Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility
Haut de page
Bas de page


Forum JDR post-apocalyptique dans un monde contemporain alternatif en proie aux zombies, à des créatures pires encore ainsi que des événements surnaturels.
 

Ophélia Palmer
 :: Codex :: Nous Rejoindre

Ophélia Palmer

Ophélia Palmer

Mer 7 Fév - 17:36
Fiche d'identité
invitz10.jpg
Prénom(s) : Ophélia

Nom : Palmer

Né(e) le : 29/01/2006

À : États-Unis, Dallas au 1901 S Akard St, appartement 3.

Métier : Animatrice en périscolaire

Particularité(s) : Tatouage d'un phénix sur le bras gauche, une cicatrice à l'arcade droite et une brulure en bas du dos à droite. Elle est insomniaque, même bien avant l'apocalypse, elle possède une tâche de naissance sous le sein droit, une forme aléatoire rosé.

À-propos

Thème musical :


Feat : Freya Mavor
Type : Survivant

Description physique

Ophélia est une jeune femme d'une beauté saisissante. Elle possède une silhouette élancée mais mince, avec des courbes délicates qui mettent en valeur sa féminité. Sa taille fine et ses longues jambes lui confèrent une allure élégante et élancée malgré sa petite taille, de 1m67. Sa musculature n'est pas visible au premier abord, mais elle est bien présente, ses muscles lisse sa peau et son voyant quand elle utilise sa force certes normale mais efficace.
Son visage est d'une symétrie angélique, avec des traits délicats et harmonieux. Ses yeux en amande sont d'un bleue claire et profond, captivant et expressif, qui semblent refléter une grande intelligence et une sensibilité à fleur de peau. Ses sourcils bien dessinés encadrent son regard, lui donnant une intensité supplémentaire.

Ophélia possède une chevelure rousse profonde et soyeuse, qui encadre délicatement son visage. Ses cheveux sont souvent coiffés de manière naturelle, tombant en vagues autour de ses épaules.

Son teint est d'une pâleur diaphane, presque translucide, qui contraste magnifiquement avec ses cheveux roux. Sa peau est lisse avec des taches de rousseur ornant son visage et descendant de ses épaules jusqu'au long de ses bras.
Ophélia possède des lèvres pleines et délicatement ourlées, d'un rose naturellement pulpeux. Son sourire est éclatant et chaleureux, d'une manière rassurante, illuminant son visage d'une aura de joie et de charme. Son rire est parfois très surprenant, il est original et aigue ressemblante à une mitraillette et est parfois doux sous les mêmes tons et contamine parfois les autres leurs donnantes envies de rire ou de sourire.

En ce qui concerne son style vestimentaire, Ophélia aime porter des tenues décontractées, elle ne perd plus son temps depuis l'apocalypse.
Mais elle a un goût prononcé pour les couleurs neutres et les matières douces, qui ajoutent une touche de sophistication à son allure.

En somme, Ophélia est une femme d'une beauté naturelle. Son physique harmonieux et ses traits délicats en font une femme sans plus, banal au milieu de cet Apocalypse.

Description psychologique

Ophélia est une femme plutôt complexe et fascinante. Depuis toujours, elle est incroyablement têtue et ne lâche pas facilement prise, que ce soit lorsqu'une affaire la concerne directement ou indirectement. Elle suit davantage son instinct que sa raison, ce qui peut la mettre dans des situations dangereuses sans le vouloir réellement. Son courage la pousse parfois à agir sans réfléchir.
Sa plus grande faiblesse est sans aucun doute son fils. Ophélia serait prête à donner sa vie pour lui et elle fait tout en son pouvoir pour le protéger et le maintenir en sécurité. Cela se traduit par un manque de liberté pour son fils et une approche plutôt stricte. Elle est solitaire et méfiante, préférant se tenir à l'écart des inconnus afin de se protéger.

Au premier abord, Ophélia peut sembler froide et distante, ne faisant confiance à personne. Cependant, derrière ce masque d'introversion et de franchise se cache une personne sensible, à l'écoute et empathique envers ceux qui croisent son chemin. Son cœur est généreux et elle ne causerait jamais de tort intentionnellement à autrui. Elle aime protéger les siens, ce qui fait d'elle une personne fidèle et surtout loyale. Son sens de l'humour est basé sur des répliques de films ou de séries qu'elle regardait avant l'apocalypse, et elle ne peut s'empêcher de les citer.

Ophélia possède également un fort sens de la justice, parfois même un peu exagéré. Les coups dans le dos et les trahisons sont des choses qu'elle ne supporte pas, et elle est capable de réagir de manière extrême envers ceux qui les commettent. Pour elle, c'est un point de non-retour, et elle nourrit une rancune tenace.
Son plus gros défaut est son honnêteté, qui peut parfois être trop brutale et directe. Elle a le message à transmettre, mais elle n'a pas toujours la délicatesse nécessaire pour le faire. Elle préfère que le message soit clair.
Une partie d'elle est très exigeante envers ses relations, frôlant même le perfectionnisme. Elle aime avoir des relations ou l'honnêteté règne en maître. Elle se qualifie elle-même de maniaque, aimant s'investir dans les détails.

Histoire jusqu'à l'Apocalypse

Les premières années :


L'histoire d'Ophélia commence le 29 Janviers 2006 à Dallas dans le quartier de Plano à l'appartement 1415 K Ave. Sa mère, Eudoria, avait donné naissance à son premier enfant à l'âge de 16 ans, puis à trois autres enfants par la suite. Ophélia est née avec un mois et demi d'avance, et a été hospitalisée avec sa mère en raison de sa prématurité. Heureusement, elles étaient toutes les deux en bonne santé. Ophélia fit ensuite la connaissance de ses frères : Joshua, qui avait huit ans de plus qu'elle, Thomas, qui avait quatre ans de plus, et Arthur, avec qui elle était la plus proche, ayant deux ans d'écart.

Dès l'âge de 4 ans, elle commença à subir les violences de son père, un homme alcoolique qui travaillait dans différents emplois précaires. Il revenait souvent licencié, avec une forte odeur d'alcool, et criait sans cesse, que ce soit sur elle, sa mère, ou ses frères. Chaque jour, il trouvait une raison de hurler et de les battre, principalement elle et sa mère. Pour une raison qu'elle ignore encore aujourd'hui, il n'a jamais levé la main sur ses frères. Sa mère était la plus touchée par les coups, mais lorsque celle-ci n'était pas présente, ce qui arrivait souvent en raison de ses études en psychologie pour devenir sexologue, c'était Ophélia qui encaissait le plus de violences. Etant la plus jeune, elle était la cible privilégiée de son père, d'autant plus qu'elle avait tendance à répondre. Elle ne se laissait pas faire facilement, ce qui le poussait à être encore plus sévère avec elle. Heureusement, Arthur intervenait à chaque fois que leur père levait la main sur elle.

Puis un jour, son père est parti et ne revint jamais. Sa mère était dévastée, se demandant comment elle allait payer la maison alors qu'elle était encore étudiante. Heureusement, un homme tendit la main à sa mère, Joël, qui devint son époux après 2 mois de fréquentation et donc devenant le beau-père d'Ophélia. Joël vivait seul avec son fils Christopher, qui avait à peu près le même âge qu'Arthur. Ophélia n'avait pas grand-chose à dire sur Christopher, si ce n'est qu'ils ne s'entendaient jamais vraiment. Il était distant et ne leur parlait presque jamais.

Joël avait des origines Maori, c'était un homme bon, un monsieur tout-le-monde. Il était protecteur, pragmatique et ancré dans ses convictions et pensait que tout problème avait une solution. Il était professeur d'histoire dans le collège de Greenville, et prouvait être autant talentueux que passionné dans son travail.

Son beau-père devint une figure paternelle dans sa vie, et aujourd'hui, c'est lui qu'elle considère comme son père. Ophélia et sa famille allèrent vivre chez Joël pendant un certain temps, dans un espace restreint, mais cela n'avait pas d'importance car ils étaient ensemble. Finalement, ses parents trouvèrent une maison plus grande, dans une petite ville proche de Dallas, Greenville au 3720 Sockwell Blvd. C'était une maison spacieuse et Ophélia étant la seule fille de la famille a eu le droit a sa propre chambre alors que ses frères avait des chambres partager, Joshua et Thomas était dans la même chambre, jalousant leur sœur car ils estimaient qu'ils était plus grand, donc plus privilégier, et Arthur avec Christopher, mais parfois il arrivait qu'Arthur dorme avec sa petite sœur les week-ends.

Au début, Ophélia avait du mal à s'habituer à un homme comme Joël, elle n'avait pas l'habitude d'un homme plus doux, plus généreux, il n'osait pas crier sur eux, car il connaissait leurs passés avec leur père biologique et avait donc peur qu'ils aient peur de lui.

Cependant, ses frères Joshua et Thomas ne l'acceptèrent jamais vraiment et lui renvoyaient constamment une attitude négative, ils étaient désagréables avec lui et le rejetaient lui et son fils. Pour Arthur, c'était un nouveau départ, et pour Ophélia... Au début, c'était compliqué. Elle était heureuse de ne plus vivre sous les coups et les crie de son père biologique, mais leur relation entre elle et son beau-père était difficile. Elle pleurait souvent lorsqu'il s'approchait d'elle et ne lui parlait presque jamais. Au fil des années, ils réussirent à s'entendre à peu près, et aujourd'hui, ils ont une bonne relation.

Ophélia a beaucoup souffert du manque de repère dans son enfance. Elle n'a jamais réussi à s'entendre avec Thomas, qui en voulait beaucoup à sa mère pour une raison qu'elle ignorait, mais qui était probablement liée à leur père biologique. Elle n'avait pas grand-chose à dire sur Joshua, avec qui elle entretenait une relation fraternelle. Quant à Arthur, ils étaient inséparables et aimaient passer du temps ensemble, elle ne jouait que avec les jouait d'Arthur, petite voiture, jeu de rôle de guerre, bref les poupées Barbie ou autres jeux de dinettes Ophélia n'a jamais jouer a tout ça.
En maternelle, elle était toujours en avance par rapport aux autres enfants. Elle finit même par sauter une classe, passant de la moyenne section à la grande section. Étant la plus petite, elle était également la plus facile à embêter. C'est pourquoi son beau-père décida de l'inscrire à des cours de boxe française dès l'âge de huit ans. La boxe l'aidait à extérioriser ses émotions.
Malgré les difficultés qu'elle a traversées, elle a toujours été une élève brillante. Elle était passionnée par l'apprentissage et avait soif de connaissances. Ses résultats scolaires étaient excellents et elle se distinguait par son intelligence et sa maturité. Mais ses camarades de classe la dénigraient et elle perdit le fil et ses bonnes notes ont baissé rapidement. Elle finit par se battre avec les enfants qui l'embêtaient, avec son apprentissage en boxe, elle n'avait pas peur de perdre quand elle se battait, ce qui la poussa à changer d'école à deux reprises.

Une adolescence en miette :

Son entrée dans un nouveau collège ne s'était pas déroulée comme prévu. Après avoir été exclue pendant deux semaines après s'être encore battu avec une camarade, sa mère prit la décision de mettre fin à sa pratique de la boxe, dans l'intérêt de son bien-être et de celui des autres. Sa mère décida alors de l'inscrire à des cours de guitare, une activité qui lui permettait de se changer les idées, même si la boxe continuait à occuper les pensées de la jeune fille. A l'occasion de ses douze ans, Joshua a offert à Ophélia un lecteur MP4, ce qui a fait extrêmement plaisir à la jeune fille. Depuis toute petite, Ophélia a toujours adoré écouter de la musique.
Cela lui permettait d'être dans sa bulle, d'être un peu seule et de se ressourcer.
Sa mère avait l'habitude de mettre beaucoup de musique dans la maison, et ses enfants ont donc grandi dans un environnement musical. Encore aujourd'hui elle l'a toujours sur elle et écoute souvent de la musique.
Malgré les difficultés qu'elle rencontrait, Ophélia gardait de précieux souvenirs de son passé. Elle se remémorait les moments passés avec Arthur, à faire du vélo sur le terrain de football abandonné et à décorer leur cabane dans les arbres, jouer à la bagarre, à faire des cours en courant comme des lapins. Les sorties en famille, notamment les soirées au cinéma, étaient également des moments qu'elle chérissait particulièrement. Les comédies faisaient rire sa famille aux éclats et créaient une ambiance joyeuse.

En quatrième, à l'âge de 13 ans, elle parvint à se calmer et devint une excellente élève, ce qui surprit tout le monde, y compris elle-même. Cette amélioration lui permit de passer au lycée, mais c'est là que les choses se compliquèrent. Elle fit des rencontres qui ne lui étaient pas favorables.

Dès son entrée au lycée à 15 ans, elle devint incontrôlable. Elle errait dans des bars, de jour comme de nuit, et finit par ne plus assister aux cours. Elle cherchait désespérément quelque chose de fascinant en elle-même, et c'est ainsi qu'elle fit la rencontre de ses démons intérieurs. Elle n'était pas fumeuse, car cela la rendait malade, mais elle trouva d'autres moyens d'évasion, tels que la drogue et l'alcool.

Concernant les amours, Ophélia a eu son premier petit ami  à l'âge de 15 ans, il se nommait Rayan. Malheureusement, leur relation n'a pas duré très longtemps. Par la suite, à 17 ans, elle a retrouvé l'amour auprès de Marcus qui était très différent de Rayan. Marcus était un jeune homme introverti et réservé. Grâce à lui, Ophélia a réussi à arrêter la drogue définitivement.
Cependant, leur relation d'un an et demi a également pris fin.

Vers l'âge de 18 ans, elle se perdit complètement. Sa vie se résumait à des nuits sans fin, et même Joël ou sa mère ne parvenaient plus à exercer le moindre contrôle sur elle. Les tentatives médicales et psychologiques pour l'aider se révélèrent inefficaces.

Elle commença à réaliser que si elle continuait sur cette voie, elle risquait de tout perdre. Même l'échec de son baccalauréat, qui suscita la colère de son beau-père, bien qu'il ne soit pas violent, fut une situation qu'elle n'avait jamais connue auparavant.

Vers l'âge de 20 ans, elle prit la décision de reprendre les rênes de sa vie.

Mais cette nuit-là...

[Flash-back]

- Août 2025 -

Ophélia n'est jamais venue dans ce bar, il est d'apparence rustique et il y a très peu de monde, il est en sous-sol et est moins fêtard que les autres ou elle est déjà allée, celui-ci est tranquille avec des gens normaux, pas de drogue pas de problème. De dos à la porte d'entrée vers l'escalier en fer comme celui qu'on voit sur les immeubles de secours à Dallas. Ophélia bois un verre d'alcool, pour sa dernière soirée ou elle pouvais boire elle ne se priva pas, mais elle se laissa en tête de ne prendre que deux verres ce soir. En face d'elle, se trouve Max, un ami du lycée avec qui elle a commencé les fêtes et la drogue.

"Bah, sa passe ou sa casse, j'ai envie de te dire mec ! Mais il faut vraiment que j'aille a au Joy Coffee demain sinon le poste de serveuse que j'ai visé va peut-être, être pris, en plus j'ai de la chance, ils recherchent aussi des débutants."

Ophélia se gratte la nuque tout en offrant un sourire chaleureux à son ami, c'est un ami de long date qu'elle connaît depuis ses débuts au lycée. Elle était décider de ce reprendre en mains, elle avait prévu beaucoup de choses un boulot stable histoire d'être assez fatiguer pour ne pas sortir la nuit et reprendre ses activités, n'importe qu'elle boulot pouvais l'intéressée, elle ne savait toujours pas ce qu'elle voulait faire, le collège lui ayant trop mis la pression. Elle avait réussi a obtenir un appartement en ce faisant passé pour une étudiante, cet appartement était loin de chez elle a Dallas au 1901 S Akard St, appartement 3. Max hoche la tête après avoir bu une gorgée de son verre.

"Toujours pas besoin d'aide pour le déménagement, tu sais, j'ai les bras et tout"

Il lui sourit à son tour, Ophélia sourit largement et lâche un petit rire poli. Toute sa vie on a chercher à l'aider et toute sa vie elle voulait faire les choses elle même, elle ne demande l'aide de personne et veux toujours faire tout toute seule, même si elle échoue elle recommencera et elle fera tout son possible pour réussir elle ne veux plus avoir cette vie insouciante ou elle ne sort que la nuit pour danser, se droguer ou coucher avec le premier venu. C'était d'ailleurs très dur pour elle d'arrêter la drogue, elle a réussi toute même a arrêter grâce à quelques médicaments qui semblent enfin faire effet, mais l'alcool, c'est encore un peu compliqué...

"Non, t'inquiètes pas, j'ai Arthur et Joël qui vont m'aider de toute façon. Même si Joël, il commence à rouiller un peu quand même"

Les deux amis rigole ensemble, leurs complicités est peut-être plus évoluer que celle qu'Ophélia a avec Arthur ce qui est rare pour Ophélia, mais alors que l'ami prend la parole, un homme que ne connaît pas Ophélia se présente.

"Tien salut mec ça va ? Tien bah je te présente Lia, c'est une pote, elle est cool."

Ophélia regarde attentivement cet homme et dès qu'elle l'a vu, elle a toute de suite eu un mauvais pressentiment, elle savait que quelque chose allait mal se passer, mais elle ne savait pas quoi, aujourd'hui encore elle se demande pourquoi elle n'est pas partie immédiatement. Ses cheveux chocolat et au regard sombre et froid, qui se réchauffe instantanément quand il voit la belle rousse assis, sa corpulence met Ophélia en alerte, il avait l'air assez fort pour la porter ou l'a frapper assez fort pour qu'elle tombe dans les pommes. Ophélia secoua la tête chassant ses pensées de son esprit.

Le regard de l'homme tombe sur Ophélia son regard de prédateurs celui qu'elle connais que trop bien la rend mal à l'aise et elle finie par prendre une gorgée de son verre pour ne pas le regarder. Après que les deux hommes aient fini de discuter l'ami d'Ophélia dit partir, Ophélia est prête à le suivre en posant son verre et en marmonnant qu'elle aussi elle devait partir, mais Max attrape doucement le bras d'Ophélia lui souriant avec bienveillance.

"Non, toi restes, toi, tu t'amuses. Juste histoire de faire de nouvelles connaissances et de profiter avant que tu n'entres dans la vie active"

Ophélia n'avait pas prévu de rester, mais par politesse elle reste avec l'inconnu, elle ne sait pas ce qui la retient vraiment de partir, pourquoi reste elle avec cet homme qui ne fait que la regarder de haut en bas, pourquoi elle se sent obligée de rester par politesse, elle est comme désorienter et comme à son habitude Ophélia décide finalement de rester. Il s'assoit l'un en face de l'autre. L'inconnu regarde derrière lui pour vérifier que Max est bien parti, Ophélia fronce des sourcils de méfiance. Elle ne compte pas rester longtemps, demain, elle doit ce lever tôt.

"On a encore toute la nuit"

L'homme expire d'un air stressé en regardant Ophélia dans les yeux. Ophélia quitte le contact visuel avec lui, son regard l'intimide, mais pas d'une bonne façon, elle est gênée. Elle répond dans un murmure assez fort pour que l'inconnu l'entende.

"Oui oui, t'inquiète, c'est juste que c'est Max qui voulait sortir moi, je voulais pas à la base, mais je l'ai suivi, je ne sais pas pourquoi."

Ophélia répond vite et sèchement finissant son verre en disant qu'elle a besoin d'aller aux toilettes. En vérité, elle veut juste sortir de cette situation des plus gênante. Partant aux toilettes sous le regard de l'inconnu qui vérifie que la porte se ferme puis il se tourne vers le serveur et demande deux autres boissons. Une fois que les verres ont été servis l'inconnu vérifie que personne ne le regarde pour sortir quelque chose de la poche de sa veste et de verser quelque chose dans le verre d'Ophélia. Il le range vite et Ophélia arrive juste à temps pour s'asseoir, elle ne se doute de rien, mais elle est sur le point de dire a l'inconnu qu'elle doit partir d'urgence, bien sûr, c'est une excuse pour partir et se sortir de cette situation malaisante et malsaine.

"Je me suis permis de te payer un verre."

Ophélia remercie l'inconnu, puis il lève le verre pour qu'Ophélia puisse faire de même, ils trinquent tous les deux dans leur verre. Puis Ophélia boit une gorgée.

[Fin du Flash-back]

Le projet d'une vie :

- 02 Avril 2034 Cabinet du docteur Blair, Psychologue à Dallas au Texas -

En moins, tant qu'il ne suffit pour le dire je ne contrôlais plus rien, mon corps était lourd, je n'arrivais plus à parler, tout était déformé.
Il a dû trouver une excuse pour me ramener dans la rue et prendre une voiture.
Tout ce dont je me souviens, c'est de vouloir partir, mais pas en avoir le pouvoir. Un taxi, une odeur de vomi, le mien, un trottoir, une maison et une porte qui se ferme avec un bruit de clé.
Pour moi, ce genre d'histoire ne pouvait qu'arriver aux autres ou alors dans les films. Ne pas me souvenir de cette nuit, ne pas savoir ce qui s'est passé, c'est compliqué...

"Et qu'est-ce que vous avez fait, vous avez appelé la police après ?"

"La police ? Vous voulez rire ? Qu'est-ce que j'aurais pu leur dire ? J'ai aucun souvenir concret sur le fait que cet homme m'a drogué et m'a abusée."

"Donc cet homme ne vous a pas abusée ?"

"Si, mais je l'ai su 9 mois plus tard."

Pendant cette période, j'étais perdu, j'avais un travail et un appartement à Dallas, mais je ne sais pas, j'avais changé, je me ne souvenais pas de cette nuit, mais je savais ce qui c'était passé, je le sentais en moi. Ce qui m'a causer une peur envers les hommes, enfin je pourrais plutôt appeler ça de la méfiance, je m'enfuis pas en courant quand je vois un homme mais je suis tendu et je reste sur mes gardes, et surtout quand un homme est en état d'ivresse alors là... Je fait tout pour m'en éloignée. D'ailleurs depuis cette nuit je ne toucherais plus jamais à un verre d'alcool, enfin ça c'est la promesse que j'ai faite à mes parents. Pendants mon travail, j'ai trouvé une formation en animation, pour les enfants, j'étais sur le point de la commencer, mais c'était toujours aussi bizarre, je me sentais bizarre, ce qui était étrange car j'aurais du être heureuse car j'avais un appart et j'était sur le point de commencer une formation professionnel pour avoir la vie que je voulait vraiment. Et le 8 mars 2026, j'ai été prise pas un mal de ventre que je n'avait jamais ressenti auparavant, j'étais toute seule, mais des voisins ont entendu mes cries et donc ils ont débarqué chez moi. J'ai accouché à la maison sur le canapé, la voisine de mon palier de droite, Barbara, a tout de suite appeler les pompiers, j'ai été transporté à l'hôpital, j'ai été hospitalisé et évidemment, j'avais fait un déni de grossesse.
Contrairement aux autres qui pourraient penser que j'allais haïr cet enfant, en fait non, dès que je l'ai vu, c'était mon fils, j'ai eu cet instinct maternel qui était ancré en moi depuis toujours.
Je l'ai appelé Cole. C'était le plus beau jour de ma vie et c'est aussi à ce moment-là que je me suis vraiment repris en main. J'ai eu mon diplôme en animation, et j'ai travaillé dans un périscolaire qui était juste à côté de l'école de mon fils. J'ai trouvé et loué un appartement près de mon travail, j'ai eu mon permis, j'ai recommencée la boxe française, à ma plus grande joie, bref en 7 ans, je me suis réparée, je suis maintenant une femme remplie d'espoir. J'ai trouvé mon bonheur, et c'est mon fils et ma famille. Mais encore aujourd'hui, je me sens comme briser, je n'arrive pas à me faire à l'idée que Cole est l'enfant de celui qui m'a abusé. Je lui ai toujours dit qu'il n'avait pas de père, mais quand je le vois regarder les enfants de son âge être avec leur père, je sens qu'il se pose quand même des questions.

"Vous comptez lui dire un jour ?"

"Oh non... Non, c'est au-dessus de mes forces..."

J'ai ce sentiment d'impuissance face à cette situation. L'idée que Cole puisse penser qu'il est né à la suite d'un viol, et qu'il puisse considérer son père biologique comme un monstre, est extrêmement difficile à accepter pour moi. Je ne peux tout simplement pas le supporter. Il est possible qu'il ne soit jamais mis au courant de cette vérité... Je préfère lui dire qu'il n'a pas de père c'est tout...

Mais il ne pense plus trop à ça en ce moment, il est plus convaincu que les "morts" vont détruire le monde, je n'arrête pas de lui dire que c'est des bêtises, mais il reste convaincu. Je n'y prête pas du tout intention moi, c'est juste des gamins qui font peur aux gens dans la rue...

"Je pense que nous avons terminé pour aujourd'hui. Merci beaucoup pour votre coopération, Ophélia. Je vais examiner votre dossier et nous travaillerons ensemble, d'accord ?"

Déclare le docteur Blair. Ophélia acquiesce et se lève calmement du canapé. Elle prend son sac et se dirige vers le bureau du docteur Blair.

"Ça marche."

Le docteur Blair tourne son attention vers sa patiente et remarque son expression bouleversée et triste. Elle s'installe à son bureau, tape sur son ordinateur pour vérifier ses disponibilités, et regarde vers Ophélia. Cette dernière tend sa main, lui remettant le paiement de la séance. Le docteur Blair prend l'argent et consulte son ordinateur pour fixer la date de la prochaine séance.

"Alors, Ophélia, notre prochain rendez-vous sera le 16 avril. Cela vous convient-il ?"

Ophélia hoche la tête, se souvenant de la date et prenant mentalement note, comme à son habitude. Elle marmonne un :
"C'est ok pour moi"
Et le docteur Blair lui sourit chaleureusement.

"Très bien, alors à lundi prochain, Ophélia. Passez une bonne fin de journée."

Ophélia sourit, ses fossettes se dessinant au coin de ses lèvres.

"Très bien, au revoir, Blair."

Ophélia quitte la salle, passe par la salle d'attente et pousse la porte, roulant des yeux devant sa difficulté à l'ouvrir. Elle sort ses clés de voiture, déverrouille le véhicule et se glisse à l'intérieur. Elle démarre le moteur et se dirige vers son appartement, perdue dans ses pensées. Elle pense à son fils, se demandant ce qu'il fait actuellement. Elle déteste le laisser seul à la maison, mais elle ne peut pas l'emmener avec elle lors de ses séances chez la psychologue. Elle reste concentrée sur la route, sans prêter attention à la radio qu'elle allume par habitude lorsqu'elle prend la voiture. Les actualités parlent de rumeurs selon lesquelles une femme aurait été abattue à Los Angeles après avoir commis des actes violents envers sa propre fille. Ophélia coupe la radio, soufflant d'entendre toutes ces absurdités diffusées toute la journée. Elle gare sa voiture au parking de son immeuble, vérifie qu'elle est bien verrouillée et monte les escaliers jusqu'à l'appartement 7. Elle sort ses clés, ouvre la porte et entre dans l'appartement. Elle repère immédiatement son fils en train de regarder les informations sur l'incident à Los Angeles. Ophélia soupire et se dirige rapidement vers le canapé, attrape la télécommande et éteint la télévision, lançant un regard noir à son fils qui lui sourit ironiquement.

"Je t'ai déjà dit de ne pas regarder ces conneries, Cole."

L'enfant lui renvoie un sourire malicieux avec ses yeux marron profonds, reflétant ceux de sa mère. Les traits autoritaires et froids de celle-ci se transforment instantanément en un regard chaleureux et inquiet.

"Pas de gros mots, maman. Et ne t'en fais pas, c'est loin, mais tu as vu ça ? Ça fait peur. Maintenant, je sais comment me déguiser pour Halloween."

Cole descend du canapé et se dirige avec sa mère vers la cuisine. Il prend les assiettes du lave-vaisselle et les dispose sur la table pendant qu'Ophélia allume le gaz pour faire cuire les pâtes, qu'elle sort du placard en face d'elle.

"Avec un peu de chance, tous tes amis seront déguisés comme toi. Mais c'est la dernière fois que tu regardes ce genre de choses à la télé. La prochaine fois, tu changes de chaîne, sinon je vais vraiment m'énerver."

Cole rigole en plaçant les couverts sur la table pendant que sa mère lui parle. Il sait parfaitement que sa mère n'a pas l'habitude de le gronder souvent et privilégie la communication et l'empathie.

"D'accord, mais c'est quand même inquiétant, non ?"

Ophélia soupire légèrement agacée et rétorque d'une voix douce mais stricte.

"Écoute, tout ça, ce sont des bêtises, mon cœur. Tu le sais bien, je te croyais plus réaliste que ça."

Le garçon sourit et continue de mettre la table.

"C'est toi qui es trop réaliste, maman. Moi, j'ai 8 ans, je suis un enfant, j'ai le droit de m'évader, comme mamie a dit."

Ophélia penche la tête de chaque côté, admettant que son fils a raison. Elle peut le laisser rêver et imaginer des choses, après tout, il est encore un enfant. À son âge, elle était exactement pareille, son imagination débordait et elle disait parfois des choses qui n'avaient rien à voir avec le sujet initial. Elle rit, suivie du rire de Cole. Vérifiant que les pâtes cuisent bien dans l'eau bouillante, elle rejoint son fils à table alors qu'il dessine dans son carnet. Cole avait insisté pour suivre des cours de dessin. Il avait un talent certain et sa créativité et son imagination lui étaient d'une grande aide. Il était doué et surtout courageux de faire deux activités extra-scolaires en même temps : suivre des cours de judo et de dessin. Cela pouvait être fatigant pour le jeune garçon, mais il ne laissait rien paraître. Ophélia avait été rassurée lorsque Cole avait accepté de pratiquer un sport de combat. Elle ne souhaitait pas le forcer à en faire, mais elle préférait qu'il apprenne à se défendre. Dallas n'est pas une ville dangereuse, mais il vaut mieux prévenir que guérir.

Le monde s'effondre :

- 05 mai 2034 Dallas, quartier Plano à l'appartement 1415 K Ave -

Ophélia avait les yeux rivés sur la télévision, sa jambe droite saute et ses ongles sont rongés par le stress. Soudain, trois énormes coups retentirent à la porte. Elle sursauta et fixa la porte avant que deux autres coups ne se fassent entendre. Elle marmonna : "Qui peut bien venir à cette heure-là ?" Lorsqu'elle ouvrit, ses yeux s'écarquillèrent en voyant son beau-père. Elle ouvrit plus largement la porte.

"Joël, mais qu'est-ce que tu fais là ?"

Les yeux de Joël débordaient de panique et d'angoisse. Ophélia comprit tout de suite qu'il y avait un problème. Elle le fit entrer et, sans rien dire, Joël se dirigea vers la cuisine d'Ophélia. Ophélia fermé sa porte puis le suivit d'un pas rapide, fronçant les sourcils avant d'adopter un ton inquiétant.

"Joël, tu vas me répondre. Qu'est-ce qu'il se passe ? Tu me fais peur là."

Joël la regarda enfin dans les yeux et s'avança vers elle. Son regard changea légèrement, laissant place à un mélange d'autorité et d'inquiétude.

"Ophélia, nous devons partir vite ! Nous ne sommes plus en sécurité ici. Va réveiller Cole, on part chez Josh."

Ophélia, prise de court par cette nouvelle, hocha la tête et se dirigea vers la chambre de son fils. Elle ouvrit la porte doucement avant de se diriger vers son lit et de s'asseoir tranquillement. Elle souffla, essayant de paraître calme et sereine pour éviter que son fils ne panique. Elle se pencha pour allumer la lampe de la table de nuit et chuchota doucement en caressant les cheveux de Cole.

"Cole, il faut se réveiller."

Cole frotta ses yeux avant de les ouvrir, laissant place à de la confusion face à sa mère.

"Il est quelle heure, maman ?"

Ophélia soupira et esquissa un sourire rassurant à son fils avant de fermer les yeux, sentant une vague de stress parcourir son corps, la faisant frissonner. Son fils fronça les sourcils, confus par la réaction étrange de sa mère. Ophélia prit une profonde inspiration et ouvrit les yeux, affichant un visage plus calme et serein.

"On va rendre une petite visite à ton oncle Josh. Alors prépare vite tes affaires et sois prêt dans cinq minutes, d'accord ?"

Cole parut rassuré mais toujours un peu confus face à la décision de sa mère de partir si tard. Il s'assit sur son lit et regarda sa mère.

"Ça va, maman ?"

Ophélia n'avait pas remarqué qu'une larme avait coulé le long de sa joue. Elle l'essuya rapidement et renifla légèrement.

"Allez, prépare tes affaires. On part dans dix minutes."

Ophélia se leva et referma la porte pour pouvoir parler librement à son beau-père, qui était en train de mettre toutes sortes de choses dans un carton : nourriture, boissons, etc. Joël se tourna vers Ophélia et la vit en pleurs. Il se dirigea vers elle, la regardant avec compassion, et la serra doucement dans ses bras pour lui apporter du réconfort.

"Qu'est-ce qu'on va devenir, Joël ?"

Joël se sépara d'Ophélia et il l'a prit par les épaules. Un sourire rassurant se dessina sur son visage inquiet.

"On va faire de notre mieux, Lia. Tant qu'on est tous ensemble en famille, on sera en sécurité."

Ophélia hocha la tête avec force, essuyant ses larmes avant de se diriger vers sa chambre pour préparer ses affaires. Quand elle sortit, elle vit le sac de Cole par terre, contre la porte d'entrée. Elle scruta la pièce et le vit finalement devant le début d'un dessin animé. Joël était toujours dans la cuisine, sur son téléphone. Ophélia s'approcha rapidement de lui. Joël la vit arriver et lui sourit en lui montrant son téléphone.

"Ta mère est allée chercher Thomas et Arthur. Elle est à une station essence, elle nous y attend. Allez, on décolle."

Ophélia murmura un "d'accord" et alla voir Cole pour lui dire qu'ils partaient. Cole sourit et prit son sac, ravi d'aller voir ses cousins. Ils descendirent rapidement les escaliers et sortirent du bâtiment. Ophélia se dirigea vers sa voiture tenant la main de Cole assez fort pour que personnes puissent lui enlever son fils, mais Joël l'arrêta.

"Non, on prend la mienne, Lia. Allez."

Ophélia hésita un instant, puis se dirigea rapidement vers la voiture de Joël. Elle monta à l'avant et vérifia que Cole était bien attaché à l'arrière. Elle sortit les écouteurs d'un carton qui se trouvait à ses pieds et les tendit à son fils.

"Tiens, mon cœur, regarde un film ou joue à un jeu sur ta tablette. Avec papi Joël, on va parler de choses de grands, d'accord ?"

Cole prit les écouteurs en souriant à sa mère. Ophélia regarde autour d'elle comme elle peut, voyant plusieurs personnes faire comme eux, préparer leurs voitures pour partir, elle compris que ce qui ce passais était grave et que sa vie allait changer. Pendant ce temps, Joël avait tout mis dans le coffre et était maintenant monté dans la voiture, prêt à partir.

Lorsqu'Ophélia fut sûre que Cole ne les entendait pas, elle regarda Joël.

"Alors, tu vas me dire ce qu'il se passe ?"

Joël jeta un regard rapide à Ophélia, puis se reconcentra sur la route.

"Tout va partir en vrille, comme dans les autres États. Les militaires désertent les camps, il faut se cacher et essayer de ne pas attirer l'attention de ces choses sur nous. Il faut rester loin des grandes villes, c'est pour ça que nous allons chez ton frère. Son ranch est loin et isolé des grandes villes. On va là-bas le temps que les choses se calment."

Ophélia réfléchit et passe ses mains sur son visage, pensant au pire.

"Et si les choses ne se calment pas ? Et si ça se passe comme en Californie ou à Washington ?"

Joël souffla, résigné à l'idée.

"Eh bien, on survivra tous ensemble et on fera du mieux qu'on peut."

Ophélia sentit une boule se former dans sa gorge. Elle savait que Joël avait raison, mais l'idée de devoir affronter une situation aussi chaotique et dangereuse lui faisait peur. Les pensées d'Ophélia se bousculaient dans sa tête, elle ne savait plus quoi penser mais une idée lui revenait sans cesse : son fils. Elle devait à tout prix le protéger. Désormais, le monde était bien plus dangereux et elle n'avait jamais été aussi sûre de devoir risquer sa vie pour sauver son fils. Elle se tourna vers Joël, cherchant du réconfort dans son regard.

"Je ne veux pas perdre mon fils, Joël."

Joël posa son regarde sur celui d'Ophélia et lui adressa un sourire rassurant.

"Je te le promets, Lia. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour le garder en sécurité et toi aussi, tu est ma fille Lia."

Ophélia acquiesça, sentant une lueur d'espoir briller au fond d'elle. Elle savait qu'elle pouvait compter sur Joël, et ensemble, ils trouveraient un moyen de traverser cette épreuve.

"Merci Joël, toi aussi, tu est comme un père pour moi."

Le trajet jusqu'au ranch de son frère fut long et silencieux. Ophélia observait le paysage défiler par la fenêtre, se demandant à quoi ressemblerait leur vie dans les jours à venir. Elle repensa à sa famille, à sa mère et ses frères, se demandant si la route se passais bien pour eux aussi. Une vague de tristesse l'envahit, mais elle chassa rapidement ces pensées de son esprit, se concentrant sur le présent.

Lorsqu'ils arrivèrent enfin au ranch, Ophélia fut soulagée de voir son frère, Thomas, les attendre à l'entrée. Il les accueillit chaleureusement, mais son regard trahissait une certaine inquiétude.

"Je suis content de vous voir, mais les choses se sont aggravées ici aussi. Les créatures sont de plus en plus nombreuses et agressives. Nous devons être prudents."

Joël hocha la tête, comprenant la gravité de la situation. Ils décidèrent de se réunir dans la maison principale pour discuter de leur plan d'action. Ophélia et profite pour enlacer le reste de sa famille, rassurer qu'ils sont en sécurité. Ophélia sentit une bouffée de détermination l'envahir. Elle était prête à tout pour protéger sa famille.

Les jours qui suivirent furent intenses. Ils renforcèrent les défenses du ranch, stockèrent des provisions et mirent en place des systèmes d'alerte en cas d'attaque. Chaque membre de la famille avait un rôle à jouer, et ils travaillaient ensemble avec une efficacité remarquable.
Malgré les difficultés et les moments de tension, Ophélia était étonnée de voir à quel point ils étaient soudés. Ils se soutenaient mutuellement, trouvant du réconfort dans la présence des autres. Ils partageaient leurs peurs, leurs espoirs et leurs souvenirs, renforçant ainsi leurs liens familiaux.
Les semaines se transformèrent en mois, et la situation ne s'améliora pas. Les créatures continuaient de rôder, mais grâce à leur préparation et à leur détermination, la famille parvint à les repousser à chaque attaque. Ils étaient devenus une force unie, prête à tout pour survivre.

- Août 2034 au Ranch Palmer, le foyer de Joshua et Mia -

Cela faisait maintenant quatre mois que toute la famille était réunie au ranch de Joshua. À l'extérieur, c'était le chaos, personne n'était autorisé à sortir, à l'exception de Joël, Joshua, Arthur et Thomas. Ophélia voulait absolument sortir, mais sous les ordres de Joël, cela était considéré comme dangereux et chaotique.
Les villes étaient des zones de danger extrême, avec des rues remplies de panique, de violence et de destruction. Les rares survivants essayaient désespérément de survivre tout en étant attaquer par des hordes de zombies affamés.
Les infrastructures urbaines sont rapidement devenues inutilisables, les routes étaient bloquées par des voitures abandonnées, les feux de circulation étaient hors service et les magasins étaient pillés. Les hôpitaux étaient submergés de morts-vivants, rendant impossible tout recours aux soins médicaux. La police et les pompiers avaient abandonnés le combat, préférant se réfugier près de leurs familles.
Dans les campagnes, la situation était tout aussi critique. Les gens isolés dans des fermes ou des maisons de campagne faisaient face à une menace encore plus grande, avec des hordes s'infiltrant dans les zones rurales à la recherche de nouvelles proies.
Les militaires étaient mobilisés pour contenir l'invasion des morts-vivants, mais ils étaient également dépassés par l'ampleur de la situation. Eux aussi ont finalement abandonnés.

Vers 16 heures, Ophélia a fini la vaisselle et, en jetant des coups d'œil par toutes les fenêtres, elle a éteint le robinet de l'eau froide. Puis, se dirigeant vers sa mère, elle lui demande.

"Maman, est-ce que tout va bien ?"

Sa mère souffle de stress et, sans regarder sa fille, jette un coup d'œil à la fenêtre.

"Non, Joël et Arthur auraient dû revenir il y a moins d'une heure"

Répond-elle.
Ophélia soupire et regarde à son tour par la même fenêtre que sa mère, vérifiant le chemin de terre et les environs pour voir si la voiture est garée quelque part, mais il n'y a rien. Puis, elle se tourne vers sa mère avec un sourire rassurant et dit.

"Ne t'inquiète pas, ils sont juste allés chercher des vêtements et tu sais comment Arthur est quand il fait du shopping. Il est super indécis, encore pire que moi."

Sa mère éclate de rire et pose sa main sur l'épaule d'Ophélia avec tendresse, la caressant avec son pouce et la regardant avec tout l'amour du monde. Au fond d'elle Ophélia commença à être inquiète pour Joël et son frère.

"Oui, tu as probablement raison. J'espère qu'ils vont revenir vite. D'habitude, quand Joël part, il n'est jamais en retard."

Avant qu'Ophélia ne puisse parler à son tour elles entendent un grondement de moteur, regardant par la fenêtre toutes les deux elles voient la voiture rouge. Souriant et soufflant de soulagement elles se dirigent toutes les deux vers la sortie pour aller à leur rencontre. Arthur et Joël sortent de la voiture avec des sacs de vêtements en main. Joël est tout de suite accueilli par les bras de sa femme il n'hésite pas à lui rendre la pareille. Ophélia elle check son frère et ils finissent tous les deux par s'enlacer aussi.

"Que nous vaut un tel accueillent mesdames ?"

Ophélia sourit en regardant ce que Arthur a pu trouver dans les sacs, avant même que sa mère ne dise un mot elle reprend la parole.

"Maman c'est fait un sang d'encre pour vous deux, mais moi ça va j'ai pas paniquée"

Déclare-t-elle. Arthur ricane et Joël éclate de rire, tandis que leur mère les rejoint, Ophélia les regardent avec un air narquois faisant mine de les juger.

"Toi, ne pas paniquer ? Ça n'arrivera malheureusement jamais"

Lance Joël en se dirigeant vers Ophélia pour l'enlacer. Se retrouvant dans ses bras, Ophélia se sent rassurée, mais l'odeur la pique au nez et elle le repousse doucement.

"Va te laver, tu pues"

Dit-elle en se tournant vers son grand frère.
Eudoria sourit et passe son bras autour des épaules de son mari.

"Laisse, tu sais comment elle est quand on lui fait ce genre de choses, et puis l'odeur ne me dérange pas"

Murmure-t-elle à voix haute pour que Ophélia l'entende. Puis, le couple s'embrasse brièvement. Ophélia et Arthur échangent un regard gêné, puis Arthur les regarde enfin.

"Aller, Roméo, on va ranger tout ça et après tu pourras faire la cour à Juliette."

Joël et Eudoria rient, puis se séparent pour que Joël puisse les aider. Pendant ce temps, Ophélia et Eudoria se dirigent vers la maison, les laissant travailler.

"Je ne sais pas comment tu fais pour faire ce genre de choses en public, maman"

Souffle Ophélia en passant son bras autour de l'épaule de sa mère et la secouant légèrement.

"Je pensais que tu avais dépassé l'âge où tu es dégoûtée de voir tes parents s'embrasser. Et puis, quand tu tomberas amoureuse, tu comprendras"

Répond Eudoria, Ophélia lève les yeux au ciel.

"Pfff... tu parles, dans un monde comme ça, l'amour n'existe pas..."

Rétorque Ophélia.
Sa mère la regarde peinée de voir que sa fille ne croit plus en l'amour, même bien avant que le monde ne s'effondre.

"Un jour, tu vivras ta vie comme dans un conte de fées, ma chérie"

Assure sa mère, déterminée. Ophélia peut comprendre que sa mère était déterminée à ce qu'elle trouve l'amour un jour. Pour éviter le sujet, elle décide alors de plaisanter.

"Si Joël ne le tue pas avant... et au pire, je me marierai avec une vache."

Mère et fille éclatent de rire, puis entrent dans la maison. Dans le salon, Cole, Billy et Gabriel jouent aux cartes, aux côtés de Mia qui est maintenant enceinte de quelques semaines. Ophélia espère que ce bébé vivra dans un monde meilleur que celui dans lequel elle évolue actuellement.

Plus tard dans la soirée, alors que tout le monde est à table, la discussion est animée jusqu'à ce que Eudoria prenne la parole en s'adressant sérieusement à Joël.

"Toujours pas de nouvelles de Chris ?"

Demanda-t-elle. Joël baissa la tête vers son repas, puis souffla légèrement en remarquant que tout le monde attendait sa réponse.

"Non... De toute façon, il n'a jamais vraiment prêté attention à moi ou au reste de la famille"

Répondit-il sans hésitation. Joshua ajouta.

"Il est mort de toute façon"

Suscitant une réaction choquée des autres membres de la famille. Pourtant, il continuait de manger calmement.
Eudoria réprimanda sévèrement Joshua.

"Josh !"

Tandis que Mia lui donna un coup de coude. Et le regarda fixement.

"Chéri quand même..."

Ophélia, la bouche pleine, le regardait avec mépris.

"Oh c'est raide..."

Joël souffla. Joshua ne l'avait jamais vraiment apprécié, il n'était ni un ami, ni un frère pour lui.

"Non, non, il a raison, il est peut-être..."

Murmura Joël avant de quitter subitement la table sans avertissement.

"Bien joué frérot"

Dit Arthur avec ironie, alors qu'Ophélia, inquiète, suivit Joël du regard.
Réalisant qu'il y avait autre chose que le fils de Joël qui le tracassait Ophélia se leva et quittait la table pour rejoindre son frère.

"Lia revient laisse-le seul !"

Malgré les appels de sa mère, Ophélia, ne se laissant pas distraire par eux, ouvrit la porte et la referma délicatement derrière elle alors qu'elle rejoignait Joël qui observait pensivement les environs.

"Retourne manger, ma grande, ça va"

Dit Joël, les yeux fixés devant lui, surprenant Ophélia qui s'approcha de lui.

"J'avais plus faim..."

Murmura Ophélia alors qu'un silence paisible s'installait entre eux.
Elle sentait l'angoisse de Joël et le silence, troublé seulement par le bruit des grillons et des oiseaux nocturnes, éclairé par la lueur faible de la lune, malgré qu'elle soit cacher par les nuages laissant aussi quelques trous pour voir les étoiles.

"Qu'est-ce qui ne va pas, Joël ?"

Demanda-t-elle d'un ton plus autoritaire qu'à l'accoutumée.

"Je sais qu'il se passe quelque chose..."

Soufflant, Joël céda et fixa Ophélia dans les yeux.

"Le monde est en train de s'effondrer, Lia... Plus rien ne sera comme avant. Il faudra désormais lutter pour notre survie. Je ferai tout pour vous, je vous protégerai au péril de ma vie."

Joël, qui voyait toujours les choses de manière positive, etait maintenant sur que rien ne s'arrangerait, Ophélia était perdue.

"Alors, nous nous battrons pour notre survie"

Déclara-t-elle avec détermination et regardant Joël. Il lui sourit et l'enlaça.

"Je ferai tout pour toi, ma puce"

Ophélia sourit dans l'étreinte.

"Je t'aime, papa"

Joël pouffa doucement ce qui ressemblais beaucoup à un sanglot mais quand elle quitta ses bras il n'y avait aucune indication ce son chagrin, puis il lui embrassa tendrement le front.

"Moi aussi, ma fille."

Puis, il rentra à la maison, laissant Ophélia seule mais heureuse. Peut-être que la vie ne serait plus jamais comme avant, mais Ophélia restait heureuse. Sa famille était avec elle, et c'était tout ce qui comptait pour elle. Rester avec sa famille pour le restant de sa vie la rendait heureuse, et leur bonheur faisait le sien.
Finalement, après des mois de lutte, les créatures commencèrent à se faire moins nombreuses. La situation semblait enfin se calmer. Enfin presque...
Equipement Porté :
N/A
Accessoires Pratiques :
N/A
Contenants Personnels :
N/A

Ophélia Palmer

Ophélia Palmer

Mer 7 Fév - 21:03
Quelle(s) zone(s) de l'État votre personnage a fréquenté ?
Au mois d'Avril, Ophélia loge dans son appartement avec Cole, à Dallas. Elle devient de plus en plus préoccupée par l'horreur des événements relatés par les médias au fil des semaines. Elle décide alors que Cole ne retournera pas à l'école tant que la situation ne se sera pas calmée. Cependant, avant même que les médias ne cessent de diffuser ces reportages alarmants, Joël arrive le 05 Mai pour emmener Ophélia et Cole au ranch de Joshua, où Eudoria, Thomas et Arthur les attendent déjà.
Ophélia a passé la majeure partie de la première apocalypse avec sa famille dans le ranch de son frère Joshua. C'était un ranch isolé tranquille qui se situait au milieu de vastes étendues de prairies verdoyantes. De grandes cabanes en bois rustiques éparpillées sur la propriété offraient un hébergement chaleureux et confortable pour toute la famille. Des ruisseaux serpentaient à travers le paysage, ajoutant de la sérénité. Des chevaux pâturant librement dans les vastes champs et des troupeaux de vaches broutant paisiblement. Les couchers de soleil étaient spectaculaires, peignant le ciel de teintes chaudes et offrant un spectacle inoubliable chaque soir.
Ils y sont restés pendant un an avant que le ranch ne se fasse attaquer par une horde de coureurs et de rôdeurs.

Le 27 mai 2035, le Ranch est envahi par des rôdeurs qui semblent avoir la capacité de courir, ce qui a alarmé toute la famille. Le Ranch fini malheureusement en feu... Thomas, le frère d'Ophélia, a perdu la vie pour permettre à Ophélia et à sa famille de s'enfuir. Pendant leur fuite, la mère d'Ophélia, Eudoria, s'est fait mordre par un rôdeur; Joël a dû la tuer pour éviter qu'elle ne se transforme.

Cherchant de l'aide, ils ont marché pendant plus de 15 heures avant d'arriver à la Communauté TVCc (Trinity Valley Community Collège), un ancien collège où Ophélia et sa famille espéraient obtenir de l'aide. La communauté a accepté Ophélia et sa famille, et ils y sont restés pendant sept mois avant de fuir à la suite d'une attaque des rôdeurs qui a séparé la famille, forçant Ophélia à se séparer de son grand frère Joshua, sa belle-sœur Mia et ses neveux, William et Gabriel.

Ophélia, Joël, Arthur, Cole et six autres personnes, Lana, Elise, Liam, Raphaël, Alexandre et Ray. Ils ont survécu quelques jours, malheureusement Joël est assassiné et a entraîné l'enlèvement d'Arthur, Lana, Raphaël et Ray, le reste du groupe trouve, deux jours plus tard une petite communauté, Brothers où ils ont décidé de rester pendant un moment pour reprendre des forces. Quelques semaines plus tard, Élise, Liam et Alexandre ont choisi de rester à la communauté Brothers tandis qu'Ophélia et Cole ont poursuivi leur quête, à la recherche de la Safe Zone.


Dans quel(s) groupe(s) votre personnage a-t-il évolué ?
Ranch Palmer : 05 mai 2034 au 27 mai 2035.

Au début de l'apocalypse, Ophélia était encore très attachée à sa vie d'avant, à ses amis, à son travail, à ses passions. Mais tout ceci lui a été enlevé lorsque le monde a sombré dans le chaos.
Ophélia a dû s'adapter à une vie beaucoup plus rudimentaire. Fini les vêtements à la mode, les journées de travail, les cours de boxe. Elle a dû apprendre à se débrouiller par elle-même, à survivre dans un monde hostile et imprévisible. Elle a passé des heures à travailler dans l'atelier bricolage de son frère, à aller chercher de l'eau du puits, à s'occuper des animaux du ranch. Sa silhouette s'est transformée, de mince et élancée, elle est devenue plus musclée et endurante. Elle a aussi appris à mieux se battre, à manier une arme à feu (ce qui n'était pas son point fort), à se défendre contre les dangers qui rôdent à l'extérieur.
Avec sa famille, Ophélia a forgé des liens encore plus forts. Ensemble, ils ont construit une véritable forteresse, un refuge sûr dans ce monde instable. Ils se sont soutenus, protégés, aimés. Chacun a apporté sa force et son courage pour que le groupe tienne bon. Ophélia a pris soin de ses frères, les a protégés, encouragés à ne pas perdre espoir. Elle s'est également rapprochée de ses parents, partageant avec eux des moments qu'elle n'oubliera jamais, renforçant ainsi les liens familiaux.

TVCc : 27 mai 2035 au 29 novembre 2035.

Ophélia a évolué grandement dans cette nouvelle communauté TVCc. Au début, elle avait du mal à s'intégrer, gardant ses distances avec les inconnus. Elle préférait rester sur ses gardes, parlant uniquement quand c'était nécessaire, comme pour des renseignements ou pour obtenir de la nourriture. Vivre au sein d'une communauté était tout à fait différent pour elle par rapport au ranch où elle se sentait en sécurité avec sa famille.
Cependant, au fil du temps, Ophélia a appris à faire confiance à certaines personnes de la communauté, formant des liens avec elles. Elle s'est rendu compte qu'elle pouvait compter sur certains membres pour l'aider et la soutenir en cas de besoin. Ces nouvelles relations lui ont apporté une certaine forme de confort et de stabilité dans ce monde apocalyptique.

Quand Ophélia a fuit la communauté TVCc, elle a été séparer de Josh, Mia et ses neveux. Mais elle est rester avec Joël, Arthur, Cole et six autres personnes, qui ont insisté pour rester avec eux, malgré l'opposition de Joël à ce que Arthur voulait absolument que ces gens restent.
Physiquement, Ophélia a dû apprendre à s'adapter à un nouvel environnement, à de nouvelles conditions de vie. Elle a dû faire face à des défis et des dangers différents de ceux qu'elle avait connus au ranch et à la communauté. Son apparence témoignait de ces épreuves, mais elle a su s'adapter pour survivre et continuer à avancer. Son évolution physique était le reflet de son évolution morale, avec une force intérieure qui s'est renforcée au fil du temps.
Ophélia, Arthur, Joël, Cole, Liam, Élise, Alexandre, Ray, Lana et Raphaël se faufilaient de maison en maison pour se cacher la nuit. Des rumeurs circulaient selon lesquelles les rôdeurs étaient plus féroces une fois le soleil couché. 

Brothers : 03 décembre 2035 au 21 décembre 2035.

Après un jour de marche à travers les terres désolées, Ophélia et le groupe arriva enfin à une petite communauté installée dans une ancienne pizzeria. Les habitants étaient chaleureux et accueillants, et ils accueillirent Ophélia et son groupe à bras ouverts. Ophélia se prit rapidement d'affection pour ces gens qui, malgré les difficultés, avaient su garder leur humanité et la consola de la perte tragique de Joël et de l'enlèvement de son frère et de ses amis.
Cependant, Ophélia savait qu'elle devait continuer sa route pour trouver la Safe Zone. Elle expliqua sa situation aux habitants de la communauté, et bien qu'ils fussent attristés de la voir partir, ils comprirent sa décision. Ils lui donnèrent des provisions pour son voyage et lui souhaitèrent bonne chance.

En quittant la communauté, Ophélia ne put s'empêcher de penser à Alexandre, Liam et Élise, ils ont préférer rester, car c'était trop loin et peut-être une fausse rumeur.
Ophélia espérait que leur choix ne serait pas fatal...

Ophélia a dû affronter des épreuves et des drames qui ont profondément changé sa vision du monde. Elle a perdu des membres de sa famille, des amis, des êtres chers. Elle a vu la cruauté des hommes, la violence, la peur. Mais elle a aussi découvert sa propre force, sa capacité à se battre pour sa survie et celle de sa famille. Elle a grandi, mûri, pris des décisions difficiles, parfois au prix de sa propre innocence.
Ainsi, Ophélia a évolué physiquement et moralement dans ce contexte apocalyptique, devenant une jeune femme forte, déterminée et prête à tout pour protéger ceux qu'elle aime.

Comment votre personnage a vécu la seconde apocalypse ?
Ophélia a été profondément marquée par la seconde apocalypse, en particulier parce qu'elle a été responsable de la mort de la moitié de sa famille. Elle avait cru que leur ranch était un refuge sûr, mais malheureusement, les rôdeurs sont devenus plus agressifs et les attaques ont pris une tournure tragique. Le ranch a fini par être incendié, et elle a perdu Thomas qui s'est sacrifié pour les protéger. Quelques heures, plus tard, sa mère meurt tuer par Joël, car elle avait été mordue lors de leur fuite. Après avoir rejoint la communauté TVCc, elle espérait reprendre une vie normale, mais après sept mois de refuge, cette communauté est attaquée. Cette tragédie l'oblige à se séparer précipitamment de son grand frère Josh, de sa belle-sœur et de ses neveux. La perte de son beau-père et la disparition de son frère, Arthur, aggrave encore plus sa souffrance.

Malgré tout, elle a appris à surmonter les épreuves, à se battre pour un avenir meilleur. Et avec son fils à ses côtés, elle sait qu'elle pourra affronter tous les dangers qui se présenteront sur son chemin.
Dans l'espoir de mettre son fils à l'abri et en sécurité, elle décide de se rendre à L'Oasis, un endroit qu'elle espère être un havre de paix dans ce monde chaotique.

Mentionnez des moments forts de la survie de votre personnage :
Ophélia a perdu beaucoup de ses proches qu'ils soit morts ou qu'ils est disparus peut-être qu'elle ne les reverra jamais mais elle espère un jour retrouver ceux qu'ils ne sont pas présumés morts.

Thomas est la première personne que Ophélia a perdu. Avant l'apocalypse, Thomas et Ophélia n'entretenaient pas une relation très proche. Leur lien était banal, voire un peu distant. Thomas n'était pas méchant avec Ophélia, mais il ne lui accordait pas beaucoup d'attention. C'est après l'apocalypse qu'ils ont commencé à se rapprocher en tant que frère et sœur. Thomas était très protecteur envers Ophélia, tout comme ses deux autres frères, Joshua et Arthur. Après l'apocalypse, ils ont trouvé du réconfort et du soutien les uns auprès des autres. Cette solidarité a renforcé leur lien fraternel.

Cela s'est déroulé pendant la nuit. Ophélia a été réveillée brusquement par sa mère Eudoria, en panique, indiquant qu'il y avait un gros problème : les rôdeurs avaient évolué et les barrières avaient cédé. S'habillant rapidement, elle voit déjà Cole avec Arthur en train de se préparer, tandis que Joël annonce qu'il faut quitter le ranch au plus vite. Ophélia court pour aider à prendre les choses nécessaires pour sa famille, mais le ranch est encerclé et il n'y a aucune sortie. Soudain, alors que tout le monde regarde autour d'eux, Ophélia ne voit pas Thomas, et sa mère, prise de panique, tente de le chercher dans la maison. Joël ordonne de rester groupés mais Eudoria ne perd pas espoir et crie le nom de son fils, attirant malheureusement les rôdeurs vers la pièce où ils se trouvent. Ils s'éloignent de la pièce en tuant des rôdeurs qui avaient réussi à entrer. Les coups sur les murs et les grognement et cries guttural des rôdeurs effrayaient les enfants.

Après plusieurs secondes d'inquiétude à propos de Thomas, ils entendent un énorme bruit venant de l'extérieur : c'est Thomas qui tape contre une casserole avec son fusil en main. Ce bruit attire les rôdeurs vers Thomas, qui avec son fusil, parvient à mettre à terre certains rôdeurs qui courent, un acte très inhabituel. Sa voix rauque crie en disant au reste de sa famille de partir dans les bois. La famille s'enfuit en direction de la forêt, le soleil commençant à se réveiller à travers les bois. Après plusieurs minutes à courir dans les bois Ophélia regarde plusieurs fois derrière elle pour vérifier si Thomas les suit, mais ne le voit pas. Elle se dirigeait lentement vers le ranch, son cœur battant de plus en plus fort à mesure qu'elle avançait. Soudain, elle remarqua de la fumée s'échappant au-dessus des arbres et sentit l'odeur de brûlé envahir ses poumons. Prise de panique, elle se mit à marcher plus vite en direction du ranch, l'inquiétude pour son frère l'envahissant.
En sortant de la forêt, elle aperçut le bâtiment en train de brûler, et son cœur se serra d'angoisse. Tous ses espoirs s'envolèrent à la vue de cette scène tragique. Ses yeux se remplissent de larmes, ses mains tremblent et elle ne peut que regarder les flammes consumer le ranch et les rôdeurs. Sa mère, qui la suivait de près, elle est à ses côtés à genoux, pleurant et hurlant la perte de son fils. Joël est là, entraînant sa femme dans la forêt, tandis que Mia prend Ophélia par le bras pour l'entraîner elle aussi dans la forêt.

Cela s'est passé si vite qu'Ophélia n'a même pas eu le temps de dire au revoir à son grand frère, ni même de le regarder une dernière fois. Avant que les rôdeurs ne les remarquent, tout le monde s'engage dans la forêt faiblement éclairer par le soleil, ils avaient peu d'affaires en main, mais avaient pris le nécessaire pour leur survie. Plusieurs fois, Arthur, Ophélia et sa mère Eudoria demandent à retourner au ranch, mais Joël et Joshua sont catégoriques: il ne faut pas y retourner. Il faut trouver un autre bâtiment pour se protéger.

La perte de sa mère, Eudoria, a été l'une des épreuves les plus douloureuses pour Ophélia. Elles étaient proches, sa mère prenait beaucoup des nouvelles d'Ophélia quand celle-ci a quitter la maison. De plus, elles se voyaient au moins une fois par semaine. Eudoria a toujours veillé sur sa fille, étant une vraie maman poule, bien qu'elle était parfois un peu exigeante. Elle voulait que sa fille chérie soit la petite fille parfaite. Ophélia n'appréciait pas cela lorsqu'elle était jeune et a fait plusieurs crises de rébellion à l'adolescence, mais elle comprenait maintenant que sa mère voulait que sa fille est l'enfance que sa mère avait raté... Elle protégeait Ophélia encore plus que ses fils. Sa mort a laissé un vide immense dans la vie d'Ophélia. Elle avait l'habitude de se confier que à elle. Elles se disaient vraiment tout.

Après la tragédie du Ranch, la famille a décidé de trouver un endroit où ils pourraient être acceptés. Ils savaient qu'il existait des communautés formées après l'apocalypse et c'est ce genre de communauté que la famille cherchaient. Pendant un bref moment de pause, alors qu'Ophélia parlait avec ses frères et le reste de sa famille, sa mère a voulu s'absenter un moment avec Joël pour parler. Avant de partir, elle prit chacun de ses enfants dans ses bras pour leur témoigner son amour, puis fit de même avec sa belle-fille et ses petits-enfants, leur exprimant à tous son affection, avec la fatigue Ophélia ne se doutait de rien, mais quelques minutes plus tard, elle a commencé à s'inquiéter de ne pas voir son beau-père et sa mère. Avant qu'elle ne puisse le dire à ses frères, ils ont entendu un coup de feu. Tout le monde s'est précipité vers le bruit et Ophélia a vu la pire chose de sa vie: sa mère gisait inerte, tuer par Joël.

Dévastée, Ophélia a appris que sa mère avait été mordue lors de leur fuite du ranch et qu'elle avait demandé à Joël de la tuer car elle savait pertinemment ce qui allait se passer si on ne l'a tuait pas tout de suite. Ophélia s'est énervée contre Joël, le traitant de meurtrier, lui aussi pleurait, choqué et dévasté d'avoir fait une chose pareille à la femme qu'il aimait et c'était la première et dernière fois qu'Ophélia l'a vu pleurer. Assise à côté du corps de sa mère, elle a pleuré toutes les larmes de son corps, réalisant que sa mère était tout pour elle. Elle s'est demandé comment Joël avait pu agir sans lui en parler, et pourquoi sa mère ne lui avait rien dit.

Après avoir enterré sa mère et repris la marche, Ophélia a compris grâce à son grand frère Arthur que Joël avait agi pour le bien de sa mère. Elle a pardonné rapidement à Joël, bien qu'une rancune persiste. Ophélia n'a jamais vraiment surmonté le décès brutal et soudain de sa mère. Heureusement, contrairement à Thomas, elles ont eu le temps de se dire au revoir.

Ophélia et Joël ont fait un très long parcours ensemble dans leur vie, enfant Ophélia avait très peur de Joël à cause de son père violent, elle avait peur que Joël soit pareil mais Joël fut un père formidable pour Ophélia il était généreux, doux, bienveillant, encourageant et quelque peu autoritaire mais très peu il faisait plus recours à la conversation et non à la dispute. Au final Ophélia prend Joël comme son propre père c'est lui qui lui a tout appris la responsabilité, le respect, la politesse, la bienveillance, l'empathie, le courage et la détermination.

Cela ne faisait pas plus de trois jours que Joël, Arthur, Cole, Ophélia et le reste de leur petit groupe marchaient après la tragédie de la communauté TVCc, ils étaient en route pour la Safe Zone, une rumeur qui courrait sur le faite qu'une grande communauté était à Houston et que là-bas tout le monde vivaient paisiblement et en sécurité. Eudoria avait demandé à Joël de protéger les enfants, de le lui promettre. Malheureusement, Joshua, Mia et ses jumeaux ont disparu et n'ont jamais été retrouvés après la fuite de la TVCc. A ce jour, ils ne savent toujours pas s'ils sont morts ou non.
Joël a toujours tenu ses promesses et veut que sa famille soit en sécurité.

Ce jour-là Ophélia était parti chasser avec Cole et Alexandre et pendant ce temps Arthur, Joël et Lana préparaient le camp dans une maison abandonnée et Ray et Liam s'occupaient du feu, Élise était avec Raphaël, son père, et elle dessinait sur un vieux papier journal.
Ophélia revint avec quelques petits animaux, mais assez pour nourrir la famille ce soir. À une dizaine de mètres vers le camp, elle entendit plusieurs coups de feu ordonnant à Cole et Alexandre de rester caché, elle courut à toute vitesse vers le camp, quand elle y vient, elle voit un gros camion partir, mais Joël était à terre en train de se battre avec deux hommes et criant le prénom d'Arthur. Ophélia se rue vers les hommes qui attaquaient Joël. Elle les attaque à son tour, mais les deux hommes étaient beaucoup mieux armées qu'eux et avant qu'Ophélia ne puisse rendre d'autres coups un homme lui mis un coup de pied dans le dos la faisant tomber à terre puis il pointa son arme vers elle prêt à la tuer, Joël le tua d'une balle dans le torse, Ophélia souffla de soulagement regardant Joël dans les yeux un demi-sourire se dessina sur son visage, mais avant qu'il ne puisse faire quoi que ce soit une balle lui traversa la clavicule. Ophélia, pris d'un élan de rage et d'adrénaline tua l'homme à coup-de-poing. Alexandre et Liam se dirigèrent en vitesse vers Ophélia et la séparèrent de l'homme mort sous ses coups. Ophélia, à regarder autour d'elle ses mains tremblaient, en sangs et des blessures étaient visibles sur ses points, elle se dirige contre Joël qui dit ces derniers mots "Protège ta famille et ne fait confiance à personne." Joël respirait encore alors qu'Alexandre la tira dans la forêt pour se sauver. Encore aujourd'hui elle ne sais pas si il est mort. Elle y pense souvent mais ne préfère pas aborder le sujet.
Ophélia retrouva Cole et le consola pour la "mort" de son grand-père. Elle devait rester forte pour lui, Cole et Alexandre expliquèrent plus tard à Ophélia qu'ils ont vue Arthur, Lana, Raphaël et Ray se faire embarquer par des hommes dans un fourgon. Elle ne doutait pas que son frère avait été emmené et a promis à Cole de retrouver Arthur quoi qu'il lui en coûte. Après quelques minutes de marches, Ophélia fut soulagée de voir Élise et Liam saint et sauf dans une boutique où ils avaient trouvé refuge alors que Joël leur avait ordonné de fuir le camp.
Elle décida alors d'emmener son fils à la Safe Zone pour s'assurer qu'il soit à l'abri, puis de repartir pour retrouver Arthur et venger Joël.

Qu'est-ce que votre personnage a fait pour survivre ?
Dans un monde apocalyptique où la survie est devenue une lutte quotidienne, Ophélia a dû faire preuve d'une force et d'une résilience hors du commun pour survivre. Tout d'abord, elle a dû apprendre à s'adapter à un environnement hostile, où les ressources étaient rares et où la loi du plus fort régnait. Pour subvenir à ses besoins et ceux de son fils Cole, elle a dû apprendre à chasser et à pister, c'est une pratique qu'elle connaît le mieux, survivre dans des conditions difficiles, purifier l'eau et se protéger des nombreux dangers qui rôdaient à l'extérieur.

De plus, Ophélia a dû apprendre à se méfier des autres survivants, car dans ce monde chaotique, la confiance était une denrée rare. Elle a dû prendre des décisions difficiles pour assurer sa sécurité et celle de son fils, se méfiant des étrangers tout en cherchant parfois à nouer des alliances pour augmenter ses chances de survie.

En plus de cela, Ophélia a dû enrichir ses compétences de combat pour se défendre contre les attaques de bandes de pillards et d'autres menaces. Elle a dû apprendre à manier des armes ce qui n'est pas son point fort, mais aussi à se battre et à se déplacer furtivement pour éviter les conflits inutiles.

En fin de compte, Ophélia a dû faire preuve d'une grande détermination et d'une résolution inébranlable pour naviguer dans ce monde apocalyptique. Sa priorité absolue était la protection de son fils, et elle a tout fait pour s'assurer qu'il puisse survivre dans ce monde impitoyable, l'entrainant au couteau puis a se débrouiller seule contre des rôdeurs. Malgré les obstacles et les dangers, Ophélia a puisé dans sa force intérieure pour trouver des solutions et garder espoir, faisant d'elle un exemple de courage et de détermination dans un monde où la survie était tout sauf garantie.

Equipement Porté :
N/A
Accessoires Pratiques :
N/A
Contenants Personnels :
N/A

Ophélia Palmer

Ophélia Palmer

Mer 7 Fév - 21:04
Récit d'Arrivée à Houston

Les rues sont désertes, envahies par des rôdeurs affamés et des pillards sans pitié. Ophélia et Cole se trouvent désormais dans le froid glacial de l'hiver alors qu'ils cherchent désespérément L'Oasis. La ville est méconnaissable... Les gratte-ciel majestueux sont maintenant ternes et tachés de suie, leurs fenêtres brisées révélant des intérieurs désolés et abandonnés. Des voitures calcinées jonchent les rues, rappelant un passé de chaos et de destruction. L'atmosphère est glaciale et sinistre, avec des tourbillons de neige et de cendres qui tourbillonnent dans les rues désertes. Les arbres de la ville sont dénudés, leurs branches grêles se balançant dans le vent glacial. Les façades des bâtiments sont recouvertes de graffitis et de traces de lutte désespérée contre les hordes de zombies. Les espaces autrefois luxuriants et verts sont maintenant envahis par des broussailles et des décombres, donnant à la ville un air de désolation.

"J'ai froid..." 

Ophélia continue de marcher, serrant la main de son fils pour le rassurer. Elle se sent démunie, ne sachant plus quoi dire pour lui redonner espoir. Chaque fois qu'il exprime sa peur, elle se sent impuissante à le réconforter. Pourtant, avec un soupir une vague de détermination l'envahie, elle se tourne vers son fils et lui offre un sourire tendre, espérant lui transmettre un peu de sa propre détermination.

"Ne pense pas à ça, pense au refuge et à la bonne nourriture qu'il y aura là-bas mon cœur." 

Dit-elle d'une voix douce mais étouffée à cause du froid qui la rend malade.
Cole lui sourit et lève les yeux vers le ciel, réfléchissant à ce que sa mère vient de dire.

"J'ai trop hâte !" 

S'exclame le jeune garçon en sautillant de joie. Ophélia a remarqué que Cole reste toujours optimiste. Elle se demande d'où lui vient cette attitude, mais elle en est fière, car c'est grâce à lui qu'elle garde le moral.
Alors qu'elle regarde le soleil descendre, Ophélia s'arrête soudain et scrute attentivement son environnement. Et là, comme par miracle, une immense voiture blindée militaire est dans un fossé près d'une forêt. Ophélia ne peut s'empêcher de sourire et de pousser un soupir de soulagement.

"Tiens, regarde notre hôtel pour cette nuit." 

Ophélia se penche légèrement vers Cole et lui désigne du doigt le véhicule blindé abandonné. Elle remarque le regard de son fils, qui hausse les sourcils en signe d'étonnement.

"Quand est-ce que j'aurai mon lit à moi" 

Le jeune garçon est épuisé de devoir dormir à même le sol ou sur de vieux vêtements. Il se sent de plus en plus fatigué, car il ne parvient pas à dormir convenablement la nuit. De son côté, Ophélia est toujours en alerte, car des rumeurs circulent sur l'évolution des rôdeurs et sur des attaques monstrueuses qui ont frappé plusieurs communautés en une seule nuit. Désormais, elle demande à Cole de ne plus parler la nuit, mais heureusement, il peut se consoler en dessinant dans son carnet. Sans cela, le pauvre garçon se sentirait très seul et ennuyé. Parfois, il arrive que Cole et Ophélia parlent en langue des signes.

"Hé ne te plains pas, c'est mieux que rien"

Depuis l'Apocalypse, Ophélia a changé sa façon de parler. Sa voix est toujours douce, mais elle est devenue un peu plus stricte, surtout lorsqu'elle parle à son fils. Elle est devenue plus autoritaire et cette nouvelle attitude a tendance à pousser le petit garçon à se rebeller.
Alors qu'ils s'installent dans le véhicule blindé, Ophélia se tourne vers Cole. Elle se penche pour ouvrir son sac et en tire la carte, l'ouvrant largement sur le sol du véhicule. Elle cherche l'emplacement de la croix rouge, qui indique la Safe Zone potentielle. Avec attention, elle remarque que la Safe Zone semble être située à au moins une journée de marche. Un soupir lui échappe avant de replier la carte, se donnant pour objectif de poursuivre vers le sud et de ce lever plus tôt demain. Vérifiant dans son sac si elle a toujours son MP4 avec ses écouteurs, équipé d'un prototype de panneau solaire fabriqué par Joël, lui permettant de le recharger en cas de besoin. Quand elle le voit elle sourit et le prend pour le tendre à Cole lui souriant.

"Tien tu peux écouter un peu de musiques mais pas trop fort d'accord, il faut que tu réussisse à entendre tout ce qui peut ce passer autour de toi. Bon, il y a une supérette pas loin de l'autre côté de la route, je vais aller voir et tu ne bouges pas d'ici." 

Ophélia parle avec autorité, Cole hoche la tête et prend rapidement son carnet de dessin et le MP4 souriant à sa mère, et lui marmonne un "merci". Elle sort du véhicule et se dirige de l'autre côté de la route vers la supérette.

En entrant dans celle-ci, par la porte aux vitres brisées, une arme en main, elle regarde autour d'elle en observant s'il y a un rôdeur ou un humain.
Les vitres sont brisées, laissant entrer la lumière du jour qui éclaire la poussière flottant dans l'air. À l'intérieur, les rayons sont vides et dévastés, les étagères autrefois remplies de produits alimentaires et de produits ménagers sont maintenant vides.
Des sacs de chips éventrés jonchent le sol, des boîtes de conserve vides s'entassent dans les coins, et des emballages de bonbons déchirés sont éparpillés sur les étagères. Le long comptoir de la caisse est renversé, les tiroirs laissés béants. Après avoir constaté qu'il n'y a aucun danger, elle cherche des boîtes de nourriture, n'importe quoi pour manger. Malheureusement, elle ne trouve qu'une boîte de thon sous plusieurs boites de conserves vides. Elle se dit que ça suffira pour Cole ce soir.

"Au secours..." 

Soudain, Ophélia entend une voix et tourne la tête vers une porte d'où émane la voix, les mains tremblantes elle tien l'arme qu'elle a pris à un pillard il y a quelques semaines après la mort de Joël.
Avançant avec prudence vers ce qui semblait être l'arrière boutique, elle pointe son arme droit vers la porte. Poussant la porte avec le canon de son arme, elle regarde dans la salle et aperçoit un homme assis par terre, lui aussi pointant une arme vers elle. Les muscles d'Ophélia se tendent, son doigt se resserre sur la gâchette, prête à tirer.
L'homme en face d'elle tremble lui aussi, il a peur, mais Ophélia ne baisse pas son arme et ne montre aucun signe de coopération. Peut-être est-ce une tactique, ou quelque chose comme ça. Ses pensées se bousculent, mais elles sont vite interrompues par la voix de l'homme en face d'elle.

"Pose doucement ton arme." 

Dit-il la voix tremblante.

"Pose d'abord la tienne."

Ophélia a réussi à imposer son autorité en seulement quelques secondes, lorsque l'homme a obéi à ses ordres en posant son arme à terre et en levant la main vers elle.

"Voilà, maintenant, c'est à ton tour de poser ton arme."

Ophélia remarque que l'homme a son autre main cachée dans son manteau. Son cœur bat la chamade, paniquée à l'idée que l'homme soit encore armé. Elle refuse de baisser son arme. Elle mouille ses lèvres avec sa langue anxieuse et parle avec un semblant d'autorité.

"Je veux voir ton autre main"

Déclare-t-elle.

L'homme ferme les yeux pendant quelques secondes et soupire de résignation. Sa main valide demeure levée vers elle pour annoncer qu'il se rend. Il la regarde droit dans les yeux, son corps tremblant de peur.

"Je... Je ne peux pas... J'ai bien peur d'y laisser la vie..."

Gémit-il.

La phrase de l'homme panique encore plus Ophélia. Que peut-il bien avoir dans sa poche ? Un autre fusil ? Un couteau ? Quoi que ce soit, c'est dangereux pour sa vie et celle de son fils. Essayant de paraître moins paniquée et effrayée, elle hausse le ton.

"T'as quoi dans la main ?!"

Crie-t-elle.

L'homme sursaute au cri d'Ophélia et commence à glisser lentement sa main hors de son manteau, Ophélia vise avec son arme sa main qui est d'une lenteur tortueuse.

"Rien... maintenant pose ton arme..."

Dit l'homme d'une voix calme, tentant d'instaurer une certaine sympathie. Mais sa voix tremble toujours. Ses yeux sont remplis d'espoir et de panique. Cependant, Ophélia ne lui prête pas attention. Ses yeux sont rivés sur la main de l'homme qui glisse hors de son manteau.
Elle voit l'homme continuer à retirer sa main et part le reflet du soleil Ophélia voit un objet métallique briller. Pris de court, Ophélia ferme les yeux et presse la gâchette deux fois. Deux coups de feu retentissent dans la pièce et Ophélia rouvre enfin les yeux pour voir l'homme gisant inerte sur le sol. Elle se penche prudemment vers lui, comme s'il allait bouger. Avec le canon de son arme, elle décale sa main qui tenait une simple croix en argent.

Son cœur bat la chamade alors qu'elle réalise qu'elle a tué un homme pour rien, cet homme ne voulait rien d'autre que survivre et elle, elle l'a assassinée... Rassemblant rapidement ses affaires, elle quitte précipitamment la supérette et se dirige vers le véhicule blindé où Cole l'attend. En entrant dans le véhicule, elle voit Cole en train de dessiner tranquillement. Il sourit en voyant sa mère puis retire les écouteurs du MP4, cependant, son sourire s'efface lorsqu'il remarque que son attitude a changé. Ses yeux sont remplis de larmes, sa respiration est tremblante et elle est toute pâle. Son air terrifié met Cole en alerte, et il commence lui aussi à ressentir du stress.

"Maman, est-ce que tout va bien qu'est-ce qui s'est passé à la supérette ?" 

Le petit garçon s'approche de sa mère et fouille dans son sac pour voir si elle a pris de la nourriture. Son sourire s'illumine lorsqu'il voit la boîte de thon, puis il pose à nouveau ses yeux sur sa mère, attendant sa réponse avec impatience.

"Rien un rôdeur m'a fait peur, c'est tout, allez mange demain, on doit se lever tôt" 

Ophélia soupire profondément, retenant sa respiration en repensant à ce qui s'était passée. Elle se demande vraiment si ce qu'elle est devenue est une tueuse, et si elle n'est pas acceptée à l'Oasis parce qu'elle a tué des gens ?
La nuit passe et au petit matin, c'est Ophélia qui ouvre la marche. Elle n'a pas fermé l'œil de la nuit, veillant sur son fils et prêtant une oreille attentive à chaque bruit. Son mal de crâne s'aggrave, elle se force à regarder l'horizon, mais ses yeux se ferment de fatigue à chaque clignement. Finalement, elle baisse la tête pour poser ses yeux sur la carte qu'elle tient en main.
Ophélia n'a pas mangé depuis longtemps, car elle donne tout ce qu'elle trouve à son fils Cole. Elle sait que pour lui, elle doit rester forte, même au péril de sa propre santé. Ils cherchent désespérément de la nourriture, évitant les pillards et les rôdeurs dans ce monde devenu hostile.

Au fil des heures, la situation devient de plus en plus critique. Ophélia se sent faiblir, son corps épuisé par le manque de nourriture et le froid mordant. Ses doigts sont couverts de blessures causées par le froid depuis plusieurs jours déjà, ses vêtements sont en lambeaux. Mais malgré tout, elle continue à essayer de se battre pour son fils.

Puis à un moment, elle s'effondre. La faim, le froid et l'épuisement la font perdre connaissance. Paniqué, Cole se met à crier à l'aide, cherchant désespérément un moyen de sauver sa mère. Lorsqu'il se lève pour regarder les environs, il commence à la traîner au sol, il repère une ancienne boulangerie avec un grand panneau bloquant l'entrée, mais un petit espace par lequel ils pourraient se faufiler. Avec difficulté, il parvient à tirer sa mère à l'intérieur. Une fois dans la boulangerie, les pas du petit garçon craquent sous les petits bouts de verres brisés qui raclent et crissent sous le corps de sa mère, Cole fait de son mieux pour la cacher derrière le comptoir. L'endroit est sombre et désert. Après avoir vérifié que sa mère respire toujours, il prend le pistolet que tenait sa mère et sort précipitamment du bâtiment en ruine pour chercher de l'aide. Au loin vers la direction où lui et sa mère se dirigent, il voit une lueur d'espoir : une sorte de structure fortifiée qui semble offrir un refuge. À ses pieds, un graffiti inscrit "L'Oasis" avec une flèche pointant vers les fortifications au loin. Il pousse un grand soupir et court vers les murs.

Equipement Porté :
N/A
Accessoires Pratiques :
N/A
Contenants Personnels :
N/A

Triss Anderson


Fiche de personnage
Points de RP:
Ophélia Palmer Debuba119/1200Ophélia Palmer Videba10  (9/1200)
Etat Mental:
Ophélia Palmer Debuba10100/100Ophélia Palmer Videba10  (100/100)
Crédits:
Ophélia Palmer Debuba14116/1000Ophélia Palmer Videba10  (116/1000)
Réputation:
Ophélia Palmer Debuba170/500Ophélia Palmer Videba10  (0/500)
Informations scénaristiques:
Blessures:
Tatouages:
Cicatrices:
Triss Anderson

Mer 7 Fév - 21:17
Bienvenue Ophélia, bon courage pour ta fiche ;)
Equipement Porté :
Première main
-
Seconde main
-

Ceinture 0/2
Enc. 3 max
-
Poches 0/4
Enc. 1 max
-
Accessoires Pratiques :
1ères Mun. 3/3 : Flec. (6)
Tête : -
Epaule : Occupée
Redhead Toxik Flec. (9)
M02
Torse : Plastron (12)
Dos : Grand sac (12)
Bras : -
Flancs : Musette (5)
Taille : -
Jambes : Holster (2)
Beretta 96 10C .40 (2)
Véhicules 1/3
Clé de GMC Terrain 4/3
Contenants Personnels :
Dos 5/30
Grand sac
Kit de crochetage (3)
.40 S&W 3/3 (2)

Flanc 0/10
Musette
-

Coffre 70/200
GMC Terrain
Stock de maçon (35)
Pièces détachées (35)

Oliver Perkins


Fiche de personnage
Points de RP:
Ophélia Palmer Debuba110/1200Ophélia Palmer Videba10  (0/1200)
Etat Mental:
Ophélia Palmer Debuba10100/100Ophélia Palmer Videba10  (100/100)
Crédits:
Ophélia Palmer Debuba140/1000Ophélia Palmer Videba10  (0/1000)
Réputation:
Ophélia Palmer Debuba170/500Ophélia Palmer Videba10  (0/500)
Informations scénaristiques:
Blessures:
Tatouages:
Cicatrices:
Oliver Perkins

Mer 7 Fév - 22:17
Bienvenue et Bon courage Ophélia pour la suite de ta fiche =)
Equipement Porté :
Première main
-
Seconde main
-

Ceinture 0/2
Enc. 3 max
-
Poches 0/4
Enc. 1 max
-
Accessoires Pratiques :
1ères Mun. 3/3 : -
Tête : -
Epaule : -
Torse : -
Dos : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 0/3
-
Contenants Personnels :
N/A

Ophélia Palmer

Ophélia Palmer

Mer 7 Fév - 23:26
Merci beaucoup pour vos encouragements ^^
Equipement Porté :
N/A
Accessoires Pratiques :
N/A
Contenants Personnels :
N/A

Deran Jordan


Fiche de personnage
Points de RP:
Ophélia Palmer Debuba1139/1200Ophélia Palmer Videba10  (39/1200)
Etat Mental:
Ophélia Palmer Debuba1080/100Ophélia Palmer Videba10  (80/100)
Crédits:
Ophélia Palmer Debuba140/1000Ophélia Palmer Videba10  (0/1000)
Réputation:
Ophélia Palmer Debuba170/500Ophélia Palmer Videba10  (0/500)
Informations scénaristiques:
Blessures:
Tatouages:
Cicatrices:
Deran Jordan

Jeu 8 Fév - 11:50
Re-bienvenue Ophélia et bon courage ^^
Equipement Porté :
Première main
Cherokee Océan Carr. (8)
Seconde main
Occupée

Ceinture 0/2
Enc. 3 max
-
Poches 2/4
Enc. 1 max
S.A. 911 6C 9mm (1)
Couteau papillon (1)
Accessoires Pratiques :
1ères Mun. 3/3 : 9mm (6)
Tête : -
Epaule : -
Torse : Plastron (12)
Dos : Grand sac (12)
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 1/3
Clé de Range Rover 2/3
Contenants Personnels :
Dos 6/30
Grand sac
Carreaux (6)

Coffre 0/200
Range Rover
-
Personnages Liés :

Tobias Evans


Fiche de personnage
Points de RP:
Ophélia Palmer Debuba1129/1200Ophélia Palmer Videba10  (29/1200)
Etat Mental:
Ophélia Palmer Debuba1090/100Ophélia Palmer Videba10  (90/100)
Crédits:
Ophélia Palmer Debuba140/1000Ophélia Palmer Videba10  (0/1000)
Réputation:
Ophélia Palmer Debuba170/500Ophélia Palmer Videba10  (0/500)
Informations scénaristiques:
Blessures:
Tatouages:
Cicatrices:
Tobias Evans

Ven 9 Fév - 23:02
Et bienvenue! Bonne rédaction!
Equipement Porté :
Première main
-
Seconde main
-

Ceinture 0/2
Enc. 3 max
Revolver 6C Muni.A. (3)
Poches 1/4
Enc. 1 max
Cran d’arrêt (1)
Accessoires Pratiques :
1ères Mun. 3/3 : Muni.A.
Tête : -
Epaule : -
Torse : Haut protecteur (5)
Dos : Grand sac (12)
Bras : Brassards tactiques (6)
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 1/3
Clé de Durango IV 4/4
Contenants Personnels :
Dos 25/30
Grand sac
Lampe dynamo (1)
Kit de crochetage (3)
Herbertz (3)
Plastron (12)

Coffre 15/200
Durango IV
Flèches (6)
Tonfa (3)
Epic Hawk (6)
Personnages Liés :

Ophélia Palmer

Ophélia Palmer

Ven 23 Fév - 2:30
Merci encore pour votre bienvenue, je pense avoir terminé. ^^ J'espère que ma fiche sera à la hauteur selon vos attentes. ^^
Equipement Porté :
N/A
Accessoires Pratiques :
N/A
Contenants Personnels :
N/A

Kyle Collins


Fiche de personnage
Points de RP:
Ophélia Palmer Debuba1137/1200Ophélia Palmer Videba10  (37/1200)
Etat Mental:
Ophélia Palmer Debuba100/100Ophélia Palmer Videba10  (0/100)
Crédits:
Ophélia Palmer Debuba140/1000Ophélia Palmer Videba10  (0/1000)
Réputation:
Ophélia Palmer Debuba170/500Ophélia Palmer Videba10  (0/500)
Informations scénaristiques:
Blessures:
Tatouages:
Cicatrices:
Kyle Collins

Ven 23 Fév - 9:08
Bonjour Ophélia !

C'est bien noté, on reviendra vers toi dès que possible.

A très vite !
Equipement Porté :
Première main
-
Seconde main
-

Ceinture 2/2
Enc. 3 max
G. à Surpression 3G (3)
Dague de chasse (2)
Poches 1/4
Enc. 1 max
Menottes (1)
Accessoires Pratiques :
1ères Mun. 2/3 : 9mm (2)
Tête : -
Epaule : Bandoulière (2)
MAC-10 30C 9mm (4)
Torse : Gilet pare-balles (8)
Dos : Grand sac (12)
Bras : -
Flancs : -
Taille : Sacoche banane (2)
Jambes : Holster (2)
Mark III 13C 9mm (2)
Véhicules 2/3
Clé de Harley 2/4
Clé de Master III 1/2
Contenants Personnels :
Dos 3/30
Grand sac
Jumelles (3)

Taille 0/3
Sacoche banane

Coffre 40/500
Master III
Rations de survie (10)
Triton 1650 Flèc. (10)
Flèches 2/3 (6)
WA2000 6C 7.62 (12)
EGC
7.62 mm 2/3 (2)

Coffre 0/8
Harley
-
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: