait l'heure, mais peu importait. Rien n'avait d'importance en cet instant car ils étaient en sécurité. Du moins, le pensait-elle. Ceci étant dit, Hazel ne put s'empêcher de tâtonner le sol de sa main libre, laissant ses doigts se poser sur le métal froid d'un pistolet Sig Sauer P226 qu'elle avait trouvé peu après le début de cette mésaventure. Bien qu'elle n'était pas une experte pour se servir de cette arme meme si elle avait appris à tirer, elle aimait l'avoir non loin d'elle en cas de danger. Car ce dernier pouvait arriver à tout instant, elle avait pu le constater par le passé, depuis que cette Apocalypse était arrivée. Rassurée par la présence du pistolet, Hazel replaça sa main au chaud sous la couverture, avant de finalement fermer les yeux. Il ne lui fallut pas longtemps pour plonger à son tour dans le sommeil.

Là, elle fut engloutie par les ténèbres ... les rêves ... les souvenirs ...


Une vie passée

Cette histoire a commencé il y a 27 ans, par une nuit d'orage. Une petite fille vit le jour dans la ville de Winchelsea, Etat de Victoria, en Australie. Une enfant venue agrandir la famille Turner, qui avait déjà une fille de cinq ans, Brooke. Jack et Emma Turner décidèrent d'appeler leur second enfant Hazel-Grace, un prénom composé que la mère de famille appréciait. Cependant, en grandissant, la fillette préféra être simplement appelée Hazel. Les deux enfants du couple s'entendaient très bien, la grande soeur jouant parfaitement son rôle pour guider la cadette, mais également pour faire de nombreuses bêtises avec elle. Comme par exemple le jour où, lors d'une balade à vélo, Brooke percuta accidentellement la bicyclette de sa petite soeur, faisant lourdement tomber Hazel sur le sol, qui garda une cicatrice au genou de cette mésaventure. Ou encore la fois où les deux fillettes furent surprises en train de creuser des trous partout dans le jardin, soit disant pour construire un château ... sous la terre. Les filles étaient très complices, il n'y avait aucune rivalité entre elles. Tout semblait parfait, et pourtant un jour, tout bascula.

Lorsque Hazel eut 8 ans, son père décida de partir, demandant le divorce sans intention de revoir ses filles. La fillette ignorait pour quelle raison son propre père les rejetait, sa soeur et elle, alors qu'il semblait les avoir aimé depuis toutes ces années. Elle l'ignore toujours aujourd'hui, n'ayant jamais su la vérité. La mère de famille eut le coeur brisé, elle ne se remit jamais de cette dure épreuve, se retrouvant seule à élever deux enfants. Heureusement, Brooke entrait dans l'adolescence, elle put aider sa mère dans l'éducation de sa petite soeur. Emma s'occupait comme elle pouvait de sa famille, se sacrifiant pour leur bien être, pour que les filles ne manquent de rien et aient un avenir, quitte à ruiner sa propre santé en accumulant plusieurs travails pour gagner suffisamment d'argent. Tout comme son aînée, Hazel grandit trop vite, apprenant à tenir la maison là où des enfants de son âge passaient leur temps à jouer. Reconnaissante envers leur mère pour ce qu'elle faisait, les deux soeurs témoignaient leur gratitude en s'occupant elles aussi d'Emma et de la maison. Ce qui leur permit de devenir indépendantes alors qu'elles n'étaient encore que des gamines.

Concernant la scolarité, Hazel était une élève intelligente, mais loin d'être brillante. A vrai dire, elle restait dans la moyenne, bien qu'elle pouvait faire davantage si elle en avait envie. Brooke, elle, donnait le meilleur d'elle même afin d'avoir les meilleures notes possibles. La soeur ainée avait un brillant avenir devant elle, elle qui voulait travailler dans la recherche médicale. Côté sentimental, là aussi, les deux jeunes filles étaient différentes. Si l'ainée avait trouvé un petit copain avec qui elle voulait faire sa vie, vu son âge plus avancé, Hazel préférait prendre son temps. Elle connut plusieurs garçons, mais aucun de suffisamment attachant pour faire un bout de chemin avec lui, même lorsqu'elle fut au lycée. Brooke finit par se marier à seulement 23 ans, persuadée d'avoir trouvé l'homme de sa vie. Et peu après, son mari dut partir vivre aux Etats Unis, au Texas, pour des raisons professionnelles. La soeur aînée le suivit, laissant Hazel seule avec Emma.

Hazel continua de vivre avec sa mère pour s'occuper d'elle, sans négliger ses études. Après une longue réflexion, elle décida de faire des études de droit pour devenir avocate. Mais alors qu'elle terminait sa dernière année au lycée, se préparant à entrer à l'Université, sa mère tomba gravement malade. Les médecins diagnostiquèrent une leucémie, une maladie qui n'était toujours pas soignable malgré les progrès de la science. Un jour, alors qu'elle rentrait chez elle, Hazel découvrit sa mère inanimée dans le salon. Malgré les soins prodigués à l'hôpital, Emma décéda, victime d'un accident vasculaire cérébral. Sous le choc de la perte de sa mère qu'elle n'avait pas pu aidé, Hazel décida de retarder son entrée à l'Université, n'ayant pas le coeur à se lancer dans des études, vu le grand désarroi dans lequel la cadette était plongée. Brooke revint des Etats Unis pour assister à l'enterrement, s'occuper des tâches administratives, notamment pour la vente de la maison familiale, et prendre soin de sa petite soeur. Cependant, elle ne pouvait pas rester indéfiniment, et repartit deux semaines plus tard, le coeur serré. Hazel se retrouva seule, sans famille, terrassée par la perte de sa mère. Même son père n'avait pas donné signe de vie à l'annonce du décès d'Emma. Hazel le haïssait. Ayant du mal à se remettre de ce traumatisme, la jeune femme prit une année sabbatique avant de continuer ses études, voulant profiter de la vie et se ressourcer. Elle en avait bien besoin après avoir regardé sa mère s'éteindre.

Toutefois, vivre en Australie, loin des siens, ne l'intéressait plus. Alors que la jeune femme avait 20 ans, Brooke lui proposa de la rejoindre au Texas, et grâce à son aide, Hazel trouva une place à l'Université du Texas à Austin, une faculté de droit pour ses études. Une nouvelle vie commença, non loin de sa grande soeur qui vivait dans la petite ville de Georgetown, proche d'Austin. Au début, la jeune femme eut du mal à s'habituer à ce nouvel environnement. Mais elle finit par trouver ses marques, obligée d'avoir un petit travail à côté pour financer ses études. Elle vivait sur le campus de la faculté, dans une chambre individuelle pour bénéficier d'une certaine intimité. Avoir son logement à elle était impensable, beaucoup trop cher pour ses maigres économies. Cependant, malgré son emploi du temps chargé, cela ne l'empêcha pas de voir régulièrement sa soeur. Ainsi que de passer du temps avec son neveu, Hayden, un bébé né quelques mois auparavant, lorsqu'elle même avait 22 ans. Très attaché à l'enfant, Hazel le vit grandir, pendant que de son côté, ses études avançaient bien. Mais une nouvelle épreuve attendit la jeune femme, qui entamait sa dernière année de droit, avant l'examen du barreau qui lui permettrait de devenir avocate. Ce jour n'arriva jamais.


L'Apocalypse

La fin du monde avait déjà commencé, mais les humains l'ignoraient encore. Cela commença d'abord par des signalements d'attaques étranges par endroit, suffisamment intrigantes pour ne pas rester dans la rubrique "Faits Divers" d'un journal. Des hommes et des femmes attaquaient violemment d'autres personnes, ce qui était insensé. Difficile de croire à une telle chose. Mais si au début, la majeure partie de la population ne prêtait pas vraiment attention à ce genre de nouvelles, pensant peut être qu'il s'agissait de cas isolés, voir même d'un canular, le phénomène prit rapidement de l'ampleur, et plusieurs villes des Etats Unis furent touchées. Les vidéos d'amateurs se multipliaient, preuve qu'il se passait vraiment quelque chose de grave. En quelques semaines, la situation dégénéra, si bien que les autorités prirent des mesures pour tenter de protéger la population et contenir ce phénomène, parlant d'une sorte d'épidémie qui rendait les gens très violents et agressifs, alors qu'ils étaient visiblement décédés. Même l'actualité des autres nations commençaient à mentionner cet étrange phénomène aux Etats Unis. Des morts qui arpentaient la terre pour tuer les vivants. Est ce que cette maladie se répandait ? Difficile à dire, car environ trois semaines après les premiers cas de cette histoire, les Etats Unis se retrouvèrent isolés du monde extérieur, plus aucun média ne fonctionnait. Le Gouvernement en savait peut être plus à ce sujet, mais si c'était le cas, il se gardait bien de prévenir la population qui se retrouva rapidement dépassée par les événements dans tous le pays. D'abord les Etats du Nord, en commençant pas les grandes villes. Puis ceux du Sud du pays. Personne ne semblait épargné, la panique était totale, et la fuite semblait impossible. L'Apocalypse était là.

Lorsque le phénomène commença à toucher Austin, Hazel réussit à fuir la ville avant que les morts vivants ne submergent tout, faisant de nombreuses victimes sur leur passage. Elle avait eu à peine le temps d'emporter un sac contenant quelques vêtements, une trousse de secours et un peu de nourriture, il fallait agir très vite pour ne pas se retrouver bloquée en ville. C'était le chaos sur la route, mais la jeune femme parvint, bien que difficilement, à se diriger vers Georgetown pour retrouver sa famille, à bord de sa propre voiture. En arrivant à destination, elle constata avec effroi que c'était l'anarchie. Les gens fuyaient, désespérés, n'hésitant pas à s'en prendre physiquement à d'autres. Certains en profitait même pour commencer les pillages pour faire face à cette fin du monde. Des bagarres éclataient par endroit. Toute trace de civilisation semblait s'être volatilisée pour laisser place à un instinct animal de survie, où tout était permis.

Hazel retrouva les siens devant leur maison familiale, une belle bâtisse comme il en existait tant d'autres dans un quartier pavillonnaire, avec un jardin bien entretenu devant et derrière la maison. Brooke tenait Hayden par la main, se précipitant vers la voiture de sa petite soeur, un sac à la main. Eux aussi avaient eu le temps de prendre le strict minimum, vu ce qui se passait en ville. Certains prétendaient que les morts arrivaient, et qu'il fallait fuir de toute urgence. Pas la peine de s'éterniser pour vérifier si cette théorie était exacte ou non. Le mari de la soeur aînée voulu prendre son propre véhicule, un gros 4x4, mais la voiture d'Hazel passerait plus facilement dans le flot important de circulation qui quittait la ville. L'homme fut le dernier à sortir de la maison, emportant avec lui quelques sacs contenant des vivres et du matériel de survie. Puis, il prit place côté passager, tandis que Brooke et Hayden s'installèrent à l'arrière. La voiture démarra aussitôt, longeant les rues de Georgetown où des bouchons se formaient déjà pour quitter la ville. Inutile de compter sur le faire play ou l'intelligence des gens à ce moment là, ils agissaient comme des bêtes sauvages prêts à tout pour s'en sortir. De nombreux accrochages eurent lieu dans la panique, les coups de klaxon retentissaient, les insultes fusaient.

Hazel eut le malheur de passer devant un pick up dont le conducteur préférait s'énerver sur un autre véhicule, plutôt que d'accélérer. Ce qui ne plut pas à ce dernier qui rattrapa aussitôt la citadine de la jeune femme, pour venir lui couper la route et l'obliger à s'arrêter, avant de sortir, furieux. Le mari de Brooke réagit aussitôt, vu que l'individu semblait vouloir en découdre. Mais les choses dégénèrent lorsque que, en plein milieu de la conversation houleuse, l'inconnu sortit une arme à feu et tira une balle dans la tête de son interlocuteur. Brooke hurla, Hayden éclata en sanglot en voyant son père être abattu sous ses yeux pour un simple différent. Quant à Hazel, choquée, sans réfléchir, elle appuya sur l'accélérateur et prit la fuite, n'osant pas regarder en arrière. Sa soeur était en pleurs, subissant un traumatisme par ce qu'elle venait de voir, alors qu'elle serrait son fils dans ses bras. Ce dernier continuait de crier, les mains posées sur ses oreilles, et il fallut un long moment pour que sa mère parviennent à calmer sa crise. Hazel préférait rester concentrée sur la route pour ne pas penser à ça, bien que les images de la mort de son beau frère lui revenait sans cesse en mémoire. Un homme abattu pour une raison futile. Etait-ce là le monde dans lequel la jeune femme allait vivre ? Ce n'était hélas que le début, car l'Apocalypse allait faire ressortir les pires côtés de l'Etre Humain.


Survivre ou mourir

Les premiers jours furent les plus pénibles, car les humains étaient totalement perdus, incapables de savoir comment vivre dans une société qui venait brutalement de s'effondrer. Profitant de la voiture, Hazel roula aussi loin qu'elle pouvait de Georgetown, prenant la direction du Nord. Mais où aller ? Elle avait bien tenté d'allumer la radio pour chercher une fréquence d'informations, mais elle n'eut que des sons parasitaires en retour. Derrière elle, Brooke semblait déconnectée du monde extérieur, encore sous le choc du meurtre de son mari. Hayden restait prostré à ses côtés, les larmes coulant en silence sur ses joues. Il n'avait que quatre ans, et il venait d'assister à un acte odieux et barbare. De quoi le traumatiser pour le reste de sa vie. Les nuits étaient horribles pour lui, car il se réveillait souvent, effrayé, après avoir fait un cauchemar. Silencieuse, Hazel poursuivit sa route pendant plusieurs jours, cherchant des endroits pour se ravitailler et pour passer la nuit, discutant avec d'autres personnes rencontrées pendant leur halte, qui survivaient également en se demandant quoi faire. L'un d'entre eux suggéra de quitter l'Etat, voir même de tenter sa chance au Mexique. Mais un autre lui répondit qu'un mur avait été construit autour du Texas pour empêcher les morts d'entrer dans l'Etat. Ou d'en sortir. Hazel avait du mal à croire à cette théorie. Comment le Gouvernement aurait-il pu dresser un mur en aussi peu de temps ? C'était impensable. Cependant, si cette histoire était vraie, ce n'était pas la peine de prendre le risque de fuir le Texas. Désespérée, Hazel discuta longuement avec ces survivants, notamment au sujet des zombies, de leur nature, de la façon de les éliminer, et même de la terreur qui envahissait les survivants s'ils venaient à être griffés ou mordus, avec le résultat attendu. Le lendemain, ce qui restait de la petite famille reprit la route vers une destination inconnue, espérant trouver un prochain lieu où se poser avant que les vivres ne viennent à manquer.

Pendant leur périple, il arrivait souvent à Hazel de s'arrêter dans une station service, ou un petit magasin, du moment que ces lieux restaient suffisamment éloignés des grandes villes. Elle avait appris que ces endroits étaient davantage propices à rencontrer des morts vivants en grand nombre, par rapport aux coins isolés et perdus en pleine campagne. Cependant, les ressources commençaient peu à peu à manquer, car les pillages étaient fréquents. Pour l'instant, la jeune femme trouvait encore du carburant, quelques vêtements, un peu de nourriture. Mais d'ici peu de temps, ces vivres viendraient à disparaitre, et il lui faudrait s'aventurer dans des zones plus dangereuses. Une chose impensable pour elle. Alors qu'elle s'arrêtait devant une épicerie, Hazel observa les environs pour voir s'il y avait du danger. L'endroit paraissait calme et désert, mais il fallait rester prudent. A côté de l'épicerie se trouvait une station service. Elle descendit de voiture, imitée par Brooke qui voulait emmener son fils jusqu'à une source d'eau potable, et en profiter pour faire un brin de toilette et se désaltérer. Hazel s'occupa de vérifier la présence de carburant dans la pompe. Par chance, il en restait un peu, même si le réservoir de la voiture de la jeune femme n'allait être rempli qu'à moitié. Par la suite, Hazel décida de faire un tour dans l'épicerie, espérant y trouver quelques provisions. L'endroit avait été saccagé, les étagères renversées. Il lui était difficile de progresser, mais elle aperçut quelques boites de conserve en fouillant dans les décombres, qu'elle s'empressa de ramasser en les fourrant dans son sac à dos.

A ce moment là, un bruit attira son attention sans qu'elle ne parvienne à savoir d'où cela venait. Un râle. Le coeur faisant un bond dans sa poitrine, Hazel quitta l'épicerie en regardant autour d'elle, cherchant l'origine de ce râle. Nul doute qu'il s'agissait d'un zombie, mais où était-il ? Brooke était en train de revenir avec Hayden, et alors que sa petite soeur ouvrait la bouche pour la presser de partir, un mort vivant se retrouva dans le dos de la femme qui n'avait pas fait attention. La main cadavérique agrippa la chevelure de sa proie, avant de la tirer en arrière, Brooke étant trop surprise pour tenter quoi que ce soit. Hazel se mit à courir en criant le nom de sa soeur, au moment où les dents du monstre se plantèrent dans la gorge de sa victime, faisant jaillir un flot important de sang lorsqu'il déchiqueta la chair. Tétanisé, Hayden fixa cette scène et se mit à hurler, avant d'être emporté par Hazel qui le conduisit en sécurité dans la voiture. Envahie par l'idée de pouvoir sauver sa soeur, la jeune femme retourna à l'épicerie, le regard balayant chaque endroit de la pièce pour trouver quelque chose pouvant lui servir d'arme. Un pied de biche, parfait. Hazel s'en empara, et retourna vers le monstre qui continuait de se repaître du corps de Brooke. Furieuse, sans même réfléchir à ce qu'elle faisait, Hazel leva l'arme avec ses deux mains, et l'abattit violement sur le crâne du mort vivant. Elle dut s'y prendre à plusieurs reprises, mettant toute sa rage dans chacun de ses coups, jusqu'à ce que la tête du zombie se fende en deux, la cervelle se répandant sur le sol, signe que la créature était bien morte cette fois ci. Hazel ne se rendait pas encore compte que des larmes inondaient son visage, et que ses mains tremblaient, les doigts blanchis et crispés sur le manche du pied de biche qu'elle serrait avec force. Elle venait de tuer ce qui était autrefois un humain. Elle l'avait fait sans même se poser de questions, sans hésitation, comme si c'était naturel d'ôter la vie. Après tout, si elle devait tuer ces créatures pour survivre, ne devait-elle pas le faire sans avoir mauvaise conscience ? Bien qu'elle se persuadait d'avoir bien agi, l'idée qu'elle venait de tuer la bouleversa profondément. Après avoir longuement fixé le mort vivant immobile, la jeune femme s'agenouilla près du corps de son ainée, la gorge arrachée, les yeux ouverts, figés dans une éternelle terreur. Hazel éclata en sanglots, refusant de croire à la mort de sa grande soeur. Elle hurla sa peine, et il lui fallut quelques minutes avant de songer à quitter cet endroit avant que d'autres zombies ne rappliquent. Une voix lui vint à l'esprit, une réplique de l'un des survivants qu'elle avait rencontré quelques jours plus tôt.

« Si quelqu'un se fait mordre ou griffer par l'une de ces choses, il deviendra un zombie à son tour. »

Brooke était morte, mordue. Elle agrandirait l'armée des morts vivants, et qui sait dans combien de temps elle se réveillerait, prête à dévorer le premier être vivant qui passerait à sa portée. Hazel refusait l'idée que sa grande soeur devienne comme ces monstres. Et pour cela, il n'y avait qu'une seule chose à faire. Un acte horrible en soit, et que peu de personnes parviendraient à réaliser sur un proche. Avec beaucoup d'hésitation, la jeune femme finit par se lever, et abattit le pied de biche sur la tête de Brooke, encore et encore, jusqu'à la broyer complètement, ne cessant de lui demander pardon à haute voix. Elle ne voulait pas que sa soeur se transforme. Pendant l'opération, l'Australienne n'avait pas cessé de pleurer, pensant être un monstre d'avoir commis une telle chose à l'encontre de sa soeur qu'elle aimait tant. Mais cela aurait été encore plus monstrueux de la laisser se transformer et errer pour se repaître de chair humaine, non ? Après sa répugnante besogne, Hazel s'éloigna du corps, les jambes tremblantes, menaçant de céder sous son poids. Son estomac se contracta, et la jeune femme tomba à genoux, avant de vomir, toussant à plusieurs reprises lorsque la bile irrita sa gorge. Elle se maudissait, elle maudissait les zombies, elle maudissait tout ce qui se passait. Après avoir repris possession de ses moyens, Hazel s'essuya la bouche du revers de sa main libre, l'autre n'ayant pas lâché le pied de biche ensanglanté, et elle se leva pour retourner à la voiture. Hayden était allongé sur la banquette, recroquevillé sur lui même, les mains à nouveau plaquées contre ses oreilles, le regard perdu droit devant lui. Il ne semblait plus réagir, comme s'il s'était enfermé dans un monde qui n'appartenait qu'à lui. Heureusement, il n'avait pas vu l'action de sa tante sur le corps de sa mère. Le coeur serré par la douleur, le désarroi et le chagrin, Hazel monta en voiture, les yeux humides, et lâcha le pied de biche et le sac à dos sur le siège passager. Puis elle démarra la voiture avant de partir loin de cet endroit maudit, sans oser jeter un regard en arrière pour ne pas craquer et s'effondrer. Elle devait être forte non seulement pour elle, mais pour Hayden, le dernier membre de sa famille encore en vie qui avait maintenant besoin d'elle plus que jamais.


Une solitude pesante

Assise sur le capot de la voiture, Hazel restait immobile, perdue dans ses pensées, tandis que des larmes silencieuses coulaient le long de ses joues. La vision de Brooke égorgée lui revenait sans cesse en mémoire depuis qu'elle avait fui les lieux, et après quelques heures de route, la jeune femme avait du s'arrêter sur le bas côté, incapable de continuer à conduire. Elle devait faire une pause. Hayden était resté prostré sur la banquette arrière, en état de choc, alors que sa tante essayait de garder la maitrise d'elle-même pour leur bien à tous les deux. En vain, car en cet instant, elle se laissait aller à ses sanglots, tandis que ses mains tremblaient encore depuis ce qu'elle avait osé faire au corps de sa propre soeur. Elle venait de commettre un acte qu'elle jugeait impardonnable. Et la voilà dorénavant obligée de survivre seule avec un enfant, son propre neveu qui n'avait prononcé aucun mot depuis la mort de sa mère.

Après de longues minutes, Hazel finit par s'essuyer le visage en reniflant, balayant les dernières traces de larmes. Le soleil commençait à décliner, elle devait trouver un endroit pour passer la nuit en sécurité. Mais il n'y avait que de la campagne autour d'elle. La jeune femme remonta en voiture, et vérifia le niveau d'essence. Le véhicule était sur la réserve depuis peu, il n'irait pas très loin, une trentaine de kilomètres tout au plus. Sans un mot, Hazel jeta un regard à son neveu, avant de démarrer et de filer sur la route. Quelques temps plus tard, elle aperçut au loin plusieurs maisons, signe qu'il y avait une bourgade non loin de là. La voiture eut des soubresauts, avant de définitivement s'arrêter. L'Australienne soupira, mais il n'y avait pas de temps à perdre. Il fallait atteindre la petite ville avant la nuit. Elle rassembla ses affaires, attrapa son pied de biche, et prit la main d'Hayden pour arpenter la route qui menait droit vers l'entrée de la bourgade.

En chemin, le garçon fatiguait. Alors, Hazel le prit dans ses bras, soutenant le fessier de l'enfant pour le plaquer contre elle afin d'assurer sa prise sur lui. Hayden passa ses bras autour du cou de la jeune femme, et posa sa tête sur son épaule, bercé par la marche de sa tante. Il finit par s'endormir. Au moment où le soleil rencontrait la terre à l'horizon, Hazel finit par atteindre la ville, et elle fut rassurée de voir qu'il n'y avait aucun zombie dans les environs. Elle se dirigea vers une maison à deux étages, visiblement abandonnée comme les autres, pour y trouver refuge. Faisant tout de même preuve de prudence, la jeune femme réveilla Hayden et le posa sur le sol, avant de s'approcher de la porte d'entrée. Hélas verrouillée. Ce fut le même constat pour la porte menant à la cuisine, située de l'autre côté de la bâtisse. Un coup d'oeil par la vitre, mais il n'y avait aucun mouvement. La maison était-elle vide ? Ou est ce que des zombies se trouvaient quelque part dans une pièce, à attendre une proie ? Voulant faire preuve de discrétion, Hazel retira sa veste, l'enroula autour du pied de biche, et donna un coup sec dans la vitre de la porte, ce qui atténua un peu le bruit du verre brisé. Puis, elle passa sa main par l'ouverture, cherchant le loquet qu'elle s'empressa de déverrouiller. Une fois à l'intérieur, Hazel resta sur ses gardes, tendant l'oreille pour guetter le moindre bruit. Mais rien. Seul le silence l'accueillait. A croire que cette maison était complètement vide. Après avoir constaté qu'il n'y avait pas de danger immédiat, elle fit entrer Hayden, avant de fermer la porte et de la verrouiller. Inutile vu la vitre cassée, mais si un zombie arrivait, il ne pourrait pas ouvrir la porte. Seul un autre humain pourrait le faire, et Hazel espérait qu'il n'y avait pas de pillards dans les environs.

La lumière déclinait à mesure que le soleil disparaissait. Avec prudence, Hazel monta à l'étage avec son neveu, attentive au moindre bruit suspect. Elle trouva une chambre avec un grand lit, et après avoir vérifié qu'il n'y avait aucun danger, elle allongea son neveu sur le matelas, avant de quitter la pièce. La jeune femme devait s'assurer que la maison était sécurisée pour y passer la nuit. Elle fit le tour des nombreuses pièces de la bâtisse, et découvrit qu'il s'agissait d'une demeure familiale, dont les propriétaires étaient visiblement à la retraite avant le début de cette histoire, vu les photographies disposées par ci par là. Il y avait même une chambre d'enfant, avec plusieurs peluches et jouets, peut être pour d'éventuels petits enfants. Partout où elle allait, la jeune femme fouillait et ramassait ce qui pouvait être utile, fourrant ses trouvailles dans son sac à dos. Le salon n'avait rien de particulier, tout comme la cuisine. En revanche, le garage abritait une voiture en état de fonctionner, avec un réservoir plein de carburant. Il y avait même une carte de la région dans la boite à gants. Une chance pour Hazel et son neveu qui avaient maintenant un moyen de partir. Au fur et à mesure de ses recherches, l'Australienne découvrit ce qui s'était passé dans cette maison, lorsqu'elle entra dans ce qui servait de bureau. Une odeur épouvantable nargua ses narines au moment où elle ouvrit la porte. A l'intérieur de la pièce, il y avait deux corps sur le sol, tous deux baignant dans une mare de sang séché. Les deux retraités. La femme allongée sur le ventre, le crâne fracassé par un bougeoir ensanglanté. L'homme étendu non loin sur le dos, un trou dans la tête, et un pistolet tombé à quelques centimètres du corps. Nul doute que l'épouse avait du être contaminée et s'être transformée, avant d'être abattue par son mari. Ce dernier s'était suicidé, ne voulant pas vivre sans l'amour de sa vie. Une vision bien triste qui devait être la même partout dans le pays. Et probablement dans le monde entier si ce virus s'était répandu ailleurs. En les voyant, Hazel eut un haut le coeur, mais elle parvint à se maitriser. Il n'y avait plus rien à faire pour les propriétaires.

Après avoir repris possession de ses moyens, la jeune femme fouilla le bureau, n'y trouvant rien d'intéressant. Elle ramassa le pistolet qui avait servi à l'homme, et le glissa dans son dos, calé dans le haut de son pantalon. Même si elle ne savait pas s'en servir, mieux valait avoir une arme à portée de main. Puis, pour échapper à cette vision d'horreur, et surtout empêcher Hayden de voir les deux corps, Hazel ferma la porte, et poussa un petit meuble devant. Au moins, le garçon n'irait pas faire un tour dans la pièce. La maison était sécurisée, Hazel retourna voir son neveu, et lui offrit même une peluche qu'elle avait trouvé dans la chambre d'enfant. Un objet qui semblait plaire au petit garçon, vu son empressement à l'attraper et à le serrer contre lui, comme un doudou. Par chance, la maison n'avait pas encore été pillée. Il restait quelques vivres, dont des boites de conserve et des bocaux de nourriture. Il y avait même encore de l'électricité et de l'eau, ce qui était étrange. Pendant son expédition, Hazel découvrit pour quelle raison la bâtisse était encore fournie en énergie. Tout comme les demeures autour. Elles étaient pourvues de générateurs solaires, qui leur permettait de recevoir de l'énergie même en cas de coupure. Les générateurs avaient sûrement pris le relais, ce qui était une aubaine pour l'instant, autant en profiter. Les deux survivants purent savourer un repas chaud et prendre une bonne douche pour se débarbouiller, avant de s'enfermer dans la chambre pour essayer de dormir. La nuit fut agitée par des cauchemars, mais les quelques heures de sommeil furent bénéfique pour tous les deux.

Hazel décida de rester quelques jours dans la maison, malgré la présence de zombies qui commençaient à arpenter la rue. Pour le moment, il n'y en avait pas beaucoup, et elle put sans mal atteindre les autres maisons, se transformant en pillarde pour survivre, tandis que Hayden restait en sécurité dans la chambre, avec pour instruction de ne pas la quitter sans l'accord de sa tante. La jeune femme revenait avec ses trouvailles, mais cette chance ne fut que de courte durée. L'électricité finit par être coupée, ce qui intrigua la jeune femme qui se demandait comment des générateurs de secours pouvaient cesser de fonctionner en même temps. Puis, les ressources dans les environs commencèrent à manquer, les maisons étaient pillées par d'autres survivants. Sans compter que les rôdeurs devenaient de plus en plus nombreux, et que circuler dans la rue devenait plus dangereux qu'avant. Hazel n'avait pas d'autre choix que de partir. Un matin, elle prépara ses affaires, plaçant tout ce qu'elle pouvait dans la voiture, notamment ce qui serait utile. Les dernières boites de conserve, de l'eau, des vêtements, un petit réchaud de camping qu'elle avait trouvé avec une casserole et de la vaisselle, et un nécessaire de secours. Le reste était inutile, pas la peine de s'encombrer de livres ou de bibelots. Une fois Hayden assis sur la banquette arrière, tenant fermement la peluche contre lui, Hazel ouvrit la porte du garage, et s'empressa de s'installer au volant, avant de démarrer. Elle quitta la ville, non sans renverser au passage quelques zombies qui se trouvaient sur son chemin, et fila en direction de l'Ouest, s'orientant avec la carte même si elle ne savait pas où aller.

Les jours passèrent, et Hazel assura sa survie et celle de son neveu de cette manière. Chercher une maison, y trouver refuge pour quelques jours, ramasser des vivres, puis partir pour trouver un autre lieu. Mais rapidement, cette méthode ne fut plus possible. Les ressources se tarissaient. Les zombies se multipliaient. Le danger augmentait. Il lui était devenu impossible de subvenir à ses besoins et à ceux d'Hayden seule, sans risquer sa vie. Il lui fallait de l'aide. Et cette aide, elle finit par la trouver non loin de Memphis, dans le Nord de l'Etat, alors qu'elle passait devant un motel en bordure de route, barricadé par des planches et du grillage. Une trentaine de survivants y avaient élus domicile, se serrant les coudes pour survivre dans ce monde sans foi ni loi. Ils acceptèrent l'arrivée de deux membres de plus, ce qui sauva la vie d'Hazel et de son neveu.


L'entraide est la bienvenue

« N'oublie pas les règles, Hazel-Grace ! Tu te déplaces furtivement, tu entres en silence, tu ramasses tout ce que tu peux, et tu t'en vas sans te retourner. D'accord ? »

« D'accord. Et arrête de m'appeler comme ça, sinon je t'en colle une ! »

Steve sourit, appréciant taquiner Hazel, avant de reprendre son sérieux, et de regarder la rue devant lui, tandis que les deux survivants se cachaient derrière une voiture en panne. Il y avait quelques zombies par ci par là, et plusieurs maisons à visiter. Depuis son arrivée au motel, la jeune femme s'était portée volontaire pour participer à la vie de la communauté, afin de gagner sa place. Vu son agilité, elle avait choisi de devenir une maraudeuse, ayant déjà fait ça depuis le début de l'Apocalypse. Entrer dans une maison, la fouiller, voler ce qui s'y trouvait, une tâche à la fois dangereuse mais simple pour quelqu'un de son gabarit. Armée de son pied de biche, n'ayant pas trouver mieux comme arme, bien qu'elle gardait le pistolet qu'elle avait trouvé dans la demeure des retraités, Hazel ne prenait aucun risque inutile. C'était la règle numéro un. Et des règles, il y en avait beaucoup.

Cela faisait plusieurs mois qu'elle avait découvert ce motel à deux étages, abandonné et fortifié avec les moyens du bord, pour empêcher les rôdeurs de pénétrer à l'intérieur. L'endroit offrait un certain confort, car les occupants avaient des chambres à disposition. Avoir un lit, un matelas pour dormir était une bénédiction. Hazel partageait un grand lit avec Hayden, et rapidement, elle avait su se montrer utile, pendant que d'autres adultes restaient avec les enfants pour veiller sur eux. Durant les premiers mois, l'Australienne travailla en duo avec Steve, un homme qui avait une dizaine d'années de plus qu'elle, et qui lui montrait comment piller efficacement une maison, pour ramener des ressources. Il lui apprit également les rudiments de la survie, comme allumer un feu par exemple. Dans le même registre, Steve emmenait son élève dans d'autres communautés plus ou moins importantes dans les environs, afin de faire du troc. Tout le monde recherchait des ressources précises, et les échanger contre de la nourriture ou des médicaments étaient toujours une bonne affaire. Avec le temps, Hazel prit de l'assurance, et pour se montrer plus efficace dans son travail, elle en vint à piller les maisons seule, tandis que Steve volait autre part.

La voilà dans cette rue, attendant le signal pour partir en courant vers son objectif. Steve se dirigea à toute allure vers la maison de droite, tandis que Hazel s'occupait de la maison à gauche, de l'autre côté de la rue. Furtivité et rapidité. Malgré la présence des rôdeurs qui erraient dans la rue, la jeune femme atteignit sans difficulté la bâtisse, et pénétra à l'intérieur. Il y avait un mort vivant dans le salon, rampant sur le sol car il lui manquait une jambe. Sans état d'âme, Hazel abattit plusieurs fois son pied de biche sur le crâne du rôdeur pour le fracasser, ne préférant prendre aucun risque à le laisser "en vie" même s'il se trainait lentement sur le sol. Une fois le silence revenu, l'Australienne fouilla entièrement la maison, fourrant dans son sac à dos tout ce qui pourrait être utile à la communauté. Nourriture, vêtements, médicaments quelconques, outils comme un marteau, des vis ou une clé à molette, etc. Hazel agissait avec rapidité pour ne pas s'attarder dans cet endroit, au risque d'attirer d'autres rôdeurs à l'extérieur. Une fois son sac plein, sans un regard en arrière, elle quitta la maison et s'enfuit en direction de la voiture qui était garée un peu plus loin, où Steve l'attendait déjà avec un grand sourire. Pour lui aussi, la fouille avait été bonne. Ce qui n'était hélas pas tout le temps le cas, vu le nombre de survivants qui pillaient les maisons. Une fois leur forfait commis, le binôme retourna au motel avec leurs trouvailles.

Le temps s'écoula, l'hiver arriva. Et les ressources se firent plus rares. Les premiers temps au motel avaient des airs de routine, où Hazel passait beaucoup de temps à l'extérieur pour piller et faire du troc. Mais elle effectuait d'autres tâches pour aider ceux qui en avaient besoin. Elle appris également à utiliser son pistolet, bien qu'elle n'était pas une experte. Elle se coupa même les cheveux pour les raccourcir, afin d'être plus à l'aise pendant ses sorties de pillages. Mais les temps devinrent difficiles à mesure que le froid arrivait. Hazel ramenait de moins de moins de ressources, comme les autres maraudeurs. Les autres communautés étaient dans la même difficultés, certaines ayant même disparus à cause d'attaques de rôdeurs, ou de pillards qui se multipliaient dans la région. Un jour, ce fut au tour du motel d'être attaqué. Un groupuscule armé arriva en pleine nuit, défonçant les barricades et créant la panique générale. Certains tentèrent de lutter, mais en vain. Beaucoup de survivants, dont Hazel et Hayden, parvinrent à fuir à bord de plusieurs voitures qui disparurent de tous les côtés. L'Australienne était accompagnée de 8 autres personnes, réparties dans deux voitures. Sans ressources, car n'ayant pas eu le temps d'emmener grand chose, le petit groupe se dirigea le plus loin possible du motel, de peur d'être rattrapé par leurs attaquants.

Les quelques survivants trouvèrent une ancienne usine de bonbons abandonnée, mais excepté les portes d'entrée, il n'y avait aucune protection. Cependant, manquant de tout pour survivre, le groupe n'eut pas d'autre choix que s'installer dans cet endroit. Et de tout recommencer. Leur nombre avait considérablement diminué. D'autres avaient-ils survécu ? Où étaient-ils maintenant ? Steve n'était pas ici, comme tant d'autres avec qui Hazel avait sympathisé. Le plus important pour la jeune femme, c'était Hayden. Investir l'usine ne fut pas simple, mais avec le temps, le groupe parvint à en faire quelque chose de viable pour s'abriter. Il ne restait plus qu'à régler le problème de ressources. Cependant, tout comme au motel ces dernières semaines, les temps étaient durs, et les vivres étaient rares. La faim, le froid, tout minait le moral des survivants qui avaient de plus en plus de mal à tenir. L'hiver arrivait à son terme, le printemps s'installait, mais les bonnes nouvelles ne suivaient pas. Trois personnes avaient décidé de quitter l'usine, tentant leur chance ailleurs malgré les difficultés. Hazel ne voulut pas retourner seule sur les routes, avec son neveu. Elle resta avec les autres, mais la situation ne s'arrangea pas.

Au début du mois d'avril, alors que la situation devenait critique pour les survivants, et que Hayden commença à tomber malade, ce que les humains redoutaient le plus arriva, mettant fin à la petite communauté. Une horde débarqua et assaillit l'usine dénuée de protection. Ce fut le chaos, comme lors de l'attaque des pillards. Les survivants n'étaient pas assez nombreux pour repousser l'assaut, et ils tombèrent les uns après les autres. Voyant la situation désespérée, Hazel ramassa les quelques ressources qui restaient, délaissant son pied de biche mais gardant son pistolet avec elle, puis elle entraina Hayden jusqu'à la première voiture qu'elle trouva. Sans attendre, elle alluma le contact, tandis que les rôdeurs frappaient contre la tôle, souhaitant dévorer les vivants qui se trouvaient à l'intérieur du véhicule. La jeune femme ne réfléchit pas davantage, et elle appuya sur la pédale d'accélération, fuyant cet enfer avec son neveu terrorisé.


Un havre de paix

Le 7 avril 2035 ...

Cela faisait plusieurs jours que la jeune femme avait quitté l'usine, étant probablement la dernière survivante de son groupe avec le petit garçon. Elle se retrouvait à nouveau seule avec Hayden. Les vivres qu'elle avait eu le temps d'emporter s'étaient épuisées, et Hazel ignorait où elle pourrait trouver refuge cette fois-ci. Sans compter que le garçon était de plus en plus souffrant. Il avait de la fièvre et des difficultés à respirer, touché par un quelconque virus qui l'affaiblissait de plus en plus. L'Australienne ne possédait pas de médicaments pour guérir son neveu. Il lui fallait en trouver rapidement, alors elle roulait vers une ville qu'elle pourrait visiter malgré le danger. N'ayant d'autre solution, elle pensait chercher une pharmacie pour y trouver des médicaments. La dernière ville qu'elle avait croisé était Post, mais elle n'avait rien trouvé là bas, et avait du être contrainte à poursuivre son chemin vers le Sud. Roulant sur la Route 84, Hazel se dirigeait vers une petite ville qui s'appelait Snyder, d'après les panneaux de direction. Toutefois, un événement survint, l'empêchant d'arriver à destination. Le moteur commença à lâcher, de la fumée s'échappa du capot. Puis, le véhicule eut quelques soubresauts, laissant juste le temps à la jeune femme de se garer sur le bas côté, avant de s'arrêter.

« C'est pas vrai ... tu vas démarrer, oui ?! S'il te plait ... » lança-t-elle en tournant la clé de contact.

Hazel eut beau tenter de redémarrer plusieurs fois, rien n'y faisait. De rage, elle frappa le volant, se mordant la lèvre pour ne pas craquer et lancer des insultes à haute voix, alors que Hayden se trouvait juste derrière elle. La jeune femme réfléchit quelques secondes, pressée par le temps, et la peur de voir l'état de santé de son neveu s'aggraver s'il ne recevait pas de soin à temps. Elle quitta la voiture, et regarda autour d'elle. Il n'y avait rien d'autres que des arbres. De part et d'autre de la route se trouvait une immense forêt, résultat d'un projet passé nommé "Our Eternal Futur ". La ville de Snyder était encore à plusieurs kilomètres de marche, et Hazel n'avait pas le temps de l'atteindre en portant le corps du petit garçon, le soleil se coucherait avant, les plongeant dans le noir sur une route déserte. Paniquée et désespérée, la jeune femme n'eut pas d'autre choix que de tenter sa chance. Elle mit son sac sur le dos, et prit Hayden dans ses bras, avant de marcher sur le bas côté, se retenant de fondre en larmes car la situation était catastrophique. L'enfant avait plus de mal à respirer, il frissonnait dans ses bras, et de temps en temps, il était pris d'une quinte de toux.

Marchant déjà depuis une bonne vingtaine de minutes, Hazel aperçu au loin deux bâtiments non loin de la route. Sans doute une ferme, mais il y avait peu de chance qu'elle soit habitée. Ni qu'il y ait des médicaments à l'intérieur. L'endroit était désert, et la ville était si loin. Fatiguée, affamée par le manque de vivres, l'Australienne s'arrêta un instant pour reprendre son souffle, renforçant sa prise sur son neveu qui venait de s'endormir en dépit de la maladie. Malgré les apparences, le garçon était lourd à force de le porter, ce qui épuisait davantage Hazel. A ce moment là, une silhouette apparut dans son champ de vision. Sur le coup, son coeur s'emballa dans sa poitrine à cause de la peur, craignant qu'un rôdeur n'approche et ne leur saute dessus. Hazel n'avait aucun moyen de fuir, et elle ne pouvait pas courir avec Hayden dans les bras. Toutefois, elle fut rassurée en voyant que la silhouette qui s'approchait était une femme, très jeune, et qu'elle n'avait pas la démarche d'un zombie. L'inconnue ne prononça pas un seul mot, se contentant d'agiter un carnet devant son interlocutrice sur lequel elle avait griffonné quelques mots. Elle s'appelait Jennifer. Sans doute intriguée, voire inquiète, de voir un enfant en mauvaise santé, l'étrangère finit par guider Hazel jusqu'à la fameuse ferme aperçue au loin qui, contre toute attente, était habitée. L'Australienne fut bien accueillie par plusieurs personnes, elle fit la connaissance de Ricky, Ana, Nelson, Dakota, Pamela et Clark. Il y avait même un chien de garde, un doberman prénommé Tobby.

Hayden fut pris en charge par le médecin du groupe, Ana, qui s'occupa bien de lui. Hazel fut invitée à rester autant de temps qu'elle voulait, pour profiter de cet havre de paix et reprendre des forces. L'ambiance était vraiment différente dans cette ferme, en contradiction avec le monde extérieur. Là où tout n'était que chaos dehors, ici tout n'était que bonté et générosité. Ces gens étaient simples, accueillants et normaux, ce qui était très rare par les temps qui couraient. Ricky et Clark étaient même partis chercher la voiture de l'Australienne pour la remorquer jusqu'à la ferme et la réparer. Hazel se sentait bien dans cet endroit, bien que perturbée par le calme apparent. Tout semblait si parfait et harmonieux, ce qui étrangement l'inquiétait, bien qu'il n'y avait aucune raison. Il fallait dire que la jeune femme avait connu tellement d'horreur depuis le début de l'Apocalypse que voir un lieu pareil pouvait être dérangeant.

Cependant, Hazel prit le temps de la réflexion pendant quelques jours, errant dans la ferme, arpentant la grange où elle trouva posée sur les étagères une petite boite métallique fermée, arborant un dessin. Celui de la fée Clochette du monde de Disney. La jeune femme participa également aux tâches journalières pour faire vivre cette petite communauté, une manière pour elle de remercier ses hôtes. Toutefois, elle décida de partir de la ferme pour continuer sa route avec Hayden, une fois que le garçon serait rétabli. Non pas que la vie à la ferme n'était pas plaisante, mais la jeune femme pensait avant tout à la sécurité de son neveu. Et ce lieu n'était pas vraiment synonyme de sécurité. Certes, cette petite communauté était toujours là depuis près d'un an, mais le monde extérieur évoluait. Des groupes armés apparaissaient de plus en plus. Des hordes arpentaient la terre, réduisant tout à néant sur leur passage. Et la ferme n'était pas sécurisée, il n'y avait ni palissade, ni mur fortifié, ni soldats entrainés pour repousser une invasion. Ce n'était pas les quelques personnes présentes, ainsi qu'un chien, qui parviendraient à se défendre si l'endroit subissait un assaut de grande envergure. Rester ici signifiait courir un gros risque, et Hazel refusait de laisser Hayden périr en échange d'un simple confort. Ils devaient partir.

Aussi, cinq jours seulement après leur arrivée, Hazel annonça son départ. Sa décision en surprit plus d'un, mais personne n'alla à l'encontre de son choix. Ils comprenaient sans doute pour quelle raison la jeune femme avait décidé de partir en quête d'un meilleur endroit de survie. Une fois que la fièvre d'Hayden fut tombée, et que le garçon eut repris des forces, l'Australienne remercia ses hôtes pour leur aide, et quitta la ferme avec son neveu, à bord de sa voiture réparée. Elle laissa derrière elle cet havre de paix, non sans ressentir un certain regret. Elle prit la direction du Sud, errant quelques jours à la recherche d'un lieu sécurisé pour assurer leur survie.


Epilogue

Un bruit sourd retentit dans la nuit, réveillant brusquement Hazel. Qu'est ce que c'était ? Un coup de feu ? La jeune femme entendit des cris à l'extérieur. Son coeur s'accéléra, car elle avait l'impression que le camp était attaqué. Le refuge qu'elle avait trouvé avec Hayden environ deux semaines auparavant n'était pas bien grand, un petit hangar entouré d'un grillage, avec une dizaines de rescapés de l'Apocalypse qui survivaient difficilement. Ce n'était pas le camp fortifié qu'elle cherchait depuis longtemps, mais c'était mieux que rien, en attendant de trouver mieux. Mais si ce lieu n'était plus sécurisé aujourd'hui, il fallait vite s'enfuir.

Hayden se réveilla également, appeuré par les bruits qu'il entendait. Hazel pouvait le voir et le ressentir bien que l'enfant ne prononça pas un mot. La jeune femme se mouva et attrapa sa veste qu'elle enfila rapidement, ainsi que ses chaussures. Puis, elle s'empara de son pistolet, avant de se tourner vers son neveu.

« Reste là, et range nos affaires dans le sac. Je reviens ! »

Le garçon se contenta d'un simple hochement de tête, effrayé, serrant contre lui la peluche qui ne le quittait plus. Après avoir déposé un baiser sur son front pour tenter de le rassurer, Hazel quitta son petit chez elle pour aller voir ce qui se passait. Au milieu des autres tentes, la jeune femme ne voyait rien. Elle referma la toile pour mettre Hayden à l'abri, puis elle s'avança dans le camp, à l'affut du moindre danger, tenant son arme des deux mains, prête à s'en servir. D'autres coups de feu retentirent, d'autres cris de panique résonnèrent. Les zombies attaquaient-ils ? Arrivée de l'autre côté du camp, Hazel s'arrêta subitement. Non, pas des morts vivants. Des humains. Non loin d'elle, un individu équipé comme un militaire, cagoulé, trainait derrière lui le corps d'une femme qui tentait de se débattre, les mains ligotées dans son dos. Un peu plus loin, un autre attaquant mit une balle dans la tête d'un homme qui cherchait à l'abattre. Le danger était important, il fallait vite s'enfuir. Du moins, essayer. Un mot traversa alors les lèvres de l'Australienne dans un murmure, sur un ton horrifié.

« Hayden ! »

Effrayée par ce qui pouvait arriver à son neveu, Hazel se tourna pour rebrousser chemin. Mais elle se retrouva face à un individu vêtu comme les attaquants, qu'elle n'avait pas entendu approcher dans son dos, la prenant par surprise. Avant même d'avoir eu le temps de réagir en utilisant son pistolet, l'homme leva son arme, crosse vers l'avant, et l'abattit violement sur la tempe d'Hazel, plongeant cette dernière dans le Néant.
Equipement Porté :
Capacité : 0/5

-
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 0/3
-
Contenants Personnels :
N/A

Kyle Collins


Fiche de personnage
Points de RP:
 Hazel-Grace Turner Debuba1190/2000 Hazel-Grace Turner Videba10  (90/2000)
Etat Mental:
 Hazel-Grace Turner Debuba100/100 Hazel-Grace Turner Videba10  (0/100)
Informations scénaristiques:
Kyle Collins

Jeu 30 Déc - 18:10
Et je te souhaite la re-bienvenue et bon courage pour ce nouveau personnage !!
Bonne rédaction, j'ai hâte de lire ça.
Equipement Porté :
Capacité : 0/7

-
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 0/3
-
Contenants Personnels :
N/A

Hazel Turner


Fiche de personnage
Points de RP:
 Hazel-Grace Turner Debuba1190/2000 Hazel-Grace Turner Videba10  (90/2000)
Etat Mental:
 Hazel-Grace Turner Debuba10100/100 Hazel-Grace Turner Videba10  (100/100)
Informations scénaristiques:
Hazel Turner

Ven 14 Jan - 1:42
Merci Kyle <3

Et voilà, ma fiche est terminée ;)
Equipement Porté :
Capacité : 0/5

-
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 0/3
-
Contenants Personnels :
N/A

Kyle Collins


Fiche de personnage
Points de RP:
 Hazel-Grace Turner Debuba1190/2000 Hazel-Grace Turner Videba10  (90/2000)
Etat Mental:
 Hazel-Grace Turner Debuba100/100 Hazel-Grace Turner Videba10  (0/100)
Informations scénaristiques:
Kyle Collins

Ven 14 Jan - 21:56
Superbe fiche, rien à redire de mon côté.
C'est bon pour moi, tu as ma validation.

A très vite en jeu !
Equipement Porté :
Capacité : 0/7

-
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 0/3
-
Contenants Personnels :
N/A

Ivy Lockhart


Fiche de personnage
Points de RP:
 Hazel-Grace Turner Debuba11170/2000 Hazel-Grace Turner Videba10  (170/2000)
Etat Mental:
 Hazel-Grace Turner Debuba1060/100 Hazel-Grace Turner Videba10  (60/100)
Informations scénaristiques:
Ivy Lockhart

Ven 14 Jan - 21:57
Et bien pour ma part, outre un petit re-re-bienvenue n'ayant aucun sens, je valide cette Jumelle en première lecture.

Au plaisir de te martyriser en jeu.
Equipement Porté :
Capacité : 0/5

-
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 0/3
-
Contenants Personnels :
N/A

Hazel Turner


Fiche de personnage
Points de RP:
 Hazel-Grace Turner Debuba1190/2000 Hazel-Grace Turner Videba10  (90/2000)
Etat Mental:
 Hazel-Grace Turner Debuba10100/100 Hazel-Grace Turner Videba10  (100/100)
Informations scénaristiques:
Hazel Turner

Ven 14 Jan - 22:46
Merci à vous deux <3
Equipement Porté :
Capacité : 0/5

-
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 0/3
-
Contenants Personnels :
N/A

Jarod Blake


Fiche de personnage
Points de RP:
 Hazel-Grace Turner Debuba11155/2000 Hazel-Grace Turner Videba10  (155/2000)
Etat Mental:
 Hazel-Grace Turner Debuba1050/100 Hazel-Grace Turner Videba10  (50/100)
Informations scénaristiques:
Jarod Blake

Mar 18 Jan - 15:03




VALIDATION


Hazel est validée !


Un court faux suspens dû à l'IRL, mais nous y venons. J'ai été assez explicite d'à quel point j'ai apprécié cette fiche, mais je te félicite à nouveau pour ton inspiration, ce fut fort agréable à lire.  

Conformément aux prévisions, un jeu te sera prochainement ouvert avec, au moins, le personnage de Jennifer.

Groupe sanguin, espace personnel, profil, dépenses des PRP... tu connais la musique, je ne te ferais pas l'affront d'un rappel. Concernant les compétences, le fonctionnement est exactement le même que pour Ethan : 4 Paliers 1 + le Palier 1 du type obligatoire, Aliénation en l'occurrence.


Une troisième fois, bienvenue avec ce personnage.






Equipement Porté :
Capacité : 2/7
Épieu de chasse
Talkie Moderne
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 1/3
GMC Terrain 0/3
Contenants Personnels :
Dos 18/30
Grand sac
Console technologique (8)
Nécessaire d'usinage (5)
Kit d'affûtage (5)

Coffre 129/200
GMC Terrain
Outils Électroportatifs (15)
Boite à outils (8)
Engrais (10)
Stock de maçon (25)
Pièces détachées (10)
Casque de spéléo (6)
Rations périmées (15)
Casque de moto (8)
Pièces d'armement (2)
Rations pour animaux (15)
Rations pour animaux (15)
Personnages Liés :
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: