Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility
Haut de page
Bas de page


Forum JDR post-apocalyptique dans un monde contemporain alternatif en proie aux zombies, à des créatures pires encore ainsi que des événements surnaturels.
 

Nathanaël Nightwood
 :: Codex :: Nous Rejoindre :: Personnages Validés

Nathanaël Nightwood


Fiche de personnage
Points de RP:
 Nathanaël Nightwood Debuba110/2000 Nathanaël Nightwood Videba10  (0/2000)
Etat Mental:
 Nathanaël Nightwood Debuba1090/100 Nathanaël Nightwood Videba10  (90/100)
Informations scénaristiques:
Nathanaël Nightwood

Jeu 21 Avr - 15:11
Fiche d'identité
invitz10.jpg
Prénom(s) : Nathanaël

Nom : Nightwood

Né(e) le : 24/10/2000

À : Londres

Métier : Professeur d'éthologie à la faculté de Houston

Particularité(s) : Possède un tatouage représentant un serpent enroulé autour de son bras droit, la tête au niveau du poignet et la queue se terminant dans le creux du coude.
Il a également une peur panique de l'eau, surtout s'il n'a pas pied. Il sait nager, mais la terreur a tendance à le paralyser et l'en empêche.

À-propos

Thème musical :


Feat : David Tenant
Type : Ressuscité

Description physique

S’il est plutôt haut perché avec ses 1m85, Nathanaël n’a pas pour autant le profil type du bon basketteur dans la mesure où il a la carrure d’un poids plume. La salle et les altères, ce n’est pas vraiment son truc.
Mais si son corps ne suffit pas à séduire ces dames (ou ces messieurs), son faciès charmeur s’en chargera de même que ses mimiques pour le moins atypiques. Sa coupe de cheveux bruns savamment décoiffés, ses yeux marron hypnotisant ainsi que son sourire espiègle laissent rarement indifférents, de même que ses occasionnelles grimaces.
D’ordinaire rasé de près, il a bien dû se faire une raison, n’ayant pas toujours un bon rasoir à disposition. Et puis, tout compte fait, la barbe ne lui allant pas si mal, il lui arrive parfois d'en arborer une si aucun moyen de se raser ne se trouve à sa portée. Malgré tout, s'il a le choix, il se sentira toujours plus à l'aise sans.
Il se déplace généralement d'une manière décontractée, les mains dans les poches et le nez en l'air. Sa grande taille lui permet toutefois de larges enjambées lorsque c'est nécessaire.
Niveau vêtement, tout dépend des circonstances. À l'université, c'est costume et cravate, le plus souvent marron ou bleu marine. Mais lorsqu'il est sur le terrain, les deux pieds dans la gadoue, autant dire que le costume n'a plus sa place et il le troc contre des vêtements décontractés qui varient selon le pays et la température. De même pour les chaussures qui peuvent aller de la paire classique noire cirée et impeccable à la vieille paire de basquette qui a connu des jours meilleurs.
       

Description psychologique

D’un naturel jovial, Nat sourit facilement et toujours de bon cœur. Il aime l’humour et les ambiances bon enfant, les moments de légèreté ainsi que la désinvolture. Il prend volontiers part à la fête et on le surprend régulièrement à fredonner un petit air, voir à se déhancher franchement dessus.
Terriblement curieux, il est incapable de résister à l’appel du savoir. Pour lui, il n’est jamais meilleur moment que lorsqu’il peut comprendre les choses qui l’entourent. Il en a d’ailleurs fait son métier en étudiant les comportements des êtres vivants qui partagent sa planète. Cela vaut également pour ses propres congénères. Pour lui, l’incompréhension est synonyme de souffrance. Le savoir passe avant tout, ou presque. En tout cas pour les sujets qui l’intéressent. Il ne peut évidemment pas tout comprendre sur tout, il n’est pas une machine. Mais tout ce qui pique sa curiosité se doit de trouver une réponse à ses yeux.
Légèrement survolté, certains diraient hyperactif, il ne sait pas rester en place et passe son temps à vaquer d’une occupation à une autre, d’un sujet à un autre. Il est d’ailleurs facilement distrait, sauf lorsqu’il est focalisé sur son sujet d’étude favori ; les serpents. Dans ces moments-là, il en oublie même de manger ou de dormir.
Nathanaël est également quelqu’un d’empathique, de généreux et de loyal. Il tendra toujours la main à ceux qui en ont besoin, même s’il la refusent. Et même s’il ne tendra jamais l’autre joue, il n’est pas rancunier pour un sou et se plaît à croire que l’humanité peut toujours faire preuve du meilleur si on lui en donne l’opportunité. C’est un idéaliste, certes, et peut-être aussi un niai, mais c’est ce qui fait qu’il a si bon cœur.
Malgré tout, il a également ses démons.
La patience, par exemple, ne fait pas partie de ses attributs. Enfin, si, d’une certaine manière, mais tout dépend du contexte. Autant, il sera capable de rester des heures à l’affût pour avoir la chance d’observer l’accouplement du boa émeraude, autant il tapotera impulsivement le bout de ses doigts sur une machine à café trop lente à le servir. Tout doit toujours aller vite pour lui et il agit de même, vite, vite, vite ! Et même lorsqu’il prend son temps, vu de l’extérieur, il donne l’impression de se hâter.
Bien qu’il soit un boute-en-train la plupart du temps, il lui arrive de bougonner et de ronchonner, surtout lorsqu’il est frustré de ne pas avoir obtenu ce qu’il voulait. Ça lui passe généralement assez vite cela dit.
Enfin, son hypersensibilité fait de lui un vrai caramel mou. Même s’il ne le montre pas la plupart du temps, il souffre en silence de toutes les remarques qu’on peut lui faire, aussi anodines soient-elles. Il encaisse tout ce que la vie peut mettre sur son chemin en gardant toujours la tête haute et un sourire aux lèvres bien que son âme hurle parfois à pleins poumons sans que personne ne se rende compte de rien. Il ne craque que lorsqu’il est seul, lorsque personne ne peut voir cette part de lui. Alors tout un chacun pense qu’il n’est que joie, bonne humeur et énergie positive sans jamais se douter de la douleur qu’il accumule depuis toujours et qui fait peser sur son cœur un poids incommensurable.
       

Histoire jusqu'à l'Apocalypse

Nathanaël vit le jour à Londres entouré d’une famille aimante. Son père, Jonathan Nightwood, travaillait dur et rentrait tard le soir tandis que sa mère, Karmen, passait ses journées à lui courir après pour éviter les bêtises qu’il ne manquait jamais de faire. Sa petite sœur, Amélia, vint au monde deux ans après lui et il devint très rapidement son protecteur attitré en toute circonstance.
À ce petit monde s’ajoutaient deux tantes et un oncle qu’il voyait occasionnellement et qui ne manquaient jamais de les couvrir de cadeaux lui et sa sœur, ainsi que deux grand-mères et un grand-père tout aussi généreux.
Autant dire que c’était la belle vie. Car même si leur père travaillait plus que de raison, il trouvait toujours un moment à partager avec ses deux enfants qu’il aimait plus que tout, si ce n’était son épouse.
Vous allez me demander à quel moment un drame survint pour venir gâcher ce merveilleux tableau, n’est-ce pas ? Je vais vous décevoir. La réponse est ; jamais (enfin, jamais… jusqu’à l’apocalypse, s’entend).

Nathanaël passa une enfance heureuse à poursuivre les écureuils à la campagne lorsqu’il se rendait en vacances chez l’une ou l’autre de ses grand-mères qui vivaient toutes deux à la campagne. Il apprit à sa sœur à observer les grenouilles et même à les attraper pour les relâcher ensuite, les doigts gluants. Tous deux construisirent très rapidement une relation fusionnelle au point de ne jamais rien faire l’un sans l’autre.
Nat se passionna très vite pour les reptiles, plus particulièrement les serpents, et mit un point d’honneur à tout découvrir à leur sujet. C’était bien là le seul point sur lequel sa sœur ne le rejoignait pas. Elle les avait en horreur !
À l’école, on le qualifia bientôt d’hyperactif et sa maîtresse suggéra même à ses parents de le mettre sous médicaments. Mais était-ce sa faute s’il ne tenait jamais en place ? Il avait soif d’apprendre ! Cependant, rien n’arrivait jamais à le captiver assez longtemps pour qu’il reste calme. Fort heureusement, ses parents ne tinrent pas compte des recommandations de cette institutrice dépassée, non pas seulement par Nat, mais également par une classe bien trop surchargée et de trop longues années de service.

L’année de ses dix ans, Nathanaël développa une phobie irrépressible de l’eau. En vacances chez ses grands-parents maternels, lui et sa sœur ne trouvèrent rien de mieux à faire que d’aller, avec d’autres enfants du coin, jouer au bord d’un petit lac à l’eau noire et profonde. Le relief leur permit de prendre un peu de hauteur à un certain endroit du point d’eau afin d’y plonger. Ne voulant pas passer pour des dégonflés, lui et Amélia suivirent le mouvement. Les enfants plongèrent tous les uns après les autres. Nat fut le dernier. Sous les encouragements de sa sœur, il s’élança, mais pris de peur, il voulut renoncer au dernier moment. Ce bref instant de recul suffit à le priver de l’élan nécessaire et, non seulement il chuta malgré tout, mais il se cogna la tête le long de la paroi rocheuse. Une fois dans l’eau, il coula à pic et ne dut sa survie qu’à l’intervention de sa sœur ainsi que d’un garçon plus âgé qui avait mené le groupe.
Suite à cela, il n’approcha plus jamais d’un point d’eau à moins d’être certain d’en voir le fond et d’avoir pied. Lui et sa sœur nouèrent également une grande amitié avec le fameux garçon qui lui avait sauvé la vie ce jour-là. Il s’appelait Henry Stadford.

Rapidement vint le temps du collège. Les choses évoluèrent petit à petit. Car même s’il avait toujours du mal à se tenir tranquille, lorsqu’il sentait qu’une matière ne l’intéressait pas, Nat sortait discrètement un livre sur les reptiles et il donnait ainsi l’illusion à ses professeurs d’être assidu. D’autant que ses notes étaient toujours convenables. Il fallait dire qu’une fois dans sa chambre, il pouvait aborder ses leçons à sa façon et à son rythme, parfois avec l’aide de sa sœur qui, au fil du temps, s’avéra être un vrai petit génie.
À chaque grandes vacances, lui et Amélia retrouvaient Henry qui habitait le même village que leurs grand-parents. Ensemble, ils rendaient fous les paysans des alentours en s’amusant à libérer les poules et les cochons ou encore à subtiliser les clés d’un tracteur laissé malencontreusement sans surveillance.
Puis, pour son quinzième anniversaire, ses parents firent à Nathanaël le plus beau cadeau de toute sa vie ; un couple de couleuvres des blés, des serpents tout à fait communs et parfaits pour un terrariophile débutant. Autant dire que le garçon fondit en larme face à un tel présent. Il put ainsi observer ses animaux fétiches et les manipuler à loisir, renforçant par la même occasion sa passion déjà dévorante. Sa sœur déclara qu’elle ne mettrait plus un orteil dans sa chambre et lui fit promettre de ne jamais glisser ces horreurs dans son lit pour lui faire une blague. Sans quoi elle risquait de le lui faire payer très cher. Une telle idée ne lui serait de toute façon jamais venue à l’esprit.

Il lui apparut très vite que sa voie était toute tracée. Il voulait plus que tout au monde étudier ces animaux si fascinants. Mais pas seulement les reptiles. Car il se rendit également compte au fil des ans que chaque espèce animale avait son lot de particularités, ses petites manies, ses étrangetés, et il brûlait non seulement d’en apprendre plus, mais surtout de pouvoir voir tout cela de ses propres yeux.
Sa sœur, quant à elle, se passionna pour les sciences. Et alors que Nathanaël suivit un cursus universitaire d’éthologie, elle entra pour sa dix-huitième année en faculté de microbiologie après avoir terminé le lycée avec brio.
Ils continuèrent de voir Henry, moins souvent cela dit. Et Nat tomba des nues lorsque sa sœur lui annonça qu’ils s’étaient finalement mis en couple. Lui qui parvenait si bien à comprendre le comportement de ses animaux de compagnie à écailles – dont le nombre avait quelque peu augmenté avec les années – il n’avait jamais remarqué les œillades qui avaient fini par naître entre sa sœur et son meilleur ami. Quelque peu chamboulé, il accueillit néanmoins la nouvelle avec enthousiasme.

Nathanaël obtint un doctorat en étude du comportement animal avec deux années d’avance. Amélia, elle, fut recrutée après ses études par un éminent laboratoire de recherches.
Leurs parents n’auraient pas pu être plus comblés. Bien sûr, tout n’était pas toujours rose. La vie n’est jamais un long fleuve tranquille et il est même souvent parcouru de tumultes.
Mais dans l’ensemble, tout était on ne peut plus normal et même plutôt positif. Nat était né sous une bonne étoile. Même s’il avait parfois tendance à l’oublier.
Après l’université, notre passionné de reptiles partit vivre une année en Guadeloupe afin d’y étudier le comportement de la faune locale. En repartir fut un véritable crève cœur mais d’autres destinations ainsi que d’autres populations d’animaux lui faisaient de l’œil. Il en profita également pour faire un détour à Londres afin de revoir sa famille qui ne manqua pas de le couvrir d’amour et de reproches pour sa si longue absence.
Il visita ensuite l’Australie et sa faune aussi dangereuse que passionnante ainsi que la Russie et ses toundra un peu trop froides à son goût, déplorant de ne pas pouvoir ajouter à son tour du monde le cœur de l’Afrique avec ses terribles fauves et ses majestueux pachydermes... Jusqu'au jour où, après s’être rendu à Madagascar afin d’étudier les populations de fossa, il fit la rencontre d’une jeune Américaine, elle-même sur place pour son travail. Si lui était focalisé sur les étranges félidés, elle n’avait d’yeux que pour les oiseaux.
Ils firent connaissance au grès de leurs rencontres sur le terrain et finirent par aller boire un verre. Puis deux.
Luna était sans conteste la femme la plus merveilleuse qu’il ait été donné à Nat de rencontrer. Mais c’est bien connu, l’amour, ça rend un peu bête. Et aveugle. Et prêt à tout.
Ainsi, lorsque la jeune femme, une fois son travail terminé, dut repartir pour le Texas, il n’y réfléchit pas à deux fois pour l’y suivre. Il se voyait déjà heureux pour toujours à ses côtés et sa sœur, désormais fiancée à Henry, l’encouragea en ce sens.
Une fois en Amérique, il lui parut évident qu’il ne pourrait plus s’adonner aussi facilement à l’étude des animaux comme il le faisait jusque là, mais qu’à cela ne tienne. Il était amoureux.
Il trouva alors un emploi en tant que professeur dans l’université de Houston. Il put ainsi étudier un tout autre type d’énergumènes ; les étudiants eux-même. Au point qu’il en arriva à se demander s’il avait été, lui aussi à l’époque, aussi désinvolte et sûr de lui que ne l’étaient cette horde de chimpanzés burlesques. C’était à croire que moins ils en savaient et plus les jeunes avaient la grosse tête, persuadés de faire partie d’une élite indétrônable.
Il s’avéra qu’il était plutôt doué pour enseigner, autant que pour apprendre, et il y trouva un certain plaisir au point qu’il en arriva à se dire que ce n’était pas si mal, finalement, de prendre un peu de repos. Courir les savanes et les jungles, c’était certes passionnant, mais également périlleux malgré l’assistance des guides locaux.

Une année s’écoula durant laquelle Nat crut que tout allait pour le mieux. Luna l’avait même invité à vivre chez elle dès leur arrivée au Texas ! C’était bien là un signe que, elle aussi, envisageait pour eux un avenir radieux. N’est-ce pas ?
Aussi, quels ne furent pas la surprise et le désarroi de Nat lorsqu’un soir, au retour de son travail, il trouva ses valises faites sur le pas de la porte et sa belle Luna refusant de la lui ouvrir. Il chercha aussitôt à comprendre ce qui lui avait échappé. L’évidence lui sauta au visage en même temps que l’homme tatoué de la tête aux pieds qui sortit en trombe de chez sa douce pour lui sommer de décamper en quatrième vitesse. Ne dit-on pas que le cordonnier est toujours le plus mal chaussé ? Lui qui savait pourtant si bien analyser les comportements adultères chez les autres individus de son espèce, il n’avait pas été capable de voir ce qui se trouvait juste sous son propre nez.
Il fallut un temps considérable à son cœur brisé pour arrêter de saigner. En apprenant la nouvelle, Amélia avait débarqué à l’improviste depuis l’Angleterre en compagnie d’Henry et tous deux l’avaient considérablement aidé à remonter la pente. Sa sœur avait même proposé de rendre la monnaie de sa pièce à cette garce. Mais Nat préférait tourner la page et la laisser derrière lui, de même que sa rancœur.

Ses parents, qui ne cessèrent de prendre de ses nouvelles dès lors, lui suggérèrent de revenir en Angleterre, ou bien de recommencer ses excursions afin de se changer les idées. Mais il se plaisait trop dans son université et il tenait trop à ses élèves indisciplinés pour retourner sur ses pas. Il s’était également fait quelques amis parmi ses collègues qu’il ne voulait pas perdre. Et puis, Houston était une grande ville. Bien assez grande pour que lui et sa garce d’ex y vivent sans s’y croiser. Il resta donc. Peut-être les choses auraient-elles pris une autre tournure s’il avait fait un choix différent à cet instant. Car 2034 finit par pointer le bout de son nez…

Le 10 mai de cette année-là, la vie de Nathanaël bascula dans l’horreur. Bien sûr, l’horreur était déjà présente depuis de nombreuses semaines. De prime abord, Nat n’avait pas pris au sérieux les vidéos qui avaient commencé à circuler sur internet. On y voyait des gens en défigurer d’autres, des fous furieux essayer de dévorer des passants comme de véritables possédés. La drogue semblait avoir été la première explication apportée par beaucoup. Mais au fil du temps, les cas s’étaient multipliés. Et plus il y pensait, plus Nathanaël regrettait de ne pas être retourné auprès de sa famille quand il en avait encore eu l’occasion.
Toutes les frontières avaient été fermées. Et même si le Texas avait été épargné pour le moment, il savait que tôt où tard ce mal dévorant finirait par l’atteindre. Ce n’était qu’une question de temps. Et ce temps survint bien trop tôt à son goût.
Nat avait fait partie des rares volontaires à continuer d’assurer ses cours à la faculté. Beaucoup d’enseignants et d’élèves avaient préféré rester cloîtrés chez eux face à la folie furieuse qui avait embrasé le pays. De ce fait, la fac avait des airs de ville fantôme tant les effectifs étaient réduits. Mais envers et contre tout, Nat refusait de se laisser abattre et, puisqu’il restait de jeunes gens désireux de continuer d’apprendre, alors il ne pouvait faire autrement que de répondre présent.
Néanmoins, l’ambiance générale était tendue, les sourires presque inexistants et la joie absente de tous les visages.
Ce jour-là, donc, Nathanaël, fidèle à lui-même, débuta son cours par une petite plaisanterie qui dérida à peine deux de ses élèves. Il fit ensuite défiler quelques images d’illustration sur le gigantesque panneau blanc qui couvrait le mur du fond tout en débitant son cours. Sur la centaine de jeunes qui suivaient habituellement cette session en amphithéâtre, seuls une vingtaine avaient répondu présent. Et chaque jour qui passait voyait ce nombre se réduire. Mais même s’il n’avait dû rester qu’un seul élève pour l’écouter, Nat aurait continué, envers et contre tout.
Puis, lentement, l’une de ses collègues entra d’une drôle de démarche, provoquant un silence troublant dans le bâtiment. Chacun avait compris sans pourtant vouloir se l’avouer et tous restèrent figés, incapables de savoir si c’était une plaisanterie du plus mauvais goût ou si c’était là le début de la fin.
Nathanaël, qui s’était interrompu au beau milieu d’une phrase, déglutit en silence tout en fixant sa collègue avec effroi. Le regard de la jeune femme était morne, comme éteint, et du sang maculait sa robe de même que son cou où une plaie ressemblant à s’y méprendre à une morsure y béait.
Il savait ce qu’il aurait dû faire mais il était incapable de réagir. La scène était bien trop surréaliste pour qu’il parvienne à rassembler ses idées. Tout ce qu’il avait pu voir à la télévision et sur internet, toutes ces horreurs qui avaient lieu un peu partout, tous ces morts qui revenaient à la vie...
Ce fut une jeune fille du troisième rang qui se leva la première, lentement, comme une proie consciente qu’un prédateur vient d’entrer en scène. Elle longea ensuite tout aussi lentement la rangée de chaises et de tables qui formaient un couloir jusqu’à atteindre l’escalier qui scindait l’amphithéâtre en deux. Elle le descendit en tremblant et deux autres élèves la suivirent bientôt.
Face à Nathanaël, l’enseignante continuait d’avancer vers lui, les bras désormais tendus comme pour tenter de le saisir bien qu’il soit encore trop loin. Elle avait même accéléré le pas. Il commença donc à reculer d’autant.
Constatant que les jeunes s’étaient à présent tous levés et suivaient le mouvement vers la sortie opposée à celle d’où la prof était arrivée, et ce dans un calme presque surnaturel, il continua de reculer dans leur direction. Les derniers accélérèrent le pas et tous furent bientôt sortis de la salle que Nathanaël franchit à son tour. Il verrouilla la double porte au moment où la jeune femme l’atteignait, cognant dessus avec violence au point de la faire trembler sur ses gonds.
Sans trop d’espoir, il tenta de lui parler à travers, mais sa collègue ne faisait qu’emmètre des râles incompréhensibles.
– Monsieur ? On fait quoi maintenant ?
Surpris, Nat se retourna vers ses élèves qui le regardaient tous, de la terreur dans le regard. Le cauchemar les avait rattrapé. Et c’était à lui qu’ils demandaient ce qu’il convenait de faire. Il n’en avait pas la moindre idée.
Sa collègue continuait de tambouriner contre les portes, l’empêchant de réfléchir. Ses pensées se bousculaient dans son esprit et il ne pensait plus qu’à une seule chose ; mettre ses élèves en sécurité.
Soudain, à l’une des extrémités du long couloir, un cri retentit. Tous se figèrent et, bientôt, deux élèves déboulèrent en sprintant tandis qu’un troisième trébuchait à l’angle. Ce dernier n’eut pas le temps de se relever qu’un autre élève se jeta sur lui pour lui ouvrir la jugulaire avec les dents. Une giclée de sang éclaboussa le mur et les cris redoublèrent autour de Nathanaël.
Il n’eut pas besoin de demander à ses étudiants de le suivre, ils lui emboîtèrent tous le pas alors qu’il commença à se diriger vers l’autre bout du couloir en courant aussi vite qu’il le put.
Mais deux silhouettes se tenaient debout devant la sortie. Lorsqu’elles les aperçurent, celles-ci commencèrent à se diriger vers eux en poussant les mêmes râles que celui qui se trouvait dans leur dos, toujours en train de festoyer sur le corps encore chaud de sa victime. Ils étaient pris en tenaille.
Rapidement, il fit alors entrer la vingtaine de jeunes essoufflés dans la première salle de classe à leur disposition. Celle-ci ne possédait pas la moindre fenêtre et était consacrée aux sciences humaines. Des croquis de corps humain tapissaient les murs et un squelette en plastique trônait non loin du bureau.
Tous se firent silencieux tandis que leur professeur maintenait la poignée de la porte pour la garder close.
– Essayez de voir si vous pouvez trouver la clé, leur demanda-t-il, terrifié à l’idée de ne pas être capable d’empêcher les monstres d’entrer.
Aussitôt, certains élèves se mirent à chercher ça et là dans les placards et les tiroirs tandis que la majorité resta figée, totalement paralysée par la peur. Mais ils revinrent bredouille.
Une jeune fille se mit alors à gémir bruyamment avant d’éclater en sanglots. Ses amies tentèrent de la consoler mais elle était totalement hystérique.
– Faites-la taire, putain ! s’énerva un garçon, tout aussi paniqué que les autres.
Mais c’était trop tard. Les monstres du couloir tambourinaient déjà à la porte et Nat s’agrippa à la poignée comme à une bouée de sauvetage. Cependant, les deux créatures n’essayaient pas d’ouvrir. Elles se contentaient de s'acharner bêtement contre le battant.
– Qu’est-ce qu’on va faire ? couina une jeune fille en larmes.
– Il faut appeler l’armée ! suggéra un garçon.
– T’es con ou quoi ? lui rétorqua un autre. On est tout seuls. Y a plus de téléphone. Y a plus d’armée, ils sont tous occupés ailleurs.
Les sanglots hystériques de la jeune étudiante redoublèrent et Nat sentit son self contrôle l’abandonner peu à peu, ses mains commençaient même à trembler de façon incontrôlable.
Bientôt, tous les élèves commencèrent à se disputer, à pleurer, à hurler ou encore à se recroqueviller dans un coin de la salle de classe. Et pendant ce temps, les deux créatures continuaient de s’énerver contre la porte.
– SILENCE ! finit par lâcher Nathanaël, à bout de nerfs.
Tous se turent et on n’entendit plus que les coups portés par les monstres.
– J’ai besoin de réfléchir…
Il regarda partout autour de lui mais aucune idée brillante ne lui vint. Il se sentait comme l’un de ces rongeurs pris au piège dans leur propre terrier tandis qu’un renard affamé grattait à l’entrée. Mais dans le cas des rongeurs, ils avaient toujours une, voire plusieurs, issues de secours. Ce n’était pas leur cas.
– Qu’est-ce qui arrive à une proie qui cède à la panique ? demanda-t-il pour lui-même sans vraiment attendre de réponse.
– Il fait des erreurs et se fait bouffer, récita néanmoins l’un des seuls élèves à ne pas avoir cédé à la peur. Il avait même l’air plutôt blasé.
– Très bien, parvint à sourire Nat, surpris. Est-ce qu’on a envie de se faire bouffer ?
Tous firent non de la tête.
– Dans ce cas, calmons-nous et soyons intelligents. Si on analyse la situation, quelles options s’offrent à nous ? Sachant que nous sommes acculés dans une pièce ne possédant qu’une seule issue et que deux prédateurs sonnent à la porte.
L’un des deux prédateurs en question s’était mis à appuyer d'une manière ou d'une autre sur la poignée de porte que Nathanaël maintenait, ce qui eut pour effet de faire monter encore un peu plus sa panique qu'il tentait de dissimuler par tous les moyens.
– Il faut qu’on les affronte, conclut le garçon imperturbable.
– T’es malade ? T’as vu ce qui arrive à ceux qui se font mordre ou griffer ? On n’a qu’à rester planqués là jusqu’à ce que les secours arrivent.
– Les secours ? s’emporta le premier. Quels secours ? T’as pas encore compris ? Y a pas de secours. C’est nous contre eux. Point barre.
– Je veux de la réflexion ! insista Nathanaël qui sentait ses mains trembler de plus en plus sur la poignée de porte, bien que sa voix n’en laissât rien paraître. On ne peut pas fuir et un affrontement direct serait risqué. Allons, je ne suis pas tout seul à avoir un cerveau ici. Bon sang, faites fonctionner vos méninges !
Aussitôt, il se félicita de voir ses étudiants, du moins la plupart, se mettre à regarder tout autour d’eux dans l’espoir de trouver une idée brillante. Et ce fut le cas pour l’un d’entre eux.
– On pourrait tendre un fil devant la porte au niveau de leurs jambes pour les faire tomber. Ils n’ont pas l’air très malins, on pourrait se servir de ça contre eux, proposa une jeune fille dont les jambes flageolaient légèrement.
– Ouah, ironisa le garçon blasé, qu’elle idée lumineuse. Et une fois qu’ils se seront relevés pour nous choper, on sera tous morts. Enfin, certains arriveront peut-être à fuir quand même.
– Non, non elle a raison, la défendit Nat. Il faut juste ajouter une étape à son plan.
Il scruta un peu partout autour de lui et repéra un placard un peu différent des autres. En métal un peu rouillé, la clé trônait dans sa serrure, signe que son contenu ne devait pas être très important. Et pourtant…
Nathanaël savait que cette salle était majoritairement utilisée par l’un de ses collègues avec qui il n’avait pas spécialement d’affinité. Mais ce dernier lui avait avoué un jour se servir de sa salle de classe pour entreposer certains de ses effets personnels un peu trop encombrants pour son modeste appartement. Notamment des bâches qu’il utilisait lorsqu’il voulait bricoler chez lui. Si elles étaient là…
– Le placard, là, ouvrez-le et dites-moi s’il y a des bâches.
Un garçon prit les devants et se chargea d’ouvrir le meuble. Triomphalement, il en sortit deux grandes bâches plastifiées proprement pliées.
– J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle, plaisanta alors Nat. La bonne c’est qu’on va très certainement s’en sortir. La mauvaise, c’est que, du coup, vous ne serez pas dispensés d’examen.
Quelques élèves soufflèrent du nez devant la plaisanterie. Celui qui avait les bâches les apporta, de même qu’un rouleau de ce qui semblait être du fil de pêche. Ils n’avaient plus qu’à se coordonner et tout se passerait bien.
Deux filles tendirent le fil de nylon à hauteur de tibia tandis que d’autres élèves s’employaient à déplier les deux bâches. Chaque groupe d’étudiants se disposa alors de part et d’autre de la porte que Nat retenait toujours fébrilement.
– Prêt ? demanda alors l’enseignant.
Ils firent oui de la tête et Nat ouvrit la porte tout en reculant. Aussitôt, les deux créatures entrèrent et se précipitèrent sur lui puisqu’il était le seul être vivant appétissant dans leur champ de vision direct.
Le fil de pêche fit son office. Le premier s’étala de tout son long, les bras tendus en avant et le deuxième le rejoignit en se vautrant par-dessus.
– ALLEZ-Y ! entonna Nathanaël.
Aussitôt, certains élèves enjambèrent les monstres le plus loin possible de leur tête ainsi que de leurs bras qui cherchaient à agripper tout ce qu’ils pouvaient et tendirent une première bâche sur eux. Le deuxième groupe fit de même et les jeunes qui n’avaient rien eut à faire jusque là disposèrent tous les objets lourds qu’ils avaient trouvé pour maintenir les deux bâches en place.
– Maintenant, dehors ! suggéra Nat.
Les élèves commencèrent à sortir prudemment de la salle de classe sans quitter du regard le paquet emballé qui se tortillait furieusement sur le sol.
Tous étaient presque sortis lorsque l’un des monstres parvint à extirper son bras et agrippa une élève qui se mit à hurler avec hystérie. Aussitôt, Nathanaël tenta de la libérer mais la main était fermement accrochée à la cheville qui commençait d’ores et déjà à saigner. Il s’accroupit et tira de toutes ses forces pour forcer les doigts à se rouvrir. Il y parvint petit à petit et bientôt l’élève fut libre. Mais une main se referma avec force sur son poignet tandis que la créature, qui avait désormais libéré sa tête de sous la bâche, tentait de le mordre. Il donna plusieurs coup de pieds furieux, les dents serrés, pour tenter de se libérer ainsi que d'éviter une morsure qui lui serait fatale. Mais rien n'y faisait. Il cala alors son pied dans le cou du monstre afin de lui bloquer toute possibilité de s'avancer ou de lui dévorer le mollet. Il s'employa ensuite à se défaire un à un des doigts inquisiteurs sans quitter un seul instant du regard la tête de l'étudiant revenu à la vie qui faisait claquer sa mâchoire dans le vide. Il finit par y parvenir, au prix d'un rude effort, puis il recula autant qu’il put avant de se relever.
Il quitta ensuite la salle en trombe pour rejoindre ses élèves qui l’attendaient tous au bout du couloir. Les regards que certains lancèrent à son poignet lui firent alors baisser la tête. Trois sillons qu'il n'avait même pas remarqués sur le coup laissaient échapper un sang écarlate annonciateurs du pire des scénarios. Il était condamné et tous le savaient.
– M-monsieur ? bafouilla une jeune fille en larmes.
– Sortez tous de cette foutue fac. Rentrez chez vous. Retrouvez vos proches et, quoi qu’il arrive, restez en vie. Vous m’entendez ? Vous avez tous intérêt à rester en vie. Sinon je vous jure que je retournerai l’enfer et le paradis pour vous retrouver et vous botter le cul. C’est clair ?
Certains esquissèrent des sourires tristes. Puis, après avoir remercié leur professeur, ils quittèrent le couloir où seul Nathanaël et la jeune fille à la cheville ensanglantée restèrent.
Les deux monstres déboulèrent alors depuis la salle de classe, libérés de leur entrave provisoire.
Nat et son étudiante sortirent donc à leur tour et ils bloquèrent la porte comme ils purent.
Le soleil qui réchauffait le parc universitaire sembla tristement terne à Nat.
– Et maintenant ? On fait quoi ? couina la jeune fille, totalement paniquée.
– J’en sais rien, avoua-t-il. J’en sais foutrement rien.

Quelle chance l’humanité avait-elle de se tirer de cette folie furieuse ? Certainement aucune. C’est avec cette idée en tête que Nat rejoignit son bureau. Il s’y enferma à clé et commença à tourner en rond tout en se demandant comment ne pas mourir. Puis il se rendit compte que ce n’était pas la bonne question. Il allait mourir. Restait à savoir comment ne pas revenir pour dévorer tout le monde.
Autour de lui, la seule arme qui aurait pu l’aider à en finir était une paire de ciseaux. Ce n’était pas ce qui risquait de lui épargner un retour en fanfare. Déjà, il sentait la fièvre le submerger.
Il continua ainsi à faire les cent pas autour de son bureau, des spasmes commençant à le prendre peu à peu. Si au moins il avait pu appeler sa sœur une dernière fois. Ou alors ses parents. Mais il n’avait aucun téléphone sous la main. Et de toute façon, il y avait déjà plusieurs jours que réussir à joindre quelqu’un était devenu mission impossible à cause de la coupure du réseau. Il aurait au moins aimé savoir si Amélia s'en sortait...
Une heure s’écoula, puis deux. Un silence de mort régnait dans le bâtiment d’ordinaire si bruyant et agité. Il espérait que ses élèves avaient réussi à rentrer chez eux. Il s’imagina que c’était le cas. Inutile de se rajouter des inquiétudes supplémentaires.
Bientôt, le soleil déclina et Nathanaël, incapable de continuer à marcher tant son souffle s’était fait court, s’était affalé dans son siège de bureau. C’était donc ainsi qu’il allait tirer sa révérence. Vautré dans un fauteuil comme un vieillard sénile. Cette idée lui tira un rire mi-amer mi-amusé. Il avait toujours pensé qu’il se ferait dévorer par l’un de ses sujets d’études. Un alligator peut-être, ou alors un dragon de commodo. Au lieu de quoi, c’était la griffure de l’un de ses élèves qui aurait raison de lui.
Tremblant de la tête aux pieds, la fièvre commençant à lui embrouiller l’esprit, il sentit une douleur fulgurante lui enserrer la poitrine. Et lorsque le soleil termina enfin de mourir à l’horizon, Nathanaël s’éteignit avec lui.
       

Equipement Porté :
Capacité : 0/5

-
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 0/3
-
Contenants Personnels :
N/A

Kyle Collins


Fiche de personnage
Points de RP:
 Nathanaël Nightwood Debuba1117/2000 Nathanaël Nightwood Videba10  (17/2000)
Etat Mental:
 Nathanaël Nightwood Debuba100/100 Nathanaël Nightwood Videba10  (0/100)
Informations scénaristiques:
Kyle Collins

Jeu 21 Avr - 16:21
Bienvenue et bonne rédaction de fiche !
Au plaisir de lire tout ça.
Equipement Porté :
Capacité : 0/7

-
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 0/3
-
Contenants Personnels :
N/A

Triss Anderson


Fiche de personnage
Points de RP:
 Nathanaël Nightwood Debuba11188/2000 Nathanaël Nightwood Videba10  (188/2000)
Etat Mental:
 Nathanaël Nightwood Debuba10100/100 Nathanaël Nightwood Videba10  (100/100)
Informations scénaristiques:
Triss Anderson

Jeu 21 Avr - 16:38
Bienvenue Nathanaël, bon courage pour ta fiche ;)
Equipement Porté :
Capacité : 1/6
Redhead Toxik Flec.
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 2/3 : Flec.C.
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : Musette
Taille : -
Jambes : Holster
Beretta 96 10C .40
Véhicules 0/3
-
Contenants Personnels :
Flancs 0/10
Musette
-

Nathanaël Nightwood


Fiche de personnage
Points de RP:
 Nathanaël Nightwood Debuba110/2000 Nathanaël Nightwood Videba10  (0/2000)
Etat Mental:
 Nathanaël Nightwood Debuba1090/100 Nathanaël Nightwood Videba10  (90/100)
Informations scénaristiques:
Nathanaël Nightwood

Sam 23 Avr - 20:46
Merci ! :D
J'ai enfin fini, et je me rends compte que, comme toujours, j'ai fais une tartine >_<
Bon courage pour la lecture ^-^'
Equipement Porté :
Capacité : 0/5

-
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 0/3
-
Contenants Personnels :
N/A

Jarod Blake


Fiche de personnage
Points de RP:
 Nathanaël Nightwood Debuba11119/2000 Nathanaël Nightwood Videba10  (119/2000)
Etat Mental:
 Nathanaël Nightwood Debuba1050/100 Nathanaël Nightwood Videba10  (50/100)
Informations scénaristiques:
Jarod Blake

Mer 27 Avr - 16:00
Bonjour Nathanaël,

Je viens te faire retour sur ta fiche, en précisant que celui-ci inclura les retours de DVK (Kyle) et Strempton (Ivy), même si je vais utiliser la première personne du singulier pour plus de facilité.

Dans un premier temps, je tiens à te féliciter, la fiche est excellente en de nombreux points. Le sens de la simplicité, du détail et la créativité dont tu fais preuve m'ont charmé. Mention au passage à propos des chimpanzés burlesques qui m'a franchement fait rire. ^^

Il va y avoir quelques détails et corrections à apporter, rien de méchant, mais on approche du tour de force en la matière me concernant. J'ai cru comprendre que DVK t'avait déjà MP pour quelques corrections à propos de la partie Apocalypse, il reste deux-trois petites choses, toutefois, je pense qu'il s'agit plus de maladresses qu'autre chose.


- Description physique et psychologique -

Pratiquement rien à dire sur ces aspects, la description physique est assez minimaliste, mais les informations sont présentes, donc c'est bon pour moi. Seul détail à ce sujet : la barbe. Si tu souhaites que le personnage ait une barbe au quotidien, je te solliciterais pour adapter l'avatar en fonction, qui présentement n'a pas le moindre poil ou presque (en tout cas bien rasé).

Je ne connais pas bien la célébrité, donc peut-être que ce sera un exercice difficile, dans ce cas, je te proposerais de tout simplement mettre de côté l'idée d'une barbe bel et bien présente, en jouant le fait qu'il reviendra à la vie rasé (pour quelle raison ? Mystère... que je me réserve) et qu'il s'emploiera à le rester par la suite. Donc pas de correction à proprement parler dans ce cas, mais juste une prise en compte si tu préfères garder l'avatar en vigueur.

Une description psychologique nuancée, avec un bon potentiel dramatique. Parfait.


- Histoire pré-Apocalypse -

Toute la partie pré-apocalypse est nickel en l'état. Il y a bien le fait que Nathanaël soit sauvé par deux jeunes gens de la noyade, ce qui fait un peu léger pour des sauveteurs en herbe compte tenu de l'endroit où le garçon coule... mais admettons. ^^

Et la façon dont les relations sont tournées et creusées par la suite justifie que l'on ne touche pas à cela.

Seul point à modifier sur cette partie : la mention de l'Afrique. Étant donné la situation pré-apocalypse dans cette réalité parallèle (Cf. « Pré-Apocalypse : Le Monde en 2034 »), le chaos présent en Afrique, menant à l'autarcie quasi totale, n'aura pas permis à Nathanaël de pouvoir y voyager. À retirer pour la brève mention que ça constitue.


- Histoire intra-Apocalypse -

C'est ici que les principales retouches seront à effectuer. Je vais faire simple, car il ne s'agit pas de points majeurs, à l'exception d'un : la coupure des réseaux. En effet, je note ces passages quotés ci-dessous qui m'ont permis de déduire que ça n'avait pas été pris en compte.

Citation :
– Quelqu’un a son téléphone ? Il faut appeler l’armée ! suggéra un garçon.
Citation :
Si au moins il avait pu appeler sa sœur une dernière fois. Ou alors ses parents. Mais il n’avait aucun téléphone sous la main. Et de toute façon, il y avait déjà plusieurs jours que réussir à joindre quelqu’un était devenu mission impossible tant les réseaux étaient saturés. À moins que ce ne soit parce que les personnes qu’il cherchait à contacter avaient déjà toutes succombé.

L'ensemble des réseaux, internet, télévisuels et téléphoniques surtout, ont été perdus durant la troisième semaine de l'infection, soit plus d'une semaine avant que l'épidémie n'atteigne le Texas confiné. Je vais te demander du coup de jeter un œil au contexte à ce sujet et de remanier les passages qui font mention aux réseaux de manière générale.

Pour le reste, il va s'agir de détails à retoucher vite fait, bien fait : tout l'épisode autour de l'attaque de la Fac est vraiment excellent, très original, j'aime beaucoup. Nous allons donc tâcher de minimiser les modifications.

Citation :
Le monstre qui avait dévoré l’élève au coin du couloir tambourinait déjà à la porte. Le second le rejoignit bientôt et Nat s’agrippa à la poignée comme à une bouée de sauvetage.
Il va falloir faire mention d'un autre mort-vivant pour coller à la suite. De par leur physiologie et leur mode d'action, si un mort-vivant a pu se saisir d'une proie, elle ne s'intéressera pas à Nathanaël et sa classe qui se trouvent à une bonne distance, d'autant plus enfermés dans une autre pièce. Dévorer le pauvre élève, en festin solitaire, lui prendra du temps et à moins qu'elle soit approchée ou agressée, la créature ne s'attardera pas vraiment sur quoi que ce soit d'autre.

Citation :
L’un des deux prédateurs en question venait de trouver la poignée de porte que Nathanaël maintenait et s’était mis à appuyer dessus d’une manière ou d’une autre avec force, ce qui eut pour effet de faire monter encore un peu plus la panique de Nat qui tentait de le dissimuler par tous les moyens.
Passage un peu étrange, puisque les morts-vivants sont relativement arriérés, sinon très basiques. Bien que je comprenne l'idée abstraite derrière ce détail, je serais partisan de rendre le passage plus flou et de ne pas affirmer que la créature a pu volontairement interagir avec la poignée de porte.

Citation :
,Mais une douleur fulgurante lui déchira le poignet tandis que la créature, qui avait désormais libéré sa tête de sous la bâche, venait de le lui mordre. Il donna plusieurs coup de pieds furieux, les dents serrés, pour tenter de se libérer. Il finit par y parvenir, au prix de quelques lambeaux de chair, puis il recula autant qu’il put avant de se relever.
Si la créature a mordu son poignet (l'a déchiré pour coller à ton choix de mot), quelques lambeaux de chair ne suffiront pas, la morsure l'aura forcément et sérieusement mutilé, car le but de ces monstres dénués d'empathie et étonnamment forts est de se nourrir de chair vivace, devant tout autre chose. Si tu souhaites permettre à Nathanaël de ne pas se vider de son sang pour conserver la très bonne narration qui suit, je te suggère de privilégier que son mollet ait été saisi et griffé en voulant aider sa jeune élève, ce qui collera d'ailleurs mieux au fait qu'il se libère à coup de pied, chose un peu approximative si c'est son poignet qui est saisit. Je chipote je chipote, mais comme cela, ce sera impeccable.


Voilà tout ce qu'il y avait à dire. Je suis impatient de valider Nathanaël et de le voir intégrer le Rôleplay. Si tu souhaites t'exprimer au sujet de ce retour, n'hésite pas en réponse, autrement, j'attends un post de ta part pour confirmer que les retouches sont faites et nous pourrons démarrer l'aventure.
Equipement Porté :
Capacité : 2/7
Épieu de chasse
Talkie Moderne
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 1/3
GMC Terrain 0/3
Contenants Personnels :
Dos 18/30
Grand sac
Console technologique (8)
Nécessaire d'usinage (5)
Kit d'affûtage (5)

Coffre 129/200
GMC Terrain
Outils Électroportatifs (15)
Boite à outils (8)
Engrais (10)
Stock de maçon (25)
Pièces détachées (10)
Casque de spéléo (6)
Rations périmées (15)
Casque de moto (8)
Pièces d'armement (2)
Rations pour animaux (15)
Rations pour animaux (15)

Nathanaël Nightwood


Fiche de personnage
Points de RP:
 Nathanaël Nightwood Debuba110/2000 Nathanaël Nightwood Videba10  (0/2000)
Etat Mental:
 Nathanaël Nightwood Debuba1090/100 Nathanaël Nightwood Videba10  (90/100)
Informations scénaristiques:
Nathanaël Nightwood

Mer 27 Avr - 21:58
Hola !

Un grand merci à vous trois ! Je suis très flattée de tant de compliments. J'ai fais de mon mieux pour m'imprégner de l'univers du forum mais ma tête étant ce qu'elle est (un vrai panier percé), rien d'étonnant à ce que des choses m'aient échappé. Quoi qu'il en soit, je me suis employée à modifier tous les points abordés et, en toute logique, tout devrait aller désormais.
Pour ce qui est de la barbe, j'ai quelques avatars possibles avec, donc j'ai modifié de telle sorte que parfois il peut en avoir une, même s'il préfèrera clairement être sans.
Concernant la morsure, j'ai transformé ça en griffure mais je l'ai laissée au niveau du poignet malgré tout en remanipulant le texte pour que sa libération soit plus laborieuse.
Si jamais des choses sont encore à revoir sur ce que j'ai changé, je ferai ce qu'il faut.
En tout cas, encore merci pour tout et à très vite en rp ! :D
Equipement Porté :
Capacité : 0/5

-
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 0/3
-
Contenants Personnels :
N/A

Jarod Blake


Fiche de personnage
Points de RP:
 Nathanaël Nightwood Debuba11119/2000 Nathanaël Nightwood Videba10  (119/2000)
Etat Mental:
 Nathanaël Nightwood Debuba1050/100 Nathanaël Nightwood Videba10  (50/100)
Informations scénaristiques:
Jarod Blake

Sam 30 Avr - 17:25




VALIDATION


Nathanaël est validé !


En tant que Ressuscité, un jeu MJ te sera prochainement ouvert. Je te tiendrai informé par message privé. Je t'invite à m'informer par MP discord de ton rythme de réponse potentiel, pour que je puisse m'adapter au besoin.

40 PRP te sont attribués, sachant que le Palier 1 de la discipline Maîtrise est réservé d'emblée. Je te propose de t'orienter vers l'Office (lien) pour choisir les quatre disciplines desquelles le personnage va obtenir le Palier 1.

Si tu ne souhaites pas que ton personnage démarre avec 100 Points en État Mental par défaut, je te propose de me contacter par MP pour me faire part de tes idées à ce sujet.

Le groupe sanguin de Nathanaël est pré-établi : AB- ; il faudra prendre comptant cette information.

Concernant le pouvoir qui sera le sien, transmet-moi ton choix par MP. Tu n'es pas obligé de le détailler, ni de l'expliquer, mais tu le peux avec la densité de ton choix. Quel que soit le format, la façon de le présenter, sois le plus en accord avec la façon dont tu le souhaiterais et l'imaginerais. À partir de ces éléments, je lui donnerai forme et t'en fournirai la description par MP qu'il te faudra conserver, car il ne sera pas révélé aux autres joueurs (le plus sûr sera de l'archiver directement dans les MPs).

Tu as également accès à ton Espace Personnel (lien) où retrouver diverses informations à propos de ton personnage, ainsi qu'y créer des sujets tels qu'un récapitulatif des RPs, des liens ou autre. Dans cet espace, tu peux utiliser - ou non - des cadres codés à ta préférence.

Pense à regarder le volet Sujets Récents sur la page d'accueil, et les annonces lorsqu'elles sont postées. N'hésite pas si tu as des questions à contacter un membre du Staff, sur le forum ou sur discord (ce dernier n'est pas obligatoire).

Il t'appartient d'explorer la Safe Zone actuelle qui sera le lieu de chute de ton personnage le moment venu. Je t'invite à t'orienter avant tout vers les 3 sujets de la section « Gestion et Information » (clic sur le lien désiré) :

- L'Oasis, un ultime espoir de survie ; qui fait suite au contexte.

- L'Oasis : Ce qu'il Faut Savoir ; qui décrit le fonctionnement de la Safe Zone.

- L'Intendance : Le Pouvoir du Marché ; qui traite des crédits, la monnaie d'usage dans la Safe Zone.

Ces trois sujets te permettront d'avoir un ensemble d'informations utilisables en RP, grâce à la visite d'accueil, aux conversations avec d'autres résidents et aux rumeurs en tout genre. Ces éléments s'ajoutent aux descriptifs.

Chaque sous-forum RP a un descriptif qui permet d'en savoir plus sur la zone et la région, il est essentiel de les lire au fur et à mesure que tu voudras RP dans ces zones. Cependant, prend ton temps pour parcourir ces zones de jeu et la Safe Zone en particulier afin de te renseigner, et sollicite-nous autant que nécessaire pour t'aider à intégrer ton personnage.


Officiellement, bienvenue !






Equipement Porté :
Capacité : 2/7
Épieu de chasse
Talkie Moderne
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 1/3
GMC Terrain 0/3
Contenants Personnels :
Dos 18/30
Grand sac
Console technologique (8)
Nécessaire d'usinage (5)
Kit d'affûtage (5)

Coffre 129/200
GMC Terrain
Outils Électroportatifs (15)
Boite à outils (8)
Engrais (10)
Stock de maçon (25)
Pièces détachées (10)
Casque de spéléo (6)
Rations périmées (15)
Casque de moto (8)
Pièces d'armement (2)
Rations pour animaux (15)
Rations pour animaux (15)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: