Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility
Haut de page
Bas de page


Forum JDR post-apocalyptique dans un monde contemporain alternatif en proie aux zombies, à des créatures pires encore ainsi que des événements surnaturels.
 

Anaëlle McGee
 :: Codex :: Nous Rejoindre

Anaëlle McGee

Anaëlle McGee

Mer 26 Oct - 6:25
Fiche d'identité
b60e10852397d22ab2e64f7cd982b208357e82a7.jpg
Prénom(s) : Anaëlle

Nom : McGee

Né(e) le : 14/04/2006

À : El Paso, Texas, USA

Métier : Mécanicienne dans un concessionnaire

Particularité(s) : -léger tatouage sur son oreille droite et sur sa nuque, tribal simpliste.
-Cicatrice sur les mains, marque de brûlure entres autres.
-Anaëlle peut parler aisément l'anglais, le français mais également l'espagnol, bien que légèrement casser cette langue reste néanmoins compréhensible.
-Elle répare des véhicules, elle n'a pas peur de se salir les mains.
-Elle est hyperactive et a de la difficulté a tenir en place.


À-propos

Thème musical :


Feat : Ella Balinska
Type : Survivant

Description physique

Anaëlle est plutôt grande environ 5 pied 10 (1m78) , de taille élancée, elle n'en reste pas moins d'un physique athlétique et partiellement musclée dû à un emploi physique et des entraînements personnels vigoureux.

Elle arbore une teint plutôt basané, rappelant un parfait mélange métisse. Sa mère d'origine Zaïrienne ainsi que son père américain. Elle a hérité de plusieurs traits de sa mère dont la longue chevelure ondulé ébène ainsi que des yeux marrons très foncés, en forme d'amande. Son teint est bien moins foncés que sa mère cependant. En ce qui attrait à ses cheveux, elle opte toujours pour des coiffures qui n'obstrue pas sa vue.

C'est une femme plutôt charismatique, elle a une beauté naturelle et ne s'en préoccupe pas vraiment. Le monde de la survie lui va très bien puisqu'elle a toujours vécu dans un monde masculin où l'emphase d'une carte de mode ''fashion'' n'a jamais fais partie de sa vie. Elle a toujours préféré le bon vieux uniforme poussiéreux, bleu cendré de son travail, a une robe fleurie. Bien qu'elle prenne soin d'elle dans d'autres aspect, son style vestimentaire n'en fais pas partie, elle opte plutôt pour le confort et l'aisance de mouvement que la beauté.

Elle est coquette dans ses soins de bases et réussis à dégagée une sublime odeur vanillé malgré les circonstances, comme si ce parfum avais imprégné ses pores de peau pour le reste de ses jours. Cela contredit parfois son faciès enduit de suie, de sang ou de boue.

Elle a une prestance plutôt confiante, sa démarche est sûr et lourde. Elle n'a que faire des commentaires des autres et ses expressions son plutôt ferme et distantes. Elle a un regard perçant et sombre voir glacial qui donne envie d'en savoir d'avantages, voire mystérieux.  Bien qu'elle dégage une aura de ''je m'en foutisme'' il n'en reste pas moins qu'elle est très sympathique une fois la glace cassée.

Description psychologique

QUALITÉ
¤Débrouillarde; Anaëlle a toujours eu un énorme sens de la débrouillardise, dès son jeune âge d’ailleurs elle faisait preuve de grande autonomie en offrant un aide précieux à sa mère alors que sa jeune sœur venait de voir le jour. Offrant le biberon, les changements de couche, dorloter la petite pour les dodos, l’amuser... Bref elle avait littéralement pris le rôle d’une nounou sans que sa mère demande quoique ce soit. Pour son emploi elle fut efficace dans des moments où d’autres étaient appelés ailleurs, elle arrivait à faire le travail seule sans aide même lors de ses stages et fût intégré comme un membre du garage comme tous les autres.

Minutieuse; Œuvrant dans un emploi où la minutie est primordiale, Anaëlle est devenue au fil des ans presqu’excessive en ce domaine. Accentuant dès lors son ‘’perfectionniste’’ au plus haut niveau, ce qui peut parfois provoquer certaine frustration chez des comparses de travail puisqu’elle préfère le faire par elle-même au bout du compte. On n’est jamais mieux servi que par soi-même dit-on !
Leader; Anaëlle a toujours été douée pour être Leader, bien qu’elle n’aimait pas nécessairement ce rôle, il lui était parfois attribuée sans qu’elle le demande. Même enfant sa popularité était inévitable et elle était même nommer Présidente de classe voire d’école.

Amicale; Anaëlle a toujours été amicale, bien qu’aux premiers abords cela semble presque impossible à croire, une fois décontracté et à l’aise, c’est une jeune fille amusante. Bien qu’elle ne semble jamais s’attacher réellement à ceux qui l’entoure, du moins elle le laisse croire. Se créant une carapace de protection afin de ne pas souffrir d’une quelconque perte. Si elle donne son amitié a une personne s’est pour longtemps. Elle est loyale envers ceux en qui elle a confiance et serais prête à mourir pour leurs venir en aide.

Collaboratrice; Elle aime le travail d’équipe bien que parfois se résout à faire les choses elle-même par préférence ou insécurité. Elle collabore généralement bien et aime apprendre de nouvelle chose. Elle a toujours soif de connaissance et si elle peu, malgré le monde dans lequel elle vit maintenant, enrichir son savoir, elle le fera.

Confiante; Anaëlle est une femme qui n’as peur de rien, du moins ne le laisse pas voir. Elle est sûr d’elle et de ses choix. Elle est cependant capable d’admettre ses torts si cela devrait se présenter et de demander pardon. Elle n’est pas confiante au point d’être prétentieuse, elle l’est juste assez pour vous m’être en confiance.

//////////////////////////////

DÉFAUT
Imprévisible; Il lui arrive parfois de prendre des décisions sur un coup de tête, elle a soif d’aventures et pourrait aisément se jeter la tête dans un mur pour venir en aide à quelqu’un par exemple.

Impulsive; Elle est impulsive et peut parfois se montrer colérique voir violente si une situation est mal présentée. Elle ne fait pas aisément confiance aux gens qui l’entoure cela se travaille durement, mais lentement.

Vulgaire; Elle est vulgaire oui sa lui arrive fréquemment, quand elle est contente ou même fâchés. Sa vulgarité se répercute dans diverses situations de sa vie, autant joyeuse que triste. Vous apprendrez à le toléré avec le temps sans doute ou pas, elle s’en fou. Elle est également vulgaire avec ceux qu’elle apprécie.

Rancunière; Anaëlle est rancunière à souhait elle n’oublie pas aisément un mauvais coup ou un truc qu’elle n’aurait vraiment pas apprécié. Il lui est parfois presque maladif de remettre en quadruple ce qu’il lui a été fait. Que soit en blague ou en situation malencontreuse, elle se promet toujours de remettre ce qu’elle a subi au coupable en question.

Perfectionniste; Minutieuse au point d’être trop excessivement perfectionniste, il lui faut toujours un délai dans son travail afin de finir un projet à temps. Si aucun délai ne lui est accordé, elle est du genre à ne plus dormir de la nuit pour arriver à quelques choses le plus tôt possible. Elle aime que les choses soit faite comme il se doit sans être bâclée. Elle déteste les nonchalants au plus au point et d’avantages ceux qui prône la quantité plutôt que la qualité d’un travail.

Compétitive; Elle a toujours été compétitive, même enfant dans la nage ou les courses elle voulait toujours finir première. En grandissant, c’est plutôt envers ses propres capacités qu’elle aimait donner de la compétition. Voulant toujours exceller d’avantages dans diverses sphères de sa vie. C’est d’ailleurs pour se défaut principalement qu’elle a choisi de devenir mécanicienne, ne compétitionnant qu’avec la mécanique au final, c’est mieux ainsi. Il n'en reste pas moins qu'elle est très joueuse et aime les défis.


Histoire jusqu'à l'Apocalypse

Anaëlle est Américaine de par son père et Zaïrienne de par sa mère. Son père architecte était en voyage d’affaire lorsqu’il a rencontré la femme de sa vie.  En visite au Zaïre où il a rencontré Mahira, il tombe éperdument amoureux et la ramène avec lui en Amérique. Ensemble ils ont vécu un long moment en Californie, se sont marié et ont donner naissance à leur première fille avant de déménager à El Paso pour de bon. Annaëlle avait environ 7 ans à ce moment précis. Sa mère obtient finalement un nouvel emploi à l’université en tant qu’enseignante. Peu de temps après leurs arrivés dans leur nouveau quartier, sa mère tombe enceinte d’une seconde fille et Anaëlle au grand cœur en prend grand soin dès ses premiers jours. Annaëlle a une magnifique enfance de ce qu’elle se souvient, une mère omniprésente et une sœur en or font partie de son quotidien. Elle et sa sœur Jezabelle sont très proches enfants mais d’avantages en vieillissant.

Anaëlle se défoule quand le moment se présente dans la course mais surtout dans les parcours. Elle apprécie l’architecture dans un tout autre aspect, celui de sauter sur les toits et grimper sur des rambardes.

Elle eut une enfance aisée et ses parents tout deux très à l’aise financièrement offrit à leurs deux filles des possibilités d’études très poussées. Son père œuvrant dans un domaine en pleine expansion, il crée sa propre compagnie en espérant que l’une de ses filles suivent ses traces mais il voyage énormément et il brille souvent par ses absences. Aucune des deux n’a réellement envie de poursuivre sur cette lancée.
Anaëlle choisit d’intégré des études en mécanique au grand détriment de son père. Cela créer un léger froid dans la famille durant plusieurs mois, son père se voulant insistant sur la suite de la compagnie d’architecture, il impose presque se supplice à sa sœur cadette qui suit ses traces sans dire mots, mais d’un pas de recul.
Un premier drame familial survient et apprendre que son père mène une double vie, heurte la famille de plein fouet. Ayant une seconde femme et un fils dans une ville voisine, il a bien caché son jeu depuis plus de 9 ans. Mahira et ses filles sont dévastées et d’avantages quand leur père choisis de vivre avec la seconde famille plutôt que la leur.
Annaëlle n’a que 17 ans à ce moment et encaisser se choc lui semble impossible. Quand a sa mère, rapidement elle sombre dans l’alcool et perd son emploi suite à son mauvais état d’esprit. Annaëlle n’a d’autre choix que de subvenir aux besoins de la famille et terminé ses études le plus rapidement possible. Sa sœur quant à elle, fais un énorme doigt d’honneur au désir de son père et fais une croix sur l’architecture. Elle suit plutôt les traces de sa mère et étudie dans l’enseignement.

Leurs moments d’études n’est pas festif, elles ne sont pas là pour s’amuser mais bien pour décrocher leurs diplômes et trouver un emploi le plus rapidement possible. Anaëlle ne profite pas de ses moments au lycée et ne se fais que peu d’amis à cette époque.
Plusieurs mois passent chacune des sœurs travaillant d’arrache-pied afin de pouvoir garder la maison et remplir les gardes mangers. N’ayant pas le salaire de leurs pères, les factures s’accumulent rapidement et les deux sœurs craignent de ne pas réussir. Leur mère toujours en déclin, peine à mettre un pied devant l’autre et chaque jour qui passent est un calvaire pour elle.
Le second drame survient quelques mois avant son 23 ième anniversaire, Anaëlle rentre du travail. Un calme plat règne dans la maison qui est sombre et dépourvue de toute lumière. Elle appelle sa mère plusieurs fois sans réponse. Une lettre trône sur la petite commode de fer forgée dans le vestibule adressé aux deux sœurs qu’elle ouvre prestement le cœur battant la chamaille.

Sachez que je vous aime plus que tout au monde
Et ne croyez jamais que ses votre faute mais je n’en peu plus.
Maman.


Elle est partie ? C’est la première question qui lui vient en tête, jusqu’à ce qu’elle aille constater dans la chambre à coucher, que sa mère est allongée dans son lit, le teint livide. Le regard perdu dans le néant, un pot de pilules vide entres les doigts, elle s’en est allé. Son père l’a complètement détruite et Anaëlle se promet intérieurement de ne jamais lui pardonner ses fautes après avoir pleurer toutes les larmes de son corps. Sa sœur et elle sont sous le choc et ne savent pas ce qui se passeras. A elles seules, elles ne peuvent pas garder la demeure et son contrainte de devoir prendre une décision qui se résolve rapidement lorsqu’elle reçoive les prestations de deuil et les assurances décès qui couvre entièrement le domicile. Leur père refait surface à ce moment là et une querelle éclate, Anaëlle lui crache littéralement au visage et lui fait comprendre qu’elle ne veut plus jamais le revoir, que tout ceci est de sa faute.

Âgée de 25 ans maintenant, vivant toujours avec sa sœur, elles vivent en harmonie et reprend du mieux depuis le décès de leur tendre mère. Elles sont très autonomes et font leurs vies comme elles le peuvent poursuivant leurs boulots tant bien que mal.
L’idée de se faire une vie familiale prend parfois le dessus mais, lla jeune fille n’a jamais réellement eu la chance de rencontrer un homme au travers de son parcours. S’offrant quelques petits plaisirs ici et là, sans sérieux apparent. Elle ne fonde pour le moment ni famille, ni réelle complicité avec aucun homme du coin. Bien que les invitations ne soit pas absente, elle est absorbée dans son travail avec acharnement et porte peu d’attention à cela… Elle se dit que le bon se trouve sans doute quelque part mais qu’elle ne le cherchera pas.

Pour ce qui est de sa sœur cadette, les moments ensemble sont toujours loufoques et agréables puisqu’elles sont drôles et chaleureuses toutes les deux mais les temps changent et la jeune sœur se trouve un conjoint et déménage avec lui a Seattle. La solitude gagne rapidement Anaëlle qui ne jure que par son emploi. Elle ouvre même son propre garage, devenant complètement ‘’workolic’’, passant le plus clair de son temps a réparé des voitures.
Elle poursuit néanmoins sa course et ses parcours pour son plaisir personnel quand le temps le lui permet, côtoyant sa sœur dès que le moment se présente. Celle-ci ayant refais sa vie, elles se voient de moins en moins. Anaëlle est totalement seule et n'a comme ami que son nouvel animal de compagnie Boris le chat, adopté dans un refuge pour son 28 ième anniversaire.

Equipement Porté :
N/A
Accessoires Pratiques :
N/A
Contenants Personnels :
N/A

Anaëlle McGee

Anaëlle McGee

Mer 26 Oct - 13:33
Quelle(s) zone(s) de l'État votre personnage a fréquenté ?


Je suis parti d’El Paso pour me diriger sur l’autoroute 10 Ouest en jeep. J’ai dû faire un détour à Balmorhea dû a des constructions et un carambolage. J’ai finalement réussi à rejoindre une station-service de Fort Stockton où j’ai fait le plein d’essence. J’ai embarqué deux types qui m’ont dépouillé de mon véhicule, me retrouvant à pied. J’ai marché jusqu’au Fourteenmile Park où je me suis réfugié dans un Chalet sur place durant plusieurs jours voire semaines. Je suis reparti en 4 roues en compagnie de ce même groupe et nous avons fais un grand bout de chemin tous ensemble, 2 mois et demi se sont écoulés. Nous nous sommes rendus à Sheffield ou nous avons trouvé un ranch durant quelques semaines, un mois et demi s'est de nouveau écoulé. Un drame est survenu à l'interne et continuant de les suivre je dû me séparer finalement, paniqué je suis parti seul dans la mauvaise direction vers Big Lake, tâchant d’oublier ses gens. J'ai errer en solitaire durant deux semaines.

Rencontrant deux personnes vraiment sympas je fis le reste de la route en leurs compagnie malgré ma réticence à vouloir me lier avec de nouvelles personnes, je n’avais pas le choix. Nous avons finalement réussi à nous rendre à San Antonio en un seul morceau après une autre semaine. L’objectif restais néanmoins Houston et nous savions qu’il ne nous restait à peine 3 heures de voiture à faire, à pied sans doute plus de 70 heures de marche, mais nous étions encore très près. Nous nous sommes finalement séparés à Eagle Lake, moi poursuivant vers Houston, elle (car elle était seule maintenant) allant vers Colombus. J’avais trouvé une voiture adéquate pour poursuivre la route. Je suis arrivé A East Bernard sans encombre et je me suis installer quelques lunes pour trouver des rations. Mes trouvailles furent plutôt brèves et je dû me convaincre qu’il fallait partir rapidement. Houston étant près maintenant


Dans quel(s) groupe(s) votre personnage a-t-il évolué ?
J’avais pris quelques gallons d’essences puis un jeep tout terrain remis à neuf pour entamer un périple qui s’annonçait plus périlleux que je ne l’aurais cru, je n’avais pas encore été témoin des morts ensanglantés, mais on m’en avais fortement parler. Je n’étais pas vraiment réseaux sociaux non plus et ni télévision et pour tout avouer, je n’étais absolument pas à jour quant à ce qui se tramais autour. J’avais dû faire un topo de tout ce qui se passais avec un membre de l’armée américaine déployé dans mon secteur qui me mis en garde sur tout ce qui se passais en ce moment. Bien que verbaliser je n’arrivais pas à comprendre comment ni pourquoi les gens ce mutilaient entres eux, il faudrait sans doute que je le vois de mes propres yeux pour y croire. Je savais simplement dans quelle direction m’en aller car les voisins m’avaient fortement recommandé l’Oasis pour la suite et des armes pour combattre. Ok mais combattre qui ou quoi? Je n’étais pas très bagarreuse, bien que mon instinct de survie prendrait sans doute le dessus en cas de souci, je n’avais comme arme, qu’un simple bâton de Baseball et une grosse hache de pompier trouver dans le garage. Une petite valise contenant le strict minimum en matière vestimentaire. J’avais un sac de couchage, un briquet, un chaudron en métal et quelques rations avec de l’eau sans plus. Je n’avais pas oublié Boris le chat, apportant sa litière et quelques croquettes, il fit le voyage avec moi à même le siège passager.

Partant D’El Paso pour me diriger vers Houston, j’avais plus de 1200 kilomètre à faire, j’avais calculé l’essence en me disant que je serais entièrement correcte pour me rendre à destination. J’avais plus de 10 heures à faire et il était hors de question que je m’arrête. Malheureusement la route en décida autrement, Balmorhea affichais son nom en grande lettre sur un panneau pour la prochaine sortie. Mais une construction barrait la route et créa un carambolage de plus d’une vingtaine de véhicules. De quoi rendre dingue toute la population. Les gens était paniqué et certains se tabassaient entres eux ou poursuivaient leurs routes avec leurs voitures à moitié détruite. Les morts s’entassaient et un chaos commençaient à naître. Je fus témoin à cet instant précis aux premiers rôdeurs. Jamais vue de mes yeux jusqu’alors, je pouvais enfin mettre un fait vécu sur ce qu’était réellement ces créatures. Des gens marchaient dans les voies d’accotements pour tenter de se frayer un chemin vers la ville voisine, des cris d’effrois se faisant entendre attirant de plus en plus de cadavres ambulants. Je mis le 4x4 et suivit d’autre véhicule tout terrain, écrasant par le fais même quelques rôdeurs qui s’accumulaient sur la route, je ne me fis pas prier pour passer sur l’herbe et écrabouiller leurs cadavres. Détournant au mieux le chaos de l’autoroute suivit par d’autre automobiliste avec des voitures aussi équipés que la mienne. Je réussis à me rendre à la ville voisine en un seule morceau à mon plus grand bonheur.

Deux jeunes hommes d’environ mon âge faisais le pouce à la station-service près de Fort Stockton, souhaitant aller vers San Antonio, il me priait de les laisser et monter, sachant maintenant à quoi nous avions affaire je ne me posai pas de question, je les invitai à faire la route. David et Jayden comme il se nommait à peine 500 mètres de fait, que David assis à l’avant me braque un revolver sur la tempe et me demande de garer ma voiture sur le bas-côté. Il me remit mon sac à dos, quelques-unes de mes vivres puis ma hache et repartis avec Jayden me laissant là sur la route déserte, sans véhicule. Je n’avais pas protesté lui laissant les clefs à regret une mine frustrée. Putain de merde! Boris... une moue s’installa à mes lèvres en soupirant. Je n’avais jamais été plus seule que maintenant et ne sachant toujours pas ce qui allais se produire. Sachant pertinemment contre quoi nous devions nous battre dorénavant, je n’avais certainement pas envie de rester dehors. Je poursuivis à pied réussissant à me rendre jusqu’au Fourteenmile Park où je trouvai logis pour la nuit dans des cabanes en bois ronds faisant office de chalet. Le lendemain ce sont des pas lourds dans la porte du chalet qui me réveilla et un groupe entra en trombe me faisant sursauter.

Le dicton ‘’ne jamais faire confiance aux autres’’ prenaient tout son sens et c’est à partir de ce moment que je forgeai une certaine carapace. Le groupe bien que certains semblaient sympathique, je restais sur mes gardes expliquant mes derniers périples a ces nouveaux gens. Il me confirma que l’Oasis étaient aussi leurs destinations et qu’il savait où trouver un moyen de transport mais qu’ils étaient incertains qu’il fonctionne. On profita de quelques jours pour apprendre à faire connaissance. Il y avait 6 personnes, 4 hommes et deux femmes. Chacun ayant des emplois différents, des emplois plutôt utiles en ce genre de crise. Deux des hommes disaient qu’il s’agissait d’un chalet de location pour la chasse et qu’ils le louaient régulièrement chaque année. Je me sentais déjà plus en sécurité mais les nuits étaient courtes et je ne trouvai pratiquement pas le sommeil, du moins pas profondément. Nous passions plusieurs nuit a faire des tours de gardes.

On repartit vers les garages à quelques mètres des chalets où on y trouva quelques quatre roues. Seulement 2 fonctionnaient il fallait absolument réussir à faire fonctionner les deux autres pour se rendre à la prochaine destination. Les 4 hommes tentaient bien que mal de faire fonctionner le tout mais seulement 1 des deux pu repartir, le dernier donnait du fil à retordre. Je pris cette fois les rennes malgré l’entêtement de l’un d’entre-eux qui souhaitait le faire par lui-même. Je lui avais fais comprendre que je ne souhaitais pas passer une seconde nuit ici et que je pouvais aisément les aidés avec mes compétences.

Je réussis à faire fonctionner le dernier bolide 1 heures après, on chargea les bagages que l’ont pouvait apporter au mieux puis on prit la route. Nous arrêtant à un Ranch où l’ont pu trouver quelques rations, ce qui nous permis de tenir quelques jours de plus. Trouvant des bidons d’essences, ont pu faire quelques kilomètres supplémentaires jusqu’à une station-service où un plein était nécessaire. Les jours s’accumulaient et nous nous arrêtions ici et là pour tenter d’avancer le plus possible vers le lieu-dit paisible et sécuritaire. Le groupe commençait a démontré certaine vague de panique. Le seul couple présent ne faisait que se chicaner dernièrement. La faim et la soif se faisait ressentir puisque les rations étaient de moins en moins présentes et la plupart des endroits était fermés voire déjà piller.
Je n’étais plus certaine de ce qui se passais, j’avais l’impression d’être dans un cauchemar incessant qui grandissais au fil du temps. Je m’entendais relativement bien avec les membres du groupe mais je savais qu’un jour nos routes se sépareraient. Finalement plus tôt que je ne l’aurais cru, le couple se querella une nouvelle fois, la femme pleurait en criant des excuses à son conjoint qui frappait son meilleur ami, le ruant de coups cette fois. C’était tellement violent et remplis de haine. Le meilleur ami qui couchait avec sa femme… typique histoire banale de tromperie. Je revivais la douleur ressentis par ma mère dans la colère de cet homme . Le chaos avait envahi notre groupuscule et le mari trompé tua son meilleur ami cette nuit-là, alarmé par les cris d’effroi de la femme. Le premier spectacle sanglant auxquelles je faisais face pour la toute première fois, me faisais trembler les mains, haletant de stupeur, le souffle court. J’étais figé par la peur, incertaine de ce que je devais faire pour la suite. L’arme pointé sur la femme, l’homme en détresse lui faisait voir toute la peine et la colère du monde, il allait la tuer elle aussi c’était inévitable.

Je n’étais pas une combattante, encore moins une meurtrière que devais-je faire? Tous le monde était en panique et chacun essayait de résonner le porteur d’arme sans succès. J’avais levé ma hache sans crier gare et je l’avais abattu dans le dos du mari attristé. Il s’effondra au sol baignant dans une mare de sang. Je restai figer à observer son corps bredouille. Jusqu’à ce que la présence de rôdeur me ramène à moi et que malgré la situation je poursuivre mon épopée en compagnie du groupe. Je ne restai pas longtemps cependant et les quitta sans crier gare.  Je tombai finalement sur deux individus avec lesquelles je pu poursuivre mon chemin vers Houston, l'homme était plutôt bien organiser et connaissais bien la chasse quand a la femme très débrouillarde et avait une bonne connaissance en horticulture ce qui nous permettait de nous nourrir malgré un manque de nourritures.  



Comment votre personnage a vécu la seconde apocalypse ?
J'était avec le dernier duo lorsque les coureurs sont arrivés, mon esprit ne s'était pas encore adapté au premier rôdeur mais commençait a s'en accoutumer depuis quelques jours. J’avais dû en tuer plus d'un et je comprenais de plus en plus comment bien me défendre pour ne pas me faire mordre. Nous avions compris que nous pouvions nous faire contaminer qu'avec une simple griffures. Craignant déjà la nuit dans un monde comme le nôtre, dorénavant je fuyais la noirceur comme la peste. J'avais vue comment les coureurs s'en était pris a l'homme de mon petit groupe lors de l'une de ses chasses. Ses cris lamentables en écho résonnait dans la noirceur de la forêt entourant le petit camping car que nous avions pris en guise de refuge, ces créatures là était atrocement rapide et si je voulais survivre, je devais rester cacher et sortir seulement le jour.



Mentionnez des moments forts de la survie de votre personnage :
 J'ai survécu, n'est ce pas là le moment le plus fort ? Jamais je n'aurais cru pouvoir me rendre jusque là. Mon instinct de survie prenant le dessus j'était bien plus forte que je le croyais. Autant physiquement que mentalement. Je m'était lié d'amitié avec certains, vue des trahisons, des injustices, des tueries, des meurtres. Le chaos était partout, je considérais que tout ses moments là, était fort. Autant en bien qu'en mal.



Qu'est-ce que votre personnage a fait pour survivre ?
J'avais été dépouiller de ma voiture au tout début de cette aventure, offrant mon aide en guise d'empathie, je m'était sentit faible et trahis. Offrant une deuxième chance a un groupe, un drame était survenu où je dû prendre l'initiative de terminer la tâche ingrate que personne d'autres n'auraient osé faire. J'était devenu une meurtrière car je n'avais pas tuer des créatures cette nuit là, mais un homme... un homme en colère qui avais déjà commis l'irréparable cela dit mais cela n'enlevait pas le poids immense qui pesait sur mes épaules depuis ce jour. Je m'était allié a un nouveau groupe pendant plusieurs semaines. L'Homme mourut aux mains des coureurs et un sentiment d'impuissance surgis en moi pour la première fois. Comprenant que contre de tel monstres, la petite mécanicienne en moi n'y pourrais sans doute pas grand chose. J'avais forger en moi une toute nouvelle carapace, un tout nouveau caractère. Offrant ma confiance très lentement aux nouvelles personnes qui entraient dans ma vie. J'avais appris a combattre, je n'était pas une professionnelle mais je me débrouillais, mais la fatigue me gagnais et je devais absolument me rendre a Houston.


Equipement Porté :
N/A
Accessoires Pratiques :
N/A
Contenants Personnels :
N/A

Anaëlle McGee

Anaëlle McGee

Mer 26 Oct - 13:33
Récit d'Arrivée à Houston



Houston, le nom affiché sur le panneau faisait battre mon cœur, je tenais le volant de ma voiture fermement et freina un moment. Contemplant l’affiche avec un sentiment mélangé entre la tristesse et la joie, je soupirai et éclata en sanglot appuyant la tête sur mes mains. J’étais complètement épuisée. J’avais quitté East Bernard suivant l’autoroute 90, seule, nerveuse et incertaine de ce que j’allais trouver au bout du compte. Et si tout cela n’avait été qu’un mensonge ? Essuyant mes larmes de joie ou de désarroi je poursuivis la route en espérant trouver ma destination finalement.
Equipement Porté :
N/A
Accessoires Pratiques :
N/A
Contenants Personnels :
N/A

Kyle Collins


Fiche de personnage
Points de RP:
 Anaëlle McGee Debuba11139/1200 Anaëlle McGee Videba10  (139/1200)
Etat Mental:
 Anaëlle McGee Debuba100/100 Anaëlle McGee Videba10  (0/100)
Crédits:
 Anaëlle McGee Debuba140/1000 Anaëlle McGee Videba10  (0/1000)
Réputation:
 Anaëlle McGee Debuba170/500 Anaëlle McGee Videba10  (0/500)
Informations scénaristiques:
Blessures:
Tatouages:
Cicatrices:
Kyle Collins

Mer 26 Oct - 15:36
Bienvenue à nouveau par ici en te souhaitant une très bonne rédaction.
Quel très bon choix d'avatar !

Au plaisir de lire tout ça. Pas d'empressement cependant, tu as le temps et celui des questions au besoin.
Equipement Porté :
Capacité : 1/7
- Mark III 13C 9mm
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : 9mm
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 1/3
Harley 4/4
Contenants Personnels :
Dos 0/30
Grand sac
-

Ivy Lockhart


Fiche de personnage
Points de RP:
 Anaëlle McGee Debuba1110/1200 Anaëlle McGee Videba10  (10/1200)
Etat Mental:
 Anaëlle McGee Debuba1060/100 Anaëlle McGee Videba10  (60/100)
Crédits:
 Anaëlle McGee Debuba140/1000 Anaëlle McGee Videba10  (0/1000)
Réputation:
 Anaëlle McGee Debuba170/500 Anaëlle McGee Videba10  (0/500)
Informations scénaristiques:
Blessures:
Tatouages:
Cicatrices:
Ivy Lockhart

Mer 26 Oct - 20:28
Je te souhaite également la bienvenue parmi nous ici.

Bonne rédaction et n'hésites pas si tu as des questions.
Equipement Porté :
Capacité : 1/5
- Herbertz
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 0/3
-
Contenants Personnels :
Dos 0/15
Petit sac
-

Triss Anderson


Fiche de personnage
Points de RP:
 Anaëlle McGee Debuba11120/1200 Anaëlle McGee Videba10  (120/1200)
Etat Mental:
 Anaëlle McGee Debuba10100/100 Anaëlle McGee Videba10  (100/100)
Crédits:
 Anaëlle McGee Debuba1495/1000 Anaëlle McGee Videba10  (95/1000)
Réputation:
 Anaëlle McGee Debuba170/500 Anaëlle McGee Videba10  (0/500)
Informations scénaristiques:
Blessures:
Tatouages:
Cicatrices:
Triss Anderson

Mer 26 Oct - 22:22
Bienvenue Anaëlle, bon courage pour la rédaction de ta fiche ;)
Equipement Porté :
Capacité : 1/6
- Redhead Toxik Flec.
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 2/3 : Flèc.C
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : Musette
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 1/3
GMC Terrain 3/3
Contenants Personnels :
Flancs 0/10
Musette
-

Coffre 0/200
GMC Terrain

Tobias Evans


Fiche de personnage
Points de RP:
 Anaëlle McGee Debuba1145/1200 Anaëlle McGee Videba10  (45/1200)
Etat Mental:
 Anaëlle McGee Debuba1090/100 Anaëlle McGee Videba10  (90/100)
Crédits:
 Anaëlle McGee Debuba140/1000 Anaëlle McGee Videba10  (0/1000)
Réputation:
 Anaëlle McGee Debuba170/500 Anaëlle McGee Videba10  (0/500)
Informations scénaristiques:
Blessures:
Tatouages:
Cicatrices:
Tobias Evans

Sam 29 Oct - 18:33
Bienvenue à toi.
Bonne rédaction !
Equipement Porté :
Capacité : 2/7
- Tournevis
- Monoculaire V.N.
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 0/3
-
Contenants Personnels :
N/A
Personnages Liés :

Deran Jordan


Fiche de personnage
Points de RP:
 Anaëlle McGee Debuba1131/1200 Anaëlle McGee Videba10  (31/1200)
Etat Mental:
 Anaëlle McGee Debuba1080/100 Anaëlle McGee Videba10  (80/100)
Crédits:
 Anaëlle McGee Debuba140/1000 Anaëlle McGee Videba10  (0/1000)
Réputation:
 Anaëlle McGee Debuba170/500 Anaëlle McGee Videba10  (0/500)
Informations scénaristiques:
Blessures:
Tatouages:
Cicatrices:
Deran Jordan

Dim 30 Oct - 20:42
Bienvenue par ici !
Bon courage pour la fiche ^^
Equipement Porté :
Capacité : 2/6
S.A. 911 6C 9 mm
Couteau papillon
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : 9mm
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 0/3
-
Contenants Personnels :
Dos 0/30
Grand sac
Personnages Liés :
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: