Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility
Haut de page
Bas de page


Forum JDR post-apocalyptique dans un monde contemporain alternatif en proie aux zombies, à des créatures pires encore ainsi que des événements surnaturels.
 

Erika Mariya Svyatoslavnia
 :: Codex :: Nous Rejoindre :: Personnages Validés

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Erika M. Svyatoslavnia


Fiche de personnage
Points de RP:
 Erika Mariya Svyatoslavnia Debuba1150/2000 Erika Mariya Svyatoslavnia Videba10  (50/2000)
Etat Mental:
 Erika Mariya Svyatoslavnia Debuba1050/100 Erika Mariya Svyatoslavnia Videba10  (50/100)
Informations scénaristiques:
Erika M. Svyatoslavnia

Mar 15 Mar - 20:48
Fiche d'identité
457736.jpg
Prénom(s) : Erika Mariya

Nom : Svyatoslavnia

Né(e) le : 10/06/2010

À : Oufa, Bachkirie, Russie

Métier : Criminelle

Particularité(s) : - Elle est aquaphobe
- Elle a un gros tatouage dans le dos, représentant un bebout et kinjal entrecroisés, entouré de 14 étoiles stylisées.
- Elle a un tatouage "Self Destruktion" sur la nuque.
- Son œil gauche est un œil de verre.
- La peau de la partie gauche de son visage porte encore les séquelles d'une large brûlure.
- Elle jure en Russe lorsqu'elle est énervée.
- Elle fait régulièrement des cauchemars.

À-propos

Thème musical :


Feat : Charlize Theron
Type : Survivant

Description physique

Erika est une jeune femme d'1,70 m, à la silhouette fine et souple mais néanmoins remarquablement musclée. Sa condition physique dépend davantage de son activité quotidienne que d’une volonté particulière de sculpter son corps.

Sa peau, d'une pâleur presque maladive, porte les stigmates d'une vie agitée et de très nombreuses cicatrices parsèment son corps. La plus impressionnante d'entre elles reste sans débat une large brûlure au second degré sur toute la partie gauche de son visage, où la peau garde un aspect parcheminé. Autre conséquence de cette blessure, un œil gauche manquant, remplacé par un œil de verre de mauvaise facture et déjà bien abîmé. Son autre est d'un bleu clair bordé de brun. Ce seul œil mobile ne semble pas pouvoir se poser sur un objet précis, et est toujours vif, en quête perpétuelle d’un objet ou d’un mouvement.
De son visage froid émane une dureté presque effrayante et ses lèvres semblent figées dans une moue boudeuse éternelle, tandis qu’un tatouage qui peut sembler récent mais qui a déjà fusé fait mention d’un “Self Destruktion” sur la nuque. La jeune femme porte les cheveux courts, n’excédent jamais quelques centimètres.
Sa voix est rauque et grondante, laissant très peu d’émotion transparaître lors de ses courtes prises de paroles. Les seuls choses trahissant d’une quelconque émotion sont les tics et spasmes nerveux qui agitent son visage.

Le reste de son corps semble avoir lui aussi subi les affres de bagarres passées. De larges estafilades couvrent généreusement ses membres et son ventre, plus ou moins cicatrisées correctement. Seul son dos a été épargné et porte de son côté un tatouage de deux lames entrecroisées : un bebout et un kinjal, entourés de 14 étoiles stylisées.
Les veines de ses bras et de ses jambes portent les stigmates d'anciennes piqûres.

Description psychologique

Avant l’Apocalypse :


Durant son enfance, Erika fut qualifiée d’enfant difficile et finit par le penser et se conforter dans sa condition. Pourtant elle était au départ une enfant comme tous les autres, malgré un contexte familial difficile. Son premier traumatisme remonte à l’emprisonnement de son père lors de l’anniversaire de ses 7 ans, puis le second lorsqu’elle fut arrachée à sa mère, jugée irresponsable, et placée dans un foyer. L’enfant insouciant qu’elle était fit peu à peu place à une version plus dure d'elle-même, plus renfermée et se battant souvent avec les autres pensionnaires du foyer, dans le seul but de se sentir vivante.
Ceux qu’elle considérait comme sa deuxième famille ne lui offrirent guère plus l’occasion de s’améliorer, même si elle était heureuse avec eux. Peu à peu, sans qu’elle s’en rende compte, elle sombra doucement dans la violence et le cannabis, enfumant son esprits de volutes de fumée chassant ses démons, brisant les dernières limites de sa conscience et de ses tabous. Malgré cela, elle demeurait très amicale avec sa famille et avait retrouvé le goût du rire. La trahison d’un des siens à ses 20 ans la plongea dans une fureur douloureuse et dévastatrice pour ensuite la laisser désœuvrée, sans but précis, errant à travers différents pays.

Après l’Apocalypse :


L’Apocalypse arriva peu de temps après son arrivée aux Etats-Unis, encore à ce moment, elle était perdue dans la tornade de sentiments et de questions qui la hantaient. Les événements dramatiques eurent au moins le mérite de redonner un sens à sa vie : survivre pour ceux qui avaient péri. Son incapacité à se fournir du cannabis ou tous substituts, dans laquelle elle avait plongé pour oublier la douleur, la rendit dans un premier temps instable et hargneuse, mais finalement, son corps et son esprit réapprirent à percevoir le monde autrement. L’épreuve forcée de survie faisait ressortir les lambeaux de sa conscience du fond de son cerveau, même si elle ne s’adoucissait pas au contact des autres, la prison glacée dans laquelle était enfermée son cœur commençait doucement à fondre et désormais les seuls buts qu’elle poursuivait étaient survivre et faire survivre.  

Histoire jusqu'à l'Apocalypse

10/06/2017

La petite Erika dévala les escaliers en entendant la sonnette à l’entrée. En plein préparatifs pour son anniversaire, elle attendait avec impatience l’arrivée des invités. Dans la pièce voisine son père, fraîchement revenu d’un voyage d’affaire gronda :

“Erika, ne cours pas dans les escaliers, tu vas tomber.”

L'après-midi venait à peine de commencer mais ses amies n’étaient jamais en retard. Son père arriva en même temps qu’elle devant la porte et la prit dans ses bras et l’embrassa avant de regarder par le judas de la porte. La petite fixait son père, des étoiles dans les yeux et remarqua donc facilement que l’expression de son père changea du tout au tout. Inquiète, elle voulut regarder elle aussi pour le judas de la porte mais avant qu’elle y parvienne, son père la reposa au sol et lui parla d’une voix qui se voulait rassurante :

“Va retrouver maman dans sa chambre, et surtout, même si tu entends du bruit, tu restes là haut. Papa t’aime.”

Sans laisser l’occasion à la petite de protester, il la poussa vers les escaliers alors que les coups à la porte redoublaient d’intensité. Courant vers la chambre de sa mère, la petite n’entendit que la porte venir s'écraser sur le mur de l’entrée et des voix puissantes se couvrirent les unes les autres.
S’enfermant dans la chambre, elle se tourna timidement vers sa mère. Cette dernière n’avait pas bougé. Elle aimait cette femme, mais elle détestait être dans cette chambre, une odeur nauséabonde semblait imprégner aux murs et l’ombre de celle qui avait été une femme resplendissante l’effrayait toujours un peu. Mais aujourd’hui, elle avait peur et courut se réfugier dans les bras maigres, enfouissant sa tête sous la couette et fondit en larmes.
Le calme semblait revenu et seuls des sons lourds de pas arpentaient les pièces jusqu’à finalement s'arrêter devant la porte. Un jeune homme pénétra dans la chambre, arborait un uniforme de police et grimaça en remarquant l’enfant et la femme. Il se racla la gorge, mal à l’aise :

“Je euh, votre mari est en état d’arrestation, il sera emmené au poste de police pour être interrogé.” Se tournant ensuite vers l’enfant : “Tu devras aller dans ta chambre, je dois parler avec ta maman.”

Des larmes plein les yeux, Erika s'exécuta et attendit en silence debout dans sa chambre.

03/07/2017

Déjà 23 jours. 23 jours sans nouvelles de son père. Pourtant il n’était jamais parti sans prévenir. Sans lui dire au revoir. La petite passait ses journées à la fenêtre, guettant toutes les voitures, tous les passants, comme si son père pouvait surgir à tout moment.
Pourtant, en cette matinée pluvieuse, seul un homme, qu’elle ne connaissait pas, vint frapper à la porte, demandant à parler à sa mère.
Dès le départ de celui-ci, l'enfant se précipita vers sa mère, les yeux pleins de questions. Mais en croisant le regard douloureux de sa mère, elle comprit. Un “accident”. C’est ce que l’homme avait dit. Son père avait eu un accident et ne reviendrait plus à la maison. "Plus jamais", concept bien compliqué pour une enfant comme elle. Les hommes qui lui avait pris son père ne l'avaient pas protégé. L’esprit de l’enfant ne pouvait tolérer une telle douleur et elle passa de nombreux jours à pleurer l'absence de l'homme qu'elle admirait par dessus tout.

23/09/2020

Les seules choses dont elle se souvenait était la fureur qui l’avait envahi. Encore ces hommes, ceux qui avait pris son père, non content d’avoir détruit sa famille, voilà qu’ils revenaient l’arracher à sa mère. Elle qui avait sacrifié sa santé pour l'élever, qui étaient-ils pour juger de l'intégrité de son foyer ? Les larmes et les cris n’y avaient rien fait et elle se vit partir dans une voiture, sa mère sur le pas de la porte, effondrée.
Le trajet avait été long, trop long et la destination effrayante. La voiture s’arrêta devant un immense bâtiment lugubre et elle fut guidée sans ménagement dans une chambre aseptisée, avec un simple lit, une commode et un bureau pour tous meubles. Du long couloir qu’elle avait parcouru, elle déduisit que derrière chaque porte se trouvait le même genre de pièce.

--/--/2025

Elle avait perdu le compte des jours depuis son arrivée. Résignée, elle avait compris qu’elle ne reverrait probablement jamais sa mère non plus. Adolescente difficile, elle savait qu’elle ne sortirait d’ici qu’à sa majorité. Personne n'adoptait les enfants déjà âgés, et encore moins ceux présentés comme difficiles. En attendant, soucieuse de poser le plus de problème possible, elle prenait un malin plaisir à s’enfuir plusieurs jours de suite pour ne réapparaître qu’avec des bleus et autres ecchymoses, trainant dans les rues et bars mal famés.
Étant une des aînées de l’orphelinat, les encadrants ne tentaient même plus de la raisonner, la laissant faire à sa guise. Pourtant, dans l’ombre des quartiers mal famés, elle avait fait des rencontres. Pas de bonne fréquentations en soit, mais simplement des gens qui pouvaient la sortir de sa morne routine. L’appât du gain gagna rapidement le combat contre sa conscience, et elle commença à se prostituer, se fit rapidement approcher par une organisation et travailla pour eux. Ses services en échange d’un peu d’argent, d’une protection et de drogue, un salaire plus qu'honnête en ces lieux. La violence régnait dans ce milieu mais elle apprit rapidement à faire profil bas lorsqu’il le fallait.  
Peu à peu, elle finit elle aussi par avoir des clients habitués et gagna en importance en même temps que ces derniers montaient dans la hiérarchie du groupe. De simple prostituée, elle passa doucement à Escort et c’est à l’occasion d’un repas d’affaire d’un de ses clients qu’elle rencontra Žigmund Baník, second de l’organisation pour laquelle elle travaillait les головорезы, un gang aux grandes ambitions. Bien consciente de son rang, la jeune femme se contenta simplement de répondre aux questions directes qu’on lui posait et son comportement plu au second et elle fut conviée quelques jours plus tard à le rencontrer à nouveau.
Bien que son utilité première restait celle d’un objet de pouvoir et de plaisir, l’homme cherchait à en savoir plus sur elle, son passé et ses ambitions tout en restant discret sur lui-même. Les rencontres se multiplièrent et une affection naquit doucement entre les deux.
Si bien qu’après un an, elle fut invitée à une rencontre plus officielle avec les membres importants de l’organisation. Ces derniers la jugèrent et la jaugèrent avant de finalement accéder à la requête de Žigmund Baník et de consentir à son intégration dans le groupe, au plus bas de l’échelle.  
Désormais officiellement membre du groupe, et malgré son statut de protégé du second, elle dû faire preuve très tôt de la maturité nécessaire et ne cessa de travailler pour faire ses preuves. Benjamine du gang et formée par tous les autres membres, devenant polyvalente rapidement malgré son âge, elle s’endurcit rapidement, engrangeant expériences et cicatrices coup sur coup. L’expérience par les conseils et la pratique et les cicatrices par les rixes, les échecs et les punitions infligées par son propre groupe. Chaque acte avait des conséquences et de ceux-là résultaient félicitations ou réprimandes musclées.

21/10/2029

Après une altercation plus violente qu’à l’accoutumé avec la police, suite à la revendication d’un nouveau quartier, Erika perdit Žigmund Baník, qu’elle considérait désormais comme son deuxième père. Malgré le soutien de sa famille, son environnement de vie la fit rapidement s’en remettre au cannabis plus fortement qu’auparavant, laissant les volutes de fumée masquer la douleur, ne vivant qu’à travers la vengeance et la haine envers cette "autorité" qui lui avait encore une fois ôté ses attaches.
Sous les conseils du chef, Yunevich Gennadiyevich, bien conscient de la difficulté de son rôle et de l’espérance de vie courte dans les gangs, elle prit à son tour un apprenti : Miloje Havel, enfant des rues aussi, qu’elle considérera comme son petit frère, pour le former comme elle avait été formée. Ce gamin et sa formation eurent le mérite de la faire décrocher quelque peu de la drogue, bien consciente de sa nouvelle tâche et de ce qu’elle risquait en échouant. Cet arrêt résultait davantage de la crainte et de l’obligation que d’une réelle volonté propre.
De nombreuses escarmouches et affrontements laissèrent à Erika des cicatrices importantes mais elle ne laissera jamais tomber les membres de son groupe. Jusqu’à enfin mériter le tatouage commun au groupe :  un bebout et un  kinjal entrecroisés, signe de son intégration et de son dévouement total au groupe

08/10/2030


C’est à cette date que le destin du groupe fut scellé : Belinskaya Edita Ivanovna, chargée de la récolte des informations pour le groupe avait cédé à un chantage contre de l’argent et une protection ultérieure, et aurait donné des informations compromettantes à la police. Le groupe est interpellé dans un laboratoire pharmaceutique dans lequel ils se fournissaient en pseudoéphédrine. Des coups de feu sont échangés et des fûts inflammables sont touchés, explosant alors, tuant sur le coup Yunevich Gennadiyevich, Sultanova Khristya Victorovna, Boris Cermak, Velichko Jovanović et Miodrag Karanović. Les autres membres du groupe s’en tirent avec de graves blessures et hématomes.
C’est le cas d’Erika qui aura toute une partie du visage brûlé et un œil tellement abîmé qu’il ne pourra pas être sauvé. Un fragment de métal brûlant viendra aussi se loger dans son ventre, lui ôtant définitivement toute possibilité d'enfanter un jour.
Grâce à ses derniers contacts extérieurs, membres du groupe déjà en cavale et travailleurs de la rue dont elle était restée proche, elle put s'enfuir de l'hôpital où elle était soignée avant de pouvoir être interpellée et fuit à travers le monde.
Avec de faux papiers, que le groupe possédait en quantité, cachés dans des endroits stratégiques, Erika embarquera dans un train en direction du Kazakhstan. Là bas, avec ses économies, elle trouvera une clinique qui achèvera de la remettre sur pied du mieux possible, en gardant le silence, en échange d’une liasse supplémentaire. En juillet de l’année suivante elle prendra la route avec quelques travailleurs saisonniers, en direction d’un chantier de fouille archéologique en Grèce, à plusieurs jours de route en voiture.
Elle risquait gros, mais le jeu en valait la chandelle. De là bas, elle pourrait plus facilement se déplacer.  
Après un long trajet et quelques sueurs froides lors des contrôles d’identité, Erika arrive enfin à Kavala, tout au nord de la Grèce. Et après une saison à travailler comme manœuvre pour des employeurs peu regardant, elle avait enfin assez d’argent et grâce aux nombreux échanges avec les autres travailleurs de toutes les nationalités, elle avait réussi à acquérir quelques bases d’anglais, suffisante pour tenir une conversation simple.  
Elle dépense alors ses dernières économies pour changer définitivement de continent : destination Dallas au Texas.
Encore une fois, ses papiers trompèrent les autorités et elle arriva donc sur le territoire américain sous le nom de Lidina Maximovna. Mais sans le sou, elle fut d’abord contrainte de recommencer à vendre son corps, au moins pour avoir de quoi manger. Mais l’avantage est que les USA ne sont pas mieux lotis de la Russie et dans les quartiers sombrent y trainent le même genre de racaille. Elle ne mis pas longtemps à retrouver une clientèle que son apparence physique ou ses vagues rudiments d’anglais suffisaient à contenter.
Mais c’est une fois en sécurité et exempte de toute inquiétude quant à une potentielle incarcération que lui revinrent en tête les événements des années précédentes, comme un train lancé à vive allure, déversant un flot de wagon de pensées qui s'entrechoquent Et encore une fois, seule la fumée d’un joint parvenait à calmer son cerveau.
Les deux années suivantes se passèrent ainsi, dans un squat insalubre avec d’autres perdus le jour et dans les bras d’un homme différent chaque soir.

--/04/2034

L’esprit toujours embué et engourdi par les joints et l'alcool, les premiers temps de la crise ne lui parvinrent qu’à travers un prisme déformé, les pensées toujours tournées vers ceux qu’elle avait perdu, des cauchemars réguliers la tourmentant. Sa vie aux USA ne la changeait pas vraiment de celle en Russie, entre drogue, alcool et violence mais elle était désormais seule, et sans nouvelle. Pourtant la réalité s’imposa violemment à elle lorsqu’elle vit son propre dealer être attaqué et déchiqueté par un autre client. Horrifiée mais toujours partagée entre la réalité et le monde qu’avait créé les drogues, elle resta enfermée dans le squat miteux  qu’elle avait trouvé à Fort Worth ce qui lui sembla être des semaines. Les informations extérieurs ne lui parvenant que difficilement, apportées par les autres squatteurs avec qui elle vivait.

--/05/2034

Malgré le manque de drogue douloureux, les anciennes habitudes et les réflexes de survie de la rue revinrent rapidement et avec l’aide des quelques perdus avec lesquels elle vivait, la jeune femme réunit de quoi survivre : vivres, eau et surtout armes. Elle savait très bien manier les armes blanches et maîtrisait convenablement  les armes à feu. Sortant de l'abri seulement quand cela était nécessaire, elle restait méfiante en toute circonstance et regagnait rapidement la sécurité du squat vaguement barricadé.  
Ce premier mois de sevrage total fut compliqué mais l'urgence de la situation et le temps firent leur œuvre et elle retrouva peu à peu sa robustesse et sa force d'antan et n’hésitait pas à se battre pour sauver sa peau ou voler aux autres les maigres trouvailles faites en ville. Enterrant du mieux qu'elle pu au fond de son cerveau sa conscience, l'entrainement dont elle avait bénéficié en Russie lui servit grandement.

--/06/2034

Malheureusement la sécurité toute relative de leur camp ne fut pas suffisante et le mal frappa directement leur rang, touchant le benjamin du groupe, Tonio. Bientôt à cours de provision, le groupe décida de partir plus loin à la recherche de vivres et d'un lieu plus sûr.

24 ans. Elle qui était pourtant habituée à la solitude aurait donné beaucoup pour retrouver des visages familiers pour fêter son anniversaire. Mais tout ce qu’elle voyait autour d’elle n’était que désolation et visages décharnés, encore à peine humains. Cela faisait maintenant 17 ans que son père avait disparu, mais elle chérissait chaque souvenir de lui, quand bien même était-il un criminel, tout ce qu'il avait fait, il l'avait fait pour le bien de sa famille. Certaines nuits, elle rêvait encore de ce septième anniversaire tragique.

--/07/2034

A quoi bon ? A quoi bon continuer à vivre si c’était pour se terrer dans des trous, vivre comme de vulgaires proies. Condamnés à fouiller les ordures. N’aurait-elle pas mieux fait de mourir avec les siens, en Russie. Pourquoi avait-elle survécu ?
Ces idées noires tournaient en boucle dans sa tête sans qu’elle puisse s’en défaire, leurs souvenirs constamment ravivé par la marque indélébile sur son visage. Elle avait beau les ignorer, elle sentait les regards interrogateurs ou dégoutés des autres. Et plus que tout, la cicatrice sur son ventre lui rappelait son incapacité à pouvoir enfanter. Non pas qu'elle veuille d'enfants pour le moment, mais c'est privé d'une possibilité qu'on en prend toute la mesure.
Peu à peu, le groupe de survivants se réduisant comme peau de chagrin, les plus faibles succombant davantage au manque de nourriture qu’aux horreurs dehors, tandis qu'Erika tentait désespérément de garder la tête hors de l'eau.  

--/08/2034

Alors en vadrouille à la recherche de quelques objets d'intérêt dans les décombres d’un magasin, Erika tomba nez à nez avec une petite fille larmoyante. Cette rencontre eut l’effet d’un déclic sur elle. L’enfant venait de perdre ses parents et semblait vouée à une mort certaine et dans ses yeux Erika lut la même détresse qu’elle avait pu ressentir en perdant toutes les personnes à qui elle tenait. La conscience qu'elle avait jusque là réussit à museler du mieux qu'elle pu rejaillit et elle ne put laisser l'enfant à son sort.
Les yeux de la petite ressemblaient furieusement à ceux de son apprenti, Miloje, dont elle n’avait plus aucune nouvelle. Même si cela représentait une bouche de plus à nourrir, elle ne put se résoudre à laisser l’enfant seule derrière.
Ce choix fut mal perçu par son groupe, refusant de s'embarrasser de bouche inutile, et elle fut forcée de partir seule avec la fillette, Sonia.  Le duo commença alors son errance.



Equipement Porté :
Capacité : 2/6
Poing américain
Couteau papillon
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 0/3
-
Contenants Personnels :
Dos 12/15
Petit sac
Tente tunnel (10)
Lampe dynamo (2)
Personnages Liés :

Erika M. Svyatoslavnia


Fiche de personnage
Points de RP:
 Erika Mariya Svyatoslavnia Debuba1150/2000 Erika Mariya Svyatoslavnia Videba10  (50/2000)
Etat Mental:
 Erika Mariya Svyatoslavnia Debuba1050/100 Erika Mariya Svyatoslavnia Videba10  (50/100)
Informations scénaristiques:
Erika M. Svyatoslavnia

Mar 15 Mar - 22:27
Quelle(s) zone(s) de l'État votre personnage a fréquenté ?

Arrivée à Dallas, la jeune femme s'installa rapidement à Fort Worth, dans un squat lugubre proche de la Texas Christian University, Erika et son groupe se rapprochèrent du Fort Worth Zoo, réserve de nourriture conséquente pour ceux qui n'avaient pas peur de se salir les mains.
Après avoir été chassée de son premier groupe, elle se dirigera avec Sonia et quelques dizaines d'autres personnes vers Waco, toujours au Texas et s'installera un moment sur les berges du Waco Lake. C'est là qu'ils passeront plusieurs mois, entre ville et campagne, dans un camp de fortune constitué de carcasses de voitures et de bateaux empilées.
Après la découverte de l’existence d’une Safe Zone à Houston, le groupe commencera une lente marche dans cette direction, longeant la Hwy 6.



Dans quel(s) groupe(s) votre personnage a-t-il évolué ?

Premier groupe : composé de rejetés de la société, de parias et d’inadaptés sociaux. La violence plus que l’entraide était de mise. Pour quelques grammes de cocaïne, des querelles violentes et sanglantes pouvaient éclater. Le groupe existait parce qu’ils n’avaient pas le choix de cohabiter pour rester en vie mais chacun avait rapidement retrouvé ses instincts primaires et n’hésitait pas à sacrifier son voisin pour espérer vivre un peu plus longtemps. Le groupe chassa Erika sans merci lorsqu’elle revint avec une jeune enfant.

Deuxième groupe : cette fois uniquement composé de personnes rejetées par les groupes les plus forts. C’est Erika, avec l’aide de Julio et Noah qui en prendra la tête, animés par le même but : faire survivre le plus. Certes il y eu des pertes mais toujours au profit du plus grand nombre plutôt qu’à celui d’une minorité plus puissante. Ce groupe alla en grandissant jusqu’à atteindre une soixantaine de personne et l’ambiance, bien que pesante, était bien plus à l’entraide, la camaraderie et à la volonté de survie de groupe qu’à l’égoïsme. Erika tentait d'appliquer les règles qu'elle avait connu en Russie : ne laisser personne du groupe derrière et si certains avait pu trouver effrayante cette femme au visage abimé, elle avait rapidement fait disparaitre leurs craintes.



Comment votre personnage a vécu la seconde apocalypse ?

Lorsque les coureurs et chasseurs nocturnes apparurent, le groupe ne voulut tout d’abord pas croire aux rumeurs, qu’ils pensaient être propagées dans le simple but de faire fuir les survivants d’autres camps. Mais forcé est de constater l’impensable, le groupe se replia davantage sur lui-même, s’emmurant derrière des barricades toujours plus hautes. Si les nouvelles calamités permirent de faire cesser quelque temps les affrontements avec d’autres groupes, elles apportèrent leur lot de doute et de crainte.
La nuit, les enfants et les plus fragiles avaient ordre de se barricader et de ne faire aucun bruit jusqu’au lever du soleil, pendant que ceux qui savaient manier des armes et se défendre se postaient dans des voitures, immobiles et à l'affût de tous mouvements suspects.
Malgré ces précautions, une vingtaine de personnes périrent, sans que l'on puisse identifier clairement les responsables. De leur passage ne subsistait que des traces de sang et autres viscères répandues au sol
Erika se sentait terriblement impuissante face à cette nouvelle menace, bien consciente que rejoindre une Safe Zone semblait être leur dernière chance de survie, tout en sachant que se déplacer à découvert causerait forcément de lourdes pertes dans ses rangs.


Mentionnez des moments forts de la survie de votre personnage :

03/06/2034 : Perte douloureuse : Mort de Tonio, benjamin de son premier groupe, seule personne de qui Erika était proche.
07/08/2034 : Événement marquant : Rencontre de Sonia, déclic psychologique pour Erika qui décidera de la prendre avec elle, perdant ainsi sa place dans son premier groupe.
10/08/2034 : Événement marquant : Rencontre avec Julio et son frère Noah , jeunes hommes de son âge, ayant perdu leur famille, eux aussi désireux de protéger le plus de monde possible.
29/08/2034 : Installation du camp au bord du Waco Lake, fondation du groupe, avec déjà une vingtaine de personnes présentes. Erika et Julio en sont les principaux décideurs. Vie en relative harmonie et adaptation progressive au nouvel environnement.
17/02/2035 : Perte douloureuse : Mort de cinq membres du groupe dans une escarmouche avec un autre groupe de survivants.
23/05/2035 : Perte douloureuse : Mort de Julio, probablement tué par la nouvelle menace. Pas de trace, pas de corps, aucun deuil possible. Erika se retrouve donc seule avec Noah à la tête du groupe, avec la lourde tâche de protéger tout le monde.
15/11/2035 : Survie difficile et lourdes pertes. Erika prend la décision compliquée de prendre la route, pour tenter de rejoindre la Safe Zone d’Houston, seule chance de survie du groupe déjà considérablement affaibli

Qu'est-ce que votre personnage a fait pour survivre ?

Erika a déjà côtoyé la mort, que cela soit celle de ses cibles comme celle de ses amis, celle de son père, celle de Žigmund Baník, des membres de son groupe. Elle sait que la vie est cruelle, mais elle est reconnaissante d'avoir pu avoir deux familles. En pleine perte de repères face à cette apocalypse qu'elle ne comprend pas, elle cherche à nouveau le sentiment de vague sécurité qu'elle avait pu ressentir auparavant.  
Mais dans ce nouveau monde, tous les coups sont permis et la dignité est quelque chose dont on ne peut plus s'embarrasser. Et tout autour d'elle, elle voyait les plus forts rejeter les plus faibles, préférant garder pour eux vivres et médicaments plutôt que de partager. Si eux n'avaient plus de scrupules, elle n'en avait pas plus à proposer des relations sexuelles aux hommes qui refusaient d'aider les autres avant de les neutraliser et de partir avec leurs biens lorsqu’ils mordaient à l’hameçon. Elle estimait que c'était nécessaire pour la survie du plus grand nombre et ne ressentait aucune culpabilité.  


Equipement Porté :
Capacité : 2/6
Poing américain
Couteau papillon
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 0/3
-
Contenants Personnels :
Dos 12/15
Petit sac
Tente tunnel (10)
Lampe dynamo (2)
Personnages Liés :

Erika M. Svyatoslavnia


Fiche de personnage
Points de RP:
 Erika Mariya Svyatoslavnia Debuba1150/2000 Erika Mariya Svyatoslavnia Videba10  (50/2000)
Etat Mental:
 Erika Mariya Svyatoslavnia Debuba1050/100 Erika Mariya Svyatoslavnia Videba10  (50/100)
Informations scénaristiques:
Erika M. Svyatoslavnia

Mar 15 Mar - 22:47
Récit d'Arrivée à Houston

Après un départ contraint de leur camp de Waco Lake, le groupe se mit lentement en route D’après les cartes et les calculs, il y en avait pour à peu près 70 h de marche soit une semaine à condition de se déplacer d’un bon pas. Mais chargés comme ils l’étaient, avec des enfants et l’obligation de monter et démonter le camp tous les jours avant la tombée de la nuit, Erika estima le voyage à presque un mois.
La route était longue et fastidieuse, le groupe avançait lentement à hauteur d’à peine quelques kilomètres par jour, longeant la Hwy 6. Ils devaient prendre en compte la fatigue générale, l’état psychologique de chacun et surtout le fait de devoir monter des camps dans des zones plus sûres avant la tombée de la nuit. Certains jours, ils restaient même dans le camp, occupés à panser les blessures des survivants, incapable d’avancer davantage. Les quelques véhicules trouvés sur la route arrivaient rapidement à court de carburant et malgré ses talents de pilote, Erika ne put pas faire grande choses des carcasses déjà siphonnées.
Et enfin, presque un mois après leur départ, ils aperçurent l’ombre de la Safe Zone. Ils avaient perdu beaucoup de monde en route et sur la cinquantaine de personnes parties du lac, seul une dizaine de survivants arrivèrent, dont Noah et Sonia. La jeune enfant peinait grandement à suivre le groupe et voyant qu'elle retardait tout le monde, Erika ordonna au groupe de se diriger seul vers la Safe Zone pendant qu'elle restait avec Sonia. La masse se lança à l'assaut des derniers kilomètres, Noah à leur tête.
Ce n'est que le lendemain matin, après une nuit passée à veiller, qu'Erika et Sonia suivirent les traces de leurs compagnons.
Toutes les deux étaient épuisées, fourbues et dans le cas d'Erika, les morts qu’elle n’avait pas su éviter lui laissait un goût amer sur la conscience, mais l'espoir était enfin permis.


Equipement Porté :
Capacité : 2/6
Poing américain
Couteau papillon
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 0/3
-
Contenants Personnels :
Dos 12/15
Petit sac
Tente tunnel (10)
Lampe dynamo (2)
Personnages Liés :

Erika M. Svyatoslavnia


Fiche de personnage
Points de RP:
 Erika Mariya Svyatoslavnia Debuba1150/2000 Erika Mariya Svyatoslavnia Videba10  (50/2000)
Etat Mental:
 Erika Mariya Svyatoslavnia Debuba1050/100 Erika Mariya Svyatoslavnia Videba10  (50/100)
Informations scénaristiques:
Erika M. Svyatoslavnia

Mar 15 Mar - 22:48
Bonjour à tous,
Après quelques ajustements pour la nouvelle fiche, je pense que cette dernière est terminée.
J'attend vos retours pour les corrections.
Equipement Porté :
Capacité : 2/6
Poing américain
Couteau papillon
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 0/3
-
Contenants Personnels :
Dos 12/15
Petit sac
Tente tunnel (10)
Lampe dynamo (2)
Personnages Liés :

Kyle Collins


Fiche de personnage
Points de RP:
 Erika Mariya Svyatoslavnia Debuba1190/2000 Erika Mariya Svyatoslavnia Videba10  (90/2000)
Etat Mental:
 Erika Mariya Svyatoslavnia Debuba100/100 Erika Mariya Svyatoslavnia Videba10  (0/100)
Informations scénaristiques:
Kyle Collins

Mar 15 Mar - 23:12
Bonsoir Erika et merci !
J'archive l'ancienne fiche. On te fera un retour très vite !
Equipement Porté :
Capacité : 0/7

-
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 0/3
-
Contenants Personnels :
N/A

Jarod Blake


Fiche de personnage
Points de RP:
 Erika Mariya Svyatoslavnia Debuba11155/2000 Erika Mariya Svyatoslavnia Videba10  (155/2000)
Etat Mental:
 Erika Mariya Svyatoslavnia Debuba1050/100 Erika Mariya Svyatoslavnia Videba10  (50/100)
Informations scénaristiques:
Jarod Blake

Mer 16 Mar - 19:50
Bonjour Erika,

Comme promis, je te fais un retour sur ta fiche. Précision vouée à devenir une tradition : ce retour inclut ceux de Strempton (Ivy) et DVK (Kyle) que j'intègre à cette synthèse, quand bien même j'emploie la première personne du singulier par facilité.

Note : j'aime développer mes réponses, et pas juste poser des corrections/remises en question brutes et froides, ne te formalise pas de la longueur.

Tout d'abord, merci à toi d'avoir si rapidement mis en pratique le nouveau modèle de fiche, et de nous avoir donné ton avis à ce sujet. Cela nous aide et c'est une preuve indéniable de ta motivation pour le personnage.

En second lieu, je tiens à souligner la qualité de ton écriture : tu as une belle plume et le récit est très clair, en plus d'être joliment narré. La lecture a été agréable pour moi et sache d'emblée qu'une bonne partie convient tout à fait et propose un point de vue intéressant.

La suite va donc avoir pour but de perfectionner plus que des corrections bêtes et méchantes.

Puisqu'il y a en effet quelques points qui interpellent. Ceci étant, et si je ne dis pas de bêtise, il s'agit d'un premier personnage sur un forum de jeu de rôle, la qualité d'écriture mise en parallèle à ces quelques nœuds paraît assez logique de ce point de vue, en le sens où il y a peut-être un brin d'excès qui est assez normal pour une première. Je vais m'expliquer en scindant ça en plusieurs parties :


- Description Physique -

Une première chose : la précision d'une silhouette souple et remarquablement musclée va nécessiter, fatalement, des paliers dans les disciplines Force et Agilité.

Plusieurs choses m'interpellent du point de vue de la viabilité. Ceci étant, je note que mon impression première est le souhait d'intégrer dans le RP les caractéristiques liées au choix de l'avatar, ce que je trouve pertinent, cependant le film dont est tiré l'avatar, qu'on l'aime ou non, a un côté absurde totalement assumé là où sur ce type de jeu de rôle, le « réalisme » est un facteur essentiel.

Je m'interroge donc sur le fait qu'elle aurait le visage régulièrement recouvert de « divers fluides », de « crasse noire » et son œil intact qui serait « injecté de sang ». À quoi ces trois éléments font-ils référence ? Par exemple, un œil constamment injecté de sang est alarmant du point de vue de la santé, ce n'est pas normal et peut (très certainement) être le signe de quelque chose de foncièrement grave. Je veux bien une réponse de ta part sur les trois éléments cités.

Si c'est purement esthétique, je te suggérerais d'y réfléchir, car ça ne peut pas être anodin. ^^

Erika a une importante brûlure au visage. Comment la conçois-tu ? Si elle n'a pas eu une greffe de peau suite à sa blessure, cette brûlure a des chances d'entraîner des douleurs régulières, être une partie fragilisée, voire entraîner des risques, notamment de sensibilité à toutes sortes de choses (dont le soleil). Je trace un gros trait sur la question pour ne pas m'éterniser, mais tu vois l'idée, les grands brûlés souffrent au quotidien de leurs blessures. J'aimerais savoir comment tu visualises de telles séquelles.

Je mets l'accent sur l'œil perdu : il faut avoir conscience (je ne dis pas que ce n'est pas le cas, je préfère préciser pour être sûr), qu'un tel handicap va nécessairement entraîner des faiblesses et des désavantages, sur divers plans : combat, actions physiques, perception, pilotage, etc... n'avoir qu'un œil viable est un handicap très important, je voudrais que tu sois sûre de ce choix avant de l'ancrer dans le RP sachant que cela impactera les capacités d'Erika dans la plupart des disciplines avec des malus variables aux actions et réussites.

Concernant l'état de ses veines, si j'ai bien saisi le background, Erika s'est sevrée depuis l'apocalypse. Une personne qui a de telles conséquences physiques en étant activement droguée est déjà dans une situation terrible (voire proche de sa fin à cause d'une infection du sang, etc...), pour une personne censée être sevrée, cela va nécessairement se traduire par quelque chose d'extrêmement grave du point de vue de la santé et de son espérance de vie, sans parler des incohérences que cela va entraîner avec les accomplissements d'Erika, pour des tas des raisons. Je pense qu'il est préférable de supprimer ce passage et simplement évoquer des cicatrices liées à ses piqures passées. Je reviendrais sur le sujet de la drogue plus bas.


- Description Psychologique -

Rien de particulier hormis l'accent porté sur la drogue, mais je reviendrais dessus plus bas comme dit.


- Histoire jusqu'à l'Apocalypse -

Rien à redire jusqu'à la fin de la partie 2025 sinon deux choses :

Le fait qu'elle soit recrutée dans un gang, sans véritable raison apparente, en tant qu'homme de main alors qu'il s'agissait d'une jeune femme. Mais je reviendrais dessus plus bas.

Je note ceci : « elle s’endurcit rapidement, engrangeant expériences et cicatrices coup sur coup. » Est-ce que tu peux m'en dire un peu plus ? J'aimerais avoir une idée de ce que peut impliquer cette partie.

Concernant la partie 21/10/2029 : Passage pas forcément évident à comprendre, du fait du lien entre la drogue (qui semble être centrale de par son évocation régulière et excessive en pratique) et l'idée qu'elle ait pu être en état d'avoir un apprenti, le former et même participer à des escarmouches et affrontements. Plus bas !

Concernant la partie 08/10/2030 : Comment parvient-elle à traverser l'Europe et atteindre les USA ? Ça semble être extrêmement compliqué, surtout dans sa situation : blessée, manquant d'argent, de moyens et de relations, de rejoindre les USA en traversant une bonne partie du monde. J'aimerais savoir comment tu l'imagines. Concernant la suite, l'implication de la drogue me fait de nouveau tiquer.

Autrement, il y a un point en particulier qui a attiré mon attention : « Le sang sur ses mains lui permit de se sentir à nouveau vivante. »

Tuer est un acte contre nature, ce n'est pas anodin, tout comme faire souffrir autrui, ce à moins d'avoir des tares psychologiques très importantes. Tel que le background présente Erika et particulièrement à ce point culminant, il en ressort qu'elle est en partie voire totalement sociopathe, ce qui va aller à contrario de la partie post-apo où, en particulier avec son deuxième groupe, elle apparaît presque samaritaine.

Qu'elle soit déviante est un choix, toutefois, j'aimerais être certain que tu comprennes ce que cela implique, un sujet y est dédié ici (lien) et va forcément concerner le personnage si tu conserves cette propension un peu trop facile à tuer, blesser et faire souffrir. Si oui, il faudra aussi réfléchir à l'existence de son second groupe, où les choses semblent trop bien se passer avec Erika en leader, compte tenu de sa personnalité très perturbée, car elle met en pratique cette soif de sang avant même la venue de l'apocalypse et quelconque nécessité.


- Qu'est-ce que votre personnage a fait pour survivre ? -

Citation :
Erika a déjà cotoyé la mort, que cela soit celle de ses cibles comme celle de ses amis. Même si elle finit par aider son prochain et surtout les plus fragiles, elle n’hésite pas à voler, torturer et tuer les autres.

Ce passage est la synthèse d'un des points qui m'ont interpellé, cette sorte de double personnalité, ainsi que je le perçois, entre la Erika violente, cruelle et très antipathique, qui n'a aucun scrupule à manipuler et faire du mal, notamment dans la manière dont elle piège des hommes, et la description de son second groupe, ainsi que son relationnel d'avec Noah et Sonia, où les choses semblent peut-être un peu trop bien se passer. En le sens où Erika paraît être une tout autre personne, altruiste, sensible, protectrice, impliquée, empathique et posée, gérant le groupe de la « bonne manière » permettant une certaine harmonie.

Ces deux aspects semblent tout à fait antagonistes, je pense qu'il y a un désir d'impliquer diverses choses, deux visions d'un même personnage par envie d'interprétation, mais qu'un choix est sans doute à faire. Bien sûr, il peut y avoir des nuances et une évolution, néanmoins la présentation laisse une impression d'extrême dans les deux sens, ce qui n'est pas possible. Pourrais-tu nous partager ta vision là-dessus ?

- Récit d'Arrivée à Houston -

Un point à modifier ici. Si tu souhaites qu'Erika soit accompagnée de PNJs, même s'il s'agit d'une enfant, il lui faudra des paliers dans la discipline Influence, sachant que le nombre maximum de PNJs est de trois par PJ. De ce fait, soit Erika finira son périple seule jusque devant les portes de l'Oasis, soit avec Sonia et/ou Noah, si tu souhaites les intégrer via la discipline évoquée. Quant aux autres PNJs, il faut une raison expliquant qu'elle en soit séparée.

Aparté : il faudra mesurer le fait qu'Erika soit si bonne pilote si elle reste effectivement borgne, son champ de vision étant réduit de moitié et ses réflexes forcément très handicapés.

- Points Culminants -

Je vais ici développer trois aspects qui ont tendance à coincer un peu, rien de méchant, ce n'est pas un refus attention, juste que ça mérite réflexion. Je t'explique pourquoi.

Erika est recrutée par un gang en tant qu'homme de main, vraisemblablement. Ça semble un peu trop brut. C'est une jeune femme qu'un gang vient un peu chercher par hasard et la former, alors qu'elle n'a pas - pragmatiquement - de valeur sensée pour ce type d'individu, dans ce que cela renvoi. C'est d'autant plus frappant au contexte, pays de l'Est oblige. Il serait, je pense, mieux venu qu'elle soit d'abord une exploitée, comme c'est malheureusement souvent le cas, par exemple contrainte à devoir fournir des services sexuels après avoir été embrigadée par le gang et maintenue en captivité par l'intermédiaire de narcotiques, quelque chose d'approchant (ce qui ramène à la dépendance). Erika serait en premier lieu une victime de ce gang et avec le temps, pourquoi pas, parvenir à tirer son épingle du jeu en faisant preuve d'intelligence et de caractère, jusqu'à attirer l'attention d'un membre haut placé de ce gang qui l'orientera vers un rôle nouveau tout en étant plus mesuré qu'un membre guerrier pur et dur vu ses origines.

Globalement, son passif criminel paraît présent davantage dans l'objectif de justifier des capacités la préparant à un contexte difficile comme l'apocalypse, du fait que ça n'a pas forcément d'impact par la suite, particulièrement comme évoqué de la manière dont elle s'occupe de son groupe et se comporte avec entraide.

Le fait qu'Erika soit russe est tout à fait viable et ça peut être une bonne idée, mais il n'y a rien qui ressorte véritablement de cela. Elle ne rencontre pas de problème à émigrer, à priori, n'a pas de problème de barrage de la langue alors que son niveau d'éducation reste supposément très superficiel et de cela donne l'impression de lui donner une origine juste pour la forme. C'est peut-être une interprétation de notre part du fait que tu as été concise dans la narration. Est-ce que tu pourrais donner ton ressenti à ce sujet ?

Le sujet de la drogue est un peu superflu, je le crains. On sent que tu as voulu y mettre l'accent, en l'évoquant de nombreuses fois et avec des causes très violentes, mais au final, ça ne semble pas avoir d'importance ni conséquence. Elle finit jusqu'à être totalement et profondément dépendante, l'ombre d'elle-même, pourtant elle poursuit ses activités dans le gang, s'enfuit borgne et handicapée et même est en capacité de former un apprenti ainsi qu'assassiner une personne, etc... la drogue est décrite comme un grave problème, qui dans ce contexte, devrait la rendre complètement malade et passive tant elle est addicte, toutefois avant d'arrivée aux USA, ça paraît artificiel.

Si le passage aux USA où elle est dans un squatte avec d'autres drogués fait un peu mieux écho à ce type de personne tristement dépendante et « paumée », ça n'est pas le cas avant où c'est une criminelle endurcie et après, parvenant à se sevrer (sans aide ?) en un mois et en pleine apocalypse tout en ayant des réflexes de survie et de contrôle de soi suffisants pour s'organiser et s'en sortir. C'est très étrange.

J'aimerais savoir ce que tu as en tête par rapport à tout ça, ce que ce retour t'inspire et comment tu vois les choses vis-à-vis d'Erika.


- Conclusion -

Il y a plein d'idées et pas mal de passages sont très intéressants, de quoi faire un personnage prometteur, toutefois comme dit, des éléments comme son origine, la dépendance à la drogue et son passif de criminelle « trop » endurcie font un peu effet de blocage de par leurs excès, tout en étant assez transparents par leur absence d'impact presque aussi radical.

Dans l'absolu, ma suggestion serait donc de partir sur une Erika qui a été d'abord victime, puis s'est fait un « trou » dans ce gang qui la martyrisait en tant que jeune femme, orpheline de nature, pour survivre, en extirpant des apprentissages pour affronter la rue, sans pour autant devenir un homme de main aussi interchangeable avec un homme endurci de ce milieu. Écarter le meurtre de l'indic, qui présente Erika comme un assassin, étant donné que Belinskaya devait être protégée le temps des instigations, c'est d'autant plus surprenant qu'elle était alors malade de sa dépendance, sortant de l'hôpital, borgne et brûlée (je me répète c'est vrai).

Atténuer l'impact de la drogue, qui est un gros handicap dans l'évolution du personnage. Si tu souhaites que ça ait peu de conséquences en finalité, privilégier l'addiction à des drogues légères, du tabac, peut-être de l'alcool, ce genre de chose qui n'en ferait pas plausiblement une « loque » en contradiction.

Peser les deux possibilités : une Erika sociopathe, antipathique et sans état d'âme, ou une personne plutôt samaritaine, portée sur l'entraide et une harmonie de groupe dans la mesure du possible ? Si tu veux une évolution, qu'elle aille d'un aspect à l'autre, il faudra tout de même trancher et bien nuancer.


Bon, c'est déjà assez long, donc je vais m'arrêter là. ^^

N'hésite pas à faire ton propre retour libre sur les questions que je t'ai posé, et voir les orientations que tu souhaites privilégier. Outre les points évoqués (et développés), la fiche est très prometteuse !

Au plaisir de pouvoir la valider.
Equipement Porté :
Capacité : 2/7
Épieu de chasse
Talkie Moderne
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 1/3
GMC Terrain 0/3
Contenants Personnels :
Dos 18/30
Grand sac
Console technologique (8)
Nécessaire d'usinage (5)
Kit d'affûtage (5)

Coffre 129/200
GMC Terrain
Outils Électroportatifs (15)
Boite à outils (8)
Engrais (10)
Stock de maçon (25)
Pièces détachées (10)
Casque de spéléo (6)
Rations périmées (15)
Casque de moto (8)
Pièces d'armement (2)
Rations pour animaux (15)
Rations pour animaux (15)
Personnages Liés :

Erika M. Svyatoslavnia


Fiche de personnage
Points de RP:
 Erika Mariya Svyatoslavnia Debuba1150/2000 Erika Mariya Svyatoslavnia Videba10  (50/2000)
Etat Mental:
 Erika Mariya Svyatoslavnia Debuba1050/100 Erika Mariya Svyatoslavnia Videba10  (50/100)
Informations scénaristiques:
Erika M. Svyatoslavnia

Jeu 17 Mar - 18:41
Bonjour,
J'ai bien pris connaissance de ton retour, je corrige les quelques couacs et je te retiens au courant dès que c'est fait.
Effectivement c'est pour moi une première sur un JDR forum, étant plutôt habituée aux tables, et plus encore sur le thème post-apo, que je découvre totalement.
Je vais faire le nécessaire pour arranger ma fiche et je répondrais en même temps au diverses questions.
Bonne soirée
Equipement Porté :
Capacité : 2/6
Poing américain
Couteau papillon
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 0/3
-
Contenants Personnels :
Dos 12/15
Petit sac
Tente tunnel (10)
Lampe dynamo (2)
Personnages Liés :

Kyle Collins


Fiche de personnage
Points de RP:
 Erika Mariya Svyatoslavnia Debuba1190/2000 Erika Mariya Svyatoslavnia Videba10  (90/2000)
Etat Mental:
 Erika Mariya Svyatoslavnia Debuba100/100 Erika Mariya Svyatoslavnia Videba10  (0/100)
Informations scénaristiques:
Kyle Collins

Jeu 17 Mar - 19:46
Bon courage et bonne rédaction pour ces quelques corrections.
Hâte de rencontrer Erika en jeu.

À très vite !
Equipement Porté :
Capacité : 0/7

-
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 0/3
-
Contenants Personnels :
N/A

Erika M. Svyatoslavnia


Fiche de personnage
Points de RP:
 Erika Mariya Svyatoslavnia Debuba1150/2000 Erika Mariya Svyatoslavnia Videba10  (50/2000)
Etat Mental:
 Erika Mariya Svyatoslavnia Debuba1050/100 Erika Mariya Svyatoslavnia Videba10  (50/100)
Informations scénaristiques:
Erika M. Svyatoslavnia

Ven 18 Mar - 20:45
Et à nouveau, bonjour à tous, j’ai pu relire et apporter quelques modifications à ma fiche.
J’en profite donc pour faire à mon tour mon retour sur les questions (et si je fais pas de bêtises, les réponses seront dans l’ordre).

Donc, pour commencer au niveau de l'apparence physique :

Je suis partie du principe que je décrivais Erika comme arrivant à la Safe Zone, donc fatiguée et sale après une aussi longue marche sans un minimum de confort, d’où la saleté visible. Je ne sais pas trop si c'est ce qu'il fallait faire, mais je peux préciser que cela n'est que lorsqu'elle arrive et que si elle a moyen de se laver, elle le fera volontiers.
Pour ce qui est de l'œil injecté de sang, il s’agit d’hémorragie sous-conjonctivale, une plage de sang frais, sous la conjonctive, indolore. Celle -ci intervient régulièrement, depuis l’explosion qui lui a emporté l’autre oeil.
Pour la brûlure ensuite : je la conçois comme une brûlure au second degré, plutôt profonde, laissant la peau rouge mat avec des taches blanches. Dans son cas, le derme est blanc et insensible, mais le "tour" de la brûlure, lui, est douloureux. Les soins dispensés à l'hôpital ont été suffisants pour éviter une infection mais pas assez pour ôter toutes douleurs ou toutes cicatrices. J'ai conscience que la perte d'un œil entraîne des lourdes conséquences mais je tiens à ce handicap, malgré les "malus". En revanche, je souligne le fait que l’Homme s’adapte “facilement”, et qu’au bout de plus de quatre ans, cette perte de vision est compensée, soit par l’autre œil, soit par certains sens.
Pour ce qui est de l'état de ses veines, j’ai pris connaissance du problème de la drogue et j’ai donc réduit la “gravité” de cette dernière ainsi que fait quelques modifications pour rendre plus plausible son utilisation.

Ensuite l’histoire jusqu'à l'Apocalypse :

J’ai donc précisé un peu plus ma pensée quant à ses cicatrices et expériences à la suite du texte. Et j’en ai profité pour prendre en compte tes réflexions sur son intégration au groupe ainsi que ses actions en son sein, et j’ai modifié le nécessaire afin d’avoir une approche plus réaliste.
J’ai aussi complété davantage toute la partie sur sa fuite vers les Etats Unis, en tentant d’appuyer tout cela sur des lieux précis et plausibles ainsi que sur la façon dont elle esquive certaines difficultés et comment elle en surmonte d’autres.

Je répond ensuite à la question sur les deux “personnalités” d’Erika :

Pour ce qui est des deux "aspect" d'Erika, entre violence et entraide, je suis partie du principe que ce qu'elle cherche avant tout c'est une sorte de famille, par nécessité mais aussi par pur besoin refoulé. Elle a eu une famille biologique, puis ce qu’elle a considéré comme une famille d’adoption et cherche donc à renouveler ce schéma, même inconsciemment.
Elle est protectrice et empathique, sans nous plus tomber dans les grandes effusions d’amour mais prouve son attachement plutôt par les actes concrets. En revanche, l'idée que ceux qui ont les moyens de sauver des gens (les plus forts, plus équipés, plus riches) ne le fassent pas, par pur égoïsme, la révulse et par conséquent, elle n'hésite pas à s'en prendre à eux pour voler leurs ressources et les redistribuer à ceux qui en ont besoin. Ou en tout cas, ceux qu’elle estime être dans le besoin. Enfin, je n'arrive pas vraiment à mettre les mots justes la dessus, sans se prendre pour un Dieu ou un justicier, elle estime qu’il est aussi de son devoir d’aider, en mémoire de son éducation, où personne ne devait être laissé derrière sans raison valable. Je ne dirais donc pas non plus qu’elle vole ou tue par plaisir, mais parce qu’elle l’estime nécessaire et bénéfique pour le plus grand nombre.
J’ai donc modifié en conséquence mon texte afin qu’il soit plus clair (enfin j’espère)..

Pour le récit d’arrivée à Houston, j’ai également fait le nécessaire pour n’arriver qu’avec Sonia, laissant Noah prendre la tête du groupe en avance le dernier jour.


Donc suite à tout ça, j’ai normalement répondu aux quelques interrogations et palier les faiblesses narratives rencontrées, j’attend donc ton retour là dessus. Je prends d’ailleurs bien volontiers davantage de conseils si tu en as, étant totalement novice dans le domaine.

Merci d’avance et bonne soirée.
Equipement Porté :
Capacité : 2/6
Poing américain
Couteau papillon
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 0/3
-
Contenants Personnels :
Dos 12/15
Petit sac
Tente tunnel (10)
Lampe dynamo (2)
Personnages Liés :

Jarod Blake


Fiche de personnage
Points de RP:
 Erika Mariya Svyatoslavnia Debuba11155/2000 Erika Mariya Svyatoslavnia Videba10  (155/2000)
Etat Mental:
 Erika Mariya Svyatoslavnia Debuba1050/100 Erika Mariya Svyatoslavnia Videba10  (50/100)
Informations scénaristiques:
Jarod Blake

Sam 19 Mar - 19:18
Bonjour Erika,

Merci de ton retour au sujet des questions évoquées. C'est en effet beaucoup plus clair, non pas que ton texte ait eu de véritables « faiblesses narratives », je n'estime pas avoir le droit de juger cela. Lorsque l'on narre un récit, il est toujours plus exigeant de choisir ses mots, d'imaginer la façon dont la personne en face va interpréter le texte, le comprendre, et parfois il peut y avoir une compréhension très différente. C'est un exercice en soi que de transmettre ses idées dans l'écriture, en plus de l'écriture elle-même.


- Rapide retour du retour (du retour) -

Je prends note pour la partie physique. Je t'invite simplement à retirer le passage sur son état en arrivant à la Safe Zone, en le sens où la description physique se veut marquer l'apparence du personnage en général - les traits permanents, ses états éphémères à différents moments n'y ont pas de pertinence. Tu pourras plus sûrement les spécifier directement dans le RP. ^^

Juste une précision concernant les fluides qui se trouveraient sur son visage, car c'était mon interrogation cachée : s'il doit s'agir de sang de mort-vivant, je te suggère de ne surtout pas l'intégrer. Le sang, de façon générale, est propice aux infections, ne serait-ce qu'en en recevant par éclaboussure au visage, aux lèvres, aux narines ou encore si l'on se retrouve les mains enduites de sang bien humain, l'épiderme et globalement toute microcoupure invisible à l'œil nu sont propices aux infections et maladies. Ce n'est pas instantané évidemment, mais il est dangereux de rester marqué.

Dans le cas des morts-vivants, c'est sans appel : le virus est extrêmement virulent, une simple éclaboussure au visage peut entraîner l'infection, pure et dure. Je le précise car il s'agit d'une première expérience et je sais que certaines œuvres du genre me semblent peu sérieuses sur cet aspect puisque les personnages sont régulièrement couverts de sang, ce qui est parfaitement insensé. Je ne pinaillerais pas sur la question s'il y a un peu de sang par-ci par-là sur la peau dans le RP, toutefois trop jouer sur ça peut contraindre à provoquer l'infection par notion de plausibilité.  

Pas de soucis pour la brûlure, il s'agit donc d'une brûlure au second de gré, qui entraînera tout de même des douleurs périodiques comme tu l'évoques, je te laisse l'interpréter.

Pour son œil, je comprends ce que tu veux dire par là. Il s'adapte probablement (je ne suis pas expert en la matière), en amenuisant quelque peu le handicap, habituant le concerné pour que sa vie soit moins pénible certainement, mais celui-ci reste un gros désavantage au quotidien qui ne peut être comblé même partiellement. Il faudra de ce fait en tenir compte et noter qu'effectivement, cela entraînera divers malus que je décrirais. Certains seront passifs, d'autres circonstanciels (selon le jet de Dé au moment T), parfois légers, souvent très importants, comme le pilotage. Bien sûr, c'est un choix honorable que de partir avec un handicap dans le RP.

Je ne souhaite pas, en cela, pénaliser ton personnage par pure considération personnelle, simplement qu'au-delà du réalisme (un gros mot) recherché, il y a aussi la considération des autres personnages qui n'ont pas ce handicap ; sachant que c'est quelque chose qui peut être subi en RP également, et constitue une blessure définitive avec son lot de conséquences qui doivent être importantes. Ce ne peut être anodin et Erika ne sera pas traitée à l'égal des autres. Je prends l'exemple d'Ivy : elle est myope, et de ce fait, je prends considération de cela. Sans lunettes ou lentilles, si elle en est dépossédée, ses chances de survie diminuent drastiquement.

Seul point qui me fait tiquer, le sang dans l'œil d'Erika : l'hémorragie sous-conjonctivale existe bel et bien et reste bénigne, sans traitement, mais c'est un hématome, qui disparaît au bout de quelques semaines (un bleu dans l'œil en somme). En l'occurrence, que ce soit permanent pour Erika n'est pas possible. Ça peut toutefois apparaître, j'imagine, de temps en temps, suite au trauma du visage d'Erika, néanmoins en restant très occasionnel au risque que ça ne devienne un problème plus grave.

Pour le récit d'arrivée, je l'accepte en l'état. Chose importante : je me réserve le fait de décider et mettre en jeu si Noah et les autres membres du groupe sont bien arrivés à la Safe Zone, ainsi que de les faire apparaître dans le futur. Si d'aventure, ton personnage veut les chercher, je t'invite à venir vers moi via MP forum ou discord.

Pour le reste, c'est parfait pour moi et j'aime beaucoup les modifications que tu as apportées, limpides, nourries et qui rajoutent beaucoup au personnage.

On termine sur les modifications simples et claires à réaliser, afin de te faciliter la tâche, pour passer à la validation !


- Modifications brutes (physique) -

Retirer ce passage : « mais souvent recouverte de crasse et de divers fluides ».
Préciser que la brûlure est au second degré.
Retirer ce passage : « Le reste de son visage est souvent recouvert d’une épaisse couche de crasse noire qui ne l’indispose pas le moins du monde. »
Retirer ce passage : « le plus souvent injecté de sang » -> garder ça pour une évocation occasionnelle, dans le RP.

Dès que c'est bon pour ces modifications, on finalise !
Equipement Porté :
Capacité : 2/7
Épieu de chasse
Talkie Moderne
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 1/3
GMC Terrain 0/3
Contenants Personnels :
Dos 18/30
Grand sac
Console technologique (8)
Nécessaire d'usinage (5)
Kit d'affûtage (5)

Coffre 129/200
GMC Terrain
Outils Électroportatifs (15)
Boite à outils (8)
Engrais (10)
Stock de maçon (25)
Pièces détachées (10)
Casque de spéléo (6)
Rations périmées (15)
Casque de moto (8)
Pièces d'armement (2)
Rations pour animaux (15)
Rations pour animaux (15)
Personnages Liés :
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: