Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility
Haut de page
Bas de page


Forum JDR post-apocalyptique dans un monde contemporain alternatif en proie aux zombies, à des créatures pires encore ainsi que des événements surnaturels.
 

Connor Rickson
 :: Codex :: Nous Rejoindre

Connor Rickson

Connor Rickson

Jeu 28 Juil - 10:32
Fiche d'identité
sam-wo10.jpg
Prénom(s) : Connor

Nom : Rickson

Né(e) le : 01/10/1997

À : Little Rock, Arkansas

Métier : Pilote & propriétaire d'un petit aérodrome privé

Particularité(s) : Vous pouvez indiquer ici toute particularité physique, physiologique ou liée à ses connaissances que vous voulez mettre en avant à propos de votre personnage.

À-propos

Thème musical :


Feat : Sam Worthington
Type : Survivant

Description physique

Connor est un homme à la modeste carrure. Frôlant à peine le mètre quatre-vingt, il n'a pas la prétention d'avoir un corps fait pour le sport de haut niveau ou quelconques épreuves de force trop importantes. Il est, à bien des égards, un homme tout à fait banal dans sa conception visuelle. Des épaules sensiblement tombantes, un thorax à la pilosité marquée ne descendant en revanche qu'à peine jusqu'au nombril, laissant sa peau sur les bords de ses abdominaux largement visibles, quand bien même ces derniers n'en ressortent que sur peu de relief.

Ses jambes et ses bras possèdent une musculature un peu plus marquée, bien que cela n'ait rien à voir avec celle que portent les adeptes des salles de sport, ayant forgé la sienne à porter des charges lourdes ou se contorsionner pour atteindre les pièces mécaniques les plus inaccessibles. D'un point de vue général, il ne prête que peu d'intérêt à son apparence physique, n'ayant vécu que de ses passions sans véritablement se soucier du reste, se contentant de la faveur de la nature qui lui a donné accès a une physionomie qui ne garde que peu de gras, peu importe le régime alimentaire, ce qui en fait un homme sec d'apparence, oscillant entre les 75 et les 80kg.

Il préfère porter les cheveux courts, car ces derniers grandissent en des boucles joyeuses et folles impossibles à discipliner dont il n'aime que trop peu l'aspect, sans parler du contexte qui pousse à la moindre quantité, évitant ainsi les accrochages intempestifs et les rendant plus faciles et rapides à nettoyer lorsque c'est possible. Ces derniers sont bruns, qu'importe le temps ou le soleil, tandis que ses tempes se voient garnies de longueurs blanches depuis quelques années à peine, ce qui a pour effet de lui donner assez justement son âge. À ce sujet d'ailleurs, quelques rides ont fait leur entrée dans l'arène au niveau du front, le barrant de longues stries qui s'accentuent lorsqu'il est contrarié, et creusant un peu plus ses sillons nasaux. L'autre indice qui caractérise sa quarantaine presque atteinte est figé à sa barbe qui se voit clairsemée de généreux sels dans ses tons poivres.

Ses yeux sont bleus, sensiblement couverts par des paupières tombantes, ce qui affine son regard et lui offre de nature un air assez sympathique, même lorsqu'il tente de ne pas le paraitre. Ses sourcils sont épais et relativement droits, les rendant moins révélateurs de ses émotions. Ceci lui donne un air parfois flegme ou détaché complètement involontaire. Son nez est simple, sans véritable difformité, et ses lèvres sont très fines, s'effaçant facilement dans ses mimiques de bouche quand il apparait un peu plus soucieux. Il possède une voix de gorge assez profonde et descendant dans les basses résonnantes.

Il porte les ongles courts de nature, et perpétuellement d'apparence sale, les années passées à mettre les mains dans le cambouis et autres substances liquides parfois corrosives ayant rongé par endroit son épiderme, ont marqué définitivement sa peau. Elles ne sont donc pas d'une franche beauté esthétique, loin de là. Il porte des callosités sur tous les versants, et quelques entailles de différentes longueurs et profondeur sur les paumes et les phalanges.

Description psychologique

Apportez ici un avant-goût solide à propos de la personnalité et du style d'être et de penser de votre personnage. Son caractère est destiné à évoluer au cours du Rôleplay, mais avoir une base descriptive sera autant un outil pour vous que pour le Maître du jeu ainsi que vos partenaires de RP qui pourront éventuellement avoir une marge d'interprétation à son sujet selon leurs compétences ou ce que dégage naturellement votre personnage.
       
Longueur minimale attendue : 1000 caractères (200 mots).

Histoire jusqu'à l'Apocalypse


Le papillon de nuit

« Siège verrouillé, vérifié à gauche. Et à droite. »

La propre voix de Connor lui parvint en retour du micro à proximité de ses lèvres jusqu’à ses oreilles, où trônait un large et bombé casque antibruit qui couvrait entièrement ces dernières, quand bien même aucun son de turbine ne venait encore perturber le calme ambiant d’une belle journée ensoleillée. Assis côté gauche, sur le siège pilote du monomoteur, sa checklist plastifiée posée sur ses jambes serrées à l’étroit dans le petit compartiment des palonniers, ses mains s’articulaient de quelques gestes mécaniques à sa droite, vérifiant quelques dispositifs au fur et à mesure qu’il déroulait les tests de préparation de vol.

Pour l’heure, il était seul à bord tandis que s’apprêtaient au-dehors une mère et sa fille, parées à embarquer pour leur premier vol. Le paternel Rickson était avec elles, non loin des portes du hangar, leur faisant son speech habituel de sécurité, briefing passager, mais surtout sans omettre de rajouter quelques paillettes pour leur en mettre plein les yeux en attendant de prendre les airs. Du haut de ses vingt années, Connor n’en était pas à ses premières pirouettes dans le ciel, ni en tant qu’occupant ou même de pilote, et si certain s’étonnait de son jeune âge pour l’exercice de ce métier, il confessait sans retenue qu’il le faisait depuis qu’il avait 13 ans quand bien même il n’avait pas pu obtenir son brevet légalement avant celui de 15.

C’est pourquoi il était tout à fait serein dans sa phase préparative, le sérieux qu’il se devait à cette discipline transcrite à son regard qui ne se laissait distraire d’aucune sorte. S’en lasser ? Sans doute jamais. Les Rickson avaient ça dans le sang, de père en fils depuis quelques générations, comme si quelque part dans leur arbre généalogique, se cachait une étrange famille d’aigle ou autres oiseaux voltigeurs. C’était gravé dans leur âme.

« Volets rentrés. Testés et rentrés. Compensateurs vérifiés et réglés à quatre pour le décollage. Robinet d’essence ouvert. Frein parking serré. Batterie on. Tableau d’alarmes testé. Feu de nav non nécessaire, anticol sur on. Pompe électrique on, pression vérifiée. »

Dans son champ de vision, il aperçut quelques mouvements de silhouettes approchant de l’appareil, la toison grisonnante de son paternel en tête de file s’empressait de faire monter les deux passagères sans pour autant en perdre de sa concentration, ne pouvant se permettre d’interrompre sa procédure sans être contraint et forcé de la redérouler dans son ensemble, quand bien même il fut bousculé à plusieurs reprises sur son bras droit - accompagnés de timides mots d’excuse. L’intérieur était plus qu’étroit, la sensation d’enfermement semblable a un cercueil avec vue aménagée sur le monde, qui pouvait inspirer quelques troubles pour les non-initiés.

D’un geste, une fois que les deux femmes furent installées - la plus jeune dans l'habitacle et sa mère à l’arrière, les harnais serrés, attachés et contrôlés, Connor fit un léger signe de main au propriétaire du SR22T qui allait bientôt s’envoler dans les airs, avant de rabattre la vitre au-dessus de leur crâne.

« Verrière fermée verrouillée. Abords vérifiés, pied sur les freins et manche tenu. » D’un pivotement latéral, sa tête chercha une quelconque présence autour de l’aéronef, s’assurant que son père soit retourné au hangar avant de s’emparer de la dextre la commande de vol. Au passage, il croisa le regard de la jeune femme qui se maintenait dans un silence contemplatif à ses côtés, sa silhouette menue lui permettant de rester volontairement à l’écart pour ne pas gêner ses manœuvres.

Elle lui adressait un sourire mêlant bienveillance et ravissement, suivant avec un intérêt minutieux chacun de ses mouvements sans même en comprendre une bonne partie, se fixant la plupart du temps à son visage. Il se riva brièvement à ses yeux noisette, quelques éclats dorés provoqués par de fugaces rayons de soleil vinrent parfaire le tableau d’une élégance juvénile avant qu’elle ne les occulte en rabaissant ses lunettes Gucci aux verres teintés d’un rose fumé.

« Quelle chance d’avoir si beau temps ! » S’exclama à l’arrière et au travers du réseau de microphonie dont elle s’était équipée, la femme d’un certain âge, d’une voix empreinte d’une certaine excitation impatiente à l’idée de cette petite balade dans les airs.

« La météo devrait être stable pour toute la journée. » Répondit aussitôt Connor qui profitait de cet interlude pour reprendre ses gestes préparatifs, son souffle plus dur capté par son micro un peu trop près de sa bouche.

D’un mouvement de la senestre, il tira sur le levier d’injection, tandis que sa dextre vint lancer le moteur. Sur le nez de l’appareil, l’hélice se mit immédiatement en rotation rapide, jouant de quelques saccades vite régulées par l’ajustement de manette. L’habitacle secoua sensiblement alors que l’écho du vrombissement leur parvenait au-delà de la barrière acoustique qu’ils avaient rivée à leurs oreilles, prémices d’un envol tant attendu.

« GPS initialisé. Radio et radio nav réglées. Transpondeur alticodeur, 7000.  Ops. Horizon altimètre et cap ajustés. »

Les passagères avaient eu pour consigne de ne pas interrompre le pilote avant décollage, et outre la légère intervention de l’une d’elles, elles s’y engagèrent à la lettre. Mais c’était sans compter sur le regard dont il sentait le poids fixateur à sa droite. Si d’ordinaire, il n’avait jamais aucun problème a être le centre d’une attention admirative dans ce qui était vu pour les néophytes comme un spectacle, celui-ci parvenait à lui faire ressentir une certaine déstabilisation, sans doute causé par le charme assuré de cette fille à l'allure guindée.

« Dallas Fort Worth info de November Deux Deux Cinq Kilo Yankee, bonjour. »

« November Deux Deux Cinq Kilo Yankee, bonjour. » Répondit après une latence de plusieurs secondes une voix masculine dans son casque radio.

La manette sur le gaz, frein de parking libre, l’avion se mit à avancer, après une légère ruade ayant provoqué quelques petits hoquets féminins. Oscillant son attention de gauche à droite, Connor guida l’engin, quittant le bitume face au hangar pour s’amorcer sur la vaste étendue herbeuse entretenue qui servait de piste pour les modestes aéronefs tel que celui qu’il menait.

« November Kilo Yankee, au seuil 35, prêt au départ. »

« November Kilo Yankee, autorisé alignement et décollage. »

« Wilco, piste 35, November Kilo Yankee. » Confirma-t-il au contrôleur aérien, avant de continuer sur la radio bord, à l’attention des deux femmes. « Et on est parti. »

Il jeta un bref coup d’œil à l’occupante de droite, sans prendre aucun temps d’arrêt, une fois calé dans l’axe de la longue zone dégagée, exhortant à fond sur la manette des gaz qui lancèrent l’appareil à grande vitesse pendant plusieurs secondes, jusqu’à ce que d’une légère pression sur le manche, il le déracina enfin du sol. Le trou d’air qui en résultat arracha de nouvelles exclamations des passagères qui observaient le plancher des vaches rapetisser petit à petit.

« Tout va bien ? » S’enquît-il par pur esprit de sollicitude, à l’égard des deux femmes qui avait versé le prix cher pour cette envolée sauvage.

La mère ne répondit que vaguement, sans doute encore en proie à ses émotions qui ressurgissait, incités par la poussée d’adrénaline, l’exigu avion vibrant en phase de montée. La jeune femme, quant à elle plus à l’aise, semblait plus qu’apprécier le spectacle. Elles ressemblaient à la grande majorité de ses clients, aux trains de vie confortable dont les passions se résumaient à faire tout ce qu’ils pourraient se payer, chaque week-end. De ce qu’il en avait entendu dire, et parce que la vantardise les avait conduit à s’exprimer sur le sujet quand le créneau avait été réservé, c’est que la chance avait bien voulu leur offrir la plus bienheureuse des existences, il y a peu. Un billet de loterie gagnant avait fait remporter à un couple sans grosse prétention de quoi leur donner quelques vertiges pendant de nombreuses années et se croire dorénavant membres officiels de la haute jet set américaine.

« Vous faites ça depuis longtemps ? » S’était enquise la jolie brune, son regard tourné vers le pilote placé à une proximité très relative.

« La légende raconte que je savais voler avant de savoir marcher. » Plaisanta Connor en réponse avec une teinte de sourire, plus avenant désormais maintenant que la phase délicate du décollage était passée.

« Et… vous piloterez de plus gros avions plus tard ? »

Plus qu’une tonalité curieuse, il y avait aussi cette petite nuance d’intérêt étrange qui passa complètement inaperçu aux oreilles du vingtenaire, le bleu de ses iris obstrués par des verres teintés oscillant entre le visage de sa passagère, son tableau de bord et les environs immédiats et lointains du ciel. Une gymnastique aisée qui ne lui demandait que peu d’effort.

« Victoria, laisse donc ce jeune homme se concentrer. » Coupa sa mère, un peu moins à l’aise que sa progéniture, les mains ancrées sur les sangles de son harnais, sans pour autant se priver d’une contemplation d’horizon brillant d’un rare cyan éclatant.

« Ne vous inquiétez pas madame. L’espace aérien est dégagé jusqu’au Canyon de Palo Duro. » Même s’il ne pouvait la voir de sa position, il bascula la tête sur le côté afin d’escorter ses mots à volonté rassurantes, profitant de ce pivotement pour observer la jeune femme à son flanc, qui patientait sa réponse, l’ambition au bord des lèvres, tandis qu'il lui livrait non sans une once de fausse vantardise sous couvert d'ironie. « La Delta Air Lines a déjà mon CV sur son bureau. »
Equipement Porté :
N/A
Accessoires Pratiques :
N/A
Contenants Personnels :
N/A

Connor Rickson

Connor Rickson

Jeu 28 Juil - 10:32
Quelle(s) zone(s) de l'État votre personnage a fréquenté ?
Un endroit nommé ? Plusieurs ? Campagne ou ville ? Décrivez les coins particuliers de l'État qui ont constitué les pérégrinations du personnage. N'oubliez pas qu'être nomade n'est pas viable, il s'est installé la majeure partie du temps pour survivre.

Longueur minimale attendue : 500 caractères (100 mots).

Dans quel(s) groupe(s) votre personnage a-t-il évolué ?
Présentez, à votre manière, le ou les groupes que votre personnage a pu fréquenter. Sous forme d'historique ou de mini-récit, libre à vous.

Longueur minimale attendue : 500 caractères (100 mots).

Comment votre personnage a vécu la seconde apocalypse ?
Décrivez la manière dont le personnage a affronté et ressenti l'apparition des coureurs et des chasseurs nocturnes, ainsi que la manière dont ça a impacté la dynamique du ou des groupes qu'il a côtoyé dans les mois qui ont suivis.

Longueur minimale attendue : 500 caractères (100 mots).

Mentionnez des moments forts de la survie de votre personnage :
Des événements qui sortent de « l'ordinaire » pour ce que cela peut vouloir dire dans un monde post-apocalyptique, des périodes d'un vécu marquant, des relations ou pertes importantes... Décrivez ici les éléments qui auront caractérisé la survie de votre personnage dans le nouveau monde sauvage.

Longueur minimale attendue : 500 caractères (100 mots).

Qu'est-ce que votre personnage a fait pour survivre ?
Certains sont amenés à devoir commettre des choses terribles, d'autres l'évitent à tout prix. La notion d'humanité est noyée de nuances, aussi, il est important de mettre en avant les accomplissements les plus héroïques, à son échelle, ou au contraire les méfaits les plus répressibles qu'a pu accomplir le personnage. S'il est parvenu à survivre sans avoir eu à tomber dans la fange, par le biais de meurtres ou d'actes odieux, précisez-le.

Longueur minimale attendue : 300 caractères (60 mots).

Equipement Porté :
N/A
Accessoires Pratiques :
N/A
Contenants Personnels :
N/A

Connor Rickson

Connor Rickson

Jeu 28 Juil - 10:33
Récit d'Arrivée à Houston

Décrivez, sous la forme d'une narration classique ou d'un récit RP, selon votre préférence, la manière dont votre personnage est arrivé à Houston dans le but de trouver l'Oasis. Le récit doit comporter les éléments suivants :

- La direction par laquelle il est arrivé.
- Dans quelles circonstances.
- S'il était seul, sinon avec quel(s) compagnon(s).
- Son état physique et psychologique.

Note : le récit doit s'arrêter avant qu'il n'atteigne les portes de l'Oasis, scène qui constituera le premier RP d'introduction du personnage. Prenez donc compte de la semaine en cours (bannière calendaire).

Longueur minimale attendue : 1000 caractères (200 mots).

Equipement Porté :
N/A
Accessoires Pratiques :
N/A
Contenants Personnels :
N/A

Triss Anderson


Fiche de personnage
Points de RP:
 Connor Rickson Debuba11238/2000 Connor Rickson Videba10  (238/2000)
Etat Mental:
 Connor Rickson Debuba10100/100 Connor Rickson Videba10  (100/100)
Informations scénaristiques:
Triss Anderson

Jeu 28 Juil - 11:33
Bienvenue Connor, bon courage pour ta fiche ;)
Equipement Porté :
Capacité : 1/6
Redhead Toxik Flec.
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 2/3 : Flec.C.
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : Musette
Taille : -
Jambes : Holster
Beretta 96 10C .40
Véhicules 0/3
-
Contenants Personnels :
Flancs 0/10
Musette
-
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: